Pratiques parentales et récidive

Cette étude s’intéresse au lien entre les pratiques parentales et la délinquance d’adolescents suivis par la justice américaine. Plus précisément, elle évalue l’effet de quatre variables parentales sur la récidive d’adolescents de 12-17 ans ayant été incarcérés. Pour cela, 91 parents ont répondu à des questionnaires dans lesquels ils devaient évaluer la fréquences de certaines de leurs pratiques éducatives.
La première variable est l’implication/supervision parentale qui s’appuie sur des items tels que « vous vous intéressez à ce que votre enfant à prévu de faire dans les jours qui suivent » ou « vous discutez amicalement avec votre enfant ». Les parents enquêtés déclarent une implication/supervision peu importante. La seconde variable, à l’opposé, porte sur la permissivité et inclut des items tels que « votre enfant ne vous dit pas où il va quand il sort » ou « votre enfant n’a pas d’heure de retour lorsqu’il sort ». Les parents interrogés se disent relativement permissifs. Ensuite, le questionnaire s’intéresse aux pratiques positives, à travers des items comme « quand votre enfant a fait du bon boulot, vous le lui faîtes savoir » ou « vous complimentez et félicitez votre enfant ». Les résultats indiquent que les parents enquêtés ont peu recours à ces pratiques positives. Enfin, la quatrième variable porte sur la discipline inconsistante avec des items du type « vous menacez de punir votre enfant et finalement ne le faîtes pas » ou « les punitions que vous donnez dépendent de votre humeur ». Les réponses montrent un niveau relativement élevé de discipline inconsistante au sein de l’échantillon.
Surtout, l’étude montre le lien entre chacune de ces variables et l’implication dans la délinquance, évaluée à travers une estimation du taux de récidive. L’implication/supervision et les pratiques positives protègent contre la récidive alors que la permissivité et la discipline inconsistante en augmentent le risque.
Ces résultats sur la récidive viennent étayer une littérature abondante sur le lien entre les pratiques parentales et le passage à l’acte délinquant. Ils rappellent l’importance, avec les adolescents sous main de justice et dont les relations avec les parents sont parfois très dégradées, de l’accompagnement familial et du soutien à la parentalité. Par conséquent, l’incarcération ou le placement des adolescents, qui ne sont pas en mesure de soutenir la restauration du tissu familial et social, ne peuvent suffire.

Référence : WILLIAMS, R. G., & SMALLS, E. W. « Exploring a Relationship between Parental Supervision and Recidivism among Juvenile Offenders at a Juvenile Detention Facility ». International Social Science Review, 90(2), avril 2015. Disponible sur : http://digitalcommons.northgeorgia.edu/issr/

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

La désistance des adolescents délinquants est aussi une question de maturation psychologique

Cette étude de Steinberg, Cauffman et Manahan sur la désistance, réalisée pour le compte de l’Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention (équivalent américain de la Protection Judiciaire de la Jeunesse) vient compléter de manière novatrice les approches sociologiques classiques en criminologie qui, comme celle de Sampson et Laub (2003), attribuent la désistance aux changements de rôle et de statut social (tels que mariage, emploi, parentalité). Elle prend une perspective résolument psychologique et développementale en s’appuyant sur le concept de maturation psychologique. Cette maturation est étayée par la maturation cérébrale et définie comme le développement de trois composantes : la capacité à réguler son impulsivité et son agressivité, la capacité à changer de point de vue (adopter le point de vue d’autrui et prendre en compte sa propre situation future) et la capacité à résister à l’influence des pairs et reconnaître sa responsabilité propre.
À partir de données recueillies auprès de 1354 adolescents délinquants suivis pendant 7 ans, les auteurs font plusieurs constats. Tout d’abord, la maturation psychologique ne s’arrête pas à 18 ans mais se poursuit jusqu’au début, voire au milieu, de la vingtaine. Les adolescents, même les plus délinquants, souvent stigmatisés, sont donc amenés à évoluer. Ensuite, la maturité psychologique permet d’expliquer les différents profils d’adolescents délinquants (délinquance basse/modérée/sévère). Enfin, la maturation progressive permet d’expliquer la désistance différentielle des différents groupes (désistance rapide/tardive/persistance).
Ces résultats sont compatibles avec les théories criminologiques de Gottfredson et Hirschi (1990) ou Moffit (1993) sur le rôle du contrôle de soi, dont le développement est propre à l’adolescence, dans le phénomène de désistance et suggèrent que la justice juvénile doit favoriser la maturation psychologique. Cela invite à discuter de la pertinence relative des différentes mesures judiciaires.

