Le cadre institutionnel comme facteur de triangulation et de régulation, et tiers paternel différenciateur

L’article de Christian Mercier, psychologue consultant et formateur, traite de l’institution comme étant un groupe avec son idéologie, sa philosophie, ses propres valeurs, au travers de sujets, de métiers complémentaires qui la composent… On y retrouve également les émotions, les personnalités, les désirs de tout un chacun. Pour l’auteur, être responsable c’est aussi accepter le rôle de tiers, de censeur, parfois de mauvais objet car il est impossible de satisfaire les différents protagonistes. Le groupe étant l’espace entre le singulier et le collectif. Mais alors, s’interroge-t-il, quelle fonction pour le directeur quant à la référence au père dans son rôle de tiers ? Le directeur ne doit pas craindre le conflit, ni le créer, il a une fonction paternelle qui est d’organiser, de gérer, de canaliser, « de mettre de la dialectique là où il y a de l’opposition ». La règle est indispensable, mais elle n’est pas suffisante, car une institution n’est pas qu’une organisation, elle renvoie aussi à une histoire. A l’intérieur du service, il y a aussi du désir, des alliances, des rejets, des oppositions ou des attirances. Une certaine affection peut renforcer les liens et assurer une « contenance pour le bénéficiaire ». Par contre, l’attaque externe peut « bousculer l’institution, mais le conflit ou l’attaque interne la détruire ». Le dispositif institutionnel dans sa fonction de triangulation va permettre, tout en limitant nos désirs, de nous appuyer sur une réalité collective. Mais la fonction tierce existe aussi dans l’institution par l’intermédiaire des fonctions représentatives du personnel, légales et réglementaires. Sans les concertations, les échanges et les réunions de fonctionnement, les intérêts personnels peuvent venir se substituer au travail collectif et institutionnel. Et l’auteur conclut en insistant sur la nécessité de la cohérence et de la cohésion institutionnelle qui agit comme pare-excitation pour des publics en difficulté. Certes, il est important d’entendre la souffrance des publics, mais le cadre est celui qui peut favoriser la résilience. La contenance de l’institution est aussi importante que la loi en elle même, et l’une ne va pas sans l’autre.

Référence: MERCIER Christian, « Le cadre institutionnel comme facteur de triangulation et de régulation, et tiers paternel différenciateur », Psychologie clinique, n°35, 2013, pp. 57 à 72.