Référence : STEINBERG, L., CAUFFMAN, E., & MONAHAN, K. C. « Psychological Maturity and Desistance From Crime in a Sample of Serious Juvenile Offenders. » Juvenile Justice Bulletin, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, mars 2015. Disponible sur : http://www.ojjdp.gov/pubs/248391.pdf

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

L’appréciation du discernement à travers l’âge de l’enfant est insuffisante

Un arrêt rendu par la 1ère chambre civile de la Cour de cassation le 18 mars 2015 vient apporter des éléments de compréhension attendus sur la notion de discernement de l’enfant. Cet apport est d’autant plus remarquable que le discernement ne dispose d’aucune définition légale.
En effet, ni l’article 388-1 du Code civil[1], ni l’article 338-4 du code de procédure civile[2] n’offrent une définition du discernement, il en est de même pour le décret du 20 mai 2009[3] qui a profondément réformé le régime de l’audition de l’enfant en justice. La définition n’émane pas non plus de la jurisprudence, plutôt floue, qui ne permet pas d’avoir une vision précise sur cette notion.
Les hauts magistrats nous apportent ici une analyse qui permet de mieux apprécier les éléments constituant le discernement.
En l’espèce, la résidence d’un enfant âgé de neuf ans a été fixée, par décision du juge aux affaires familiales, chez sa mère, un droit de visite et d’hébergement ayant été aménagé au profit du père.
L’enfant avait demandé à être entendu, pendant la procédure d’appel, ce qui lui fut refusé par la juridiction car, selon elle, l’enfant, trop jeune, n’avait pas de discernement suffisant et cette audition serait contraire à son intérêt.
La Cour de cassation a censuré la Cour d’appel car elle lui reproche de ne pas avoir expliqué la raison qui l’a conduit à considérer que cet enfant n’avait pas de discernement suffisant.
La haute juridiction attend une décision motivée de la part des juges d’appel qui ne peuvent se limiter à la seule référence de l’âge de l’enfant pour refuser de l’entendre.
La corrélation entre l’âge et le discernement est variable et fragile. La prépondérance de la subjectivité dans l’appréciation du discernement d’un enfant[4] trouve ses limites car la notion de discernement ne saurait se réduire à l’âge de l’enfant.
Ainsi, la Cour ne censure pas la décision de refus d’audition du mineur[5] mais les moyens employés par les juges d’appel, peu enclins à s’expliquer davantage leur décision. La motivation est alors la garantie d’une appréciation approfondie de l’état de l’enfant non discernant.

[1] Article 388-1 C.civ : « Dans toute procédure le concernant, le mineur capable de discernement peut, sans préjudice des dispositions prévoyant son intervention ou son consentement, être entendu par le juge ou, lorsque son intérêt le commande, par la personne désignée par le juge à cet effet.
Cette audition est de droit lorsque le mineur en fait la demande. Lorsque le mineur refuse d’être entendu, le juge apprécie le bien-fondé de ce refus. Il peut être entendu seul, avec un avocat ou une personne de son choix. Si ce choix n’apparaît pas conforme à l’intérêt du mineur, le juge peut procéder à la désignation d’une autre personne.
»

[2] Article 338-4 C.pr.civ : « Lorsque la demande est formée par le mineur, le refus d’audition ne peut être fondé que sur son absence de discernement ou sur le fait que la procédure ne le concerne pas.
Lorsque la demande est formée par les parties, l’audition peut également être refusée si le juge ne l’estime pas nécessaire à la solution du litige ou si elle lui paraît contraire à l’intérêt de l’enfant mineur.
»

[3] Décret n°2009-572 du 20 mai 2009 relatif à l’audition de l’enfant en justice.

[4] Note M. Kébir sous Civ, 1ère, 18 mars 2015, F-P+B, n°14-11.392.

[5] Par exemple Civ, 1ère, 18 mai 2005, n°02-20.613.

Nadia Beddiar

Enseignante-chercheure chercheure associée au CERAPS-CNRS

More Posts

Homoparentalité, relations parents-enfants et développement

Cette étude anglaise, publiée en 2014 dans la revue Child Development, s’intéresse aux effets de l’homoparentalité sur le développement d’enfants adoptés de 4 à 8 ans. S’il existe quelques travaux scientifiques sur les enfants élevés par des mères lesbiennes, ce travail est l’un des premiers qui intègre dans son échantillon des couples d’hommes (41 couples d’hommes en plus de 40 couples de femmes et 49 couples hétérosexuels). Les résultats obtenus proviennent de trois sources : questionnaires et entretiens avec chacun des parents, observation des interactions parents-enfants et questionnaires remplis par les enseignants.
Tout d’abord, peu de différences au niveau des relations parents-enfants apparaissent, si ce n’est que les couples homosexuels masculins se montrent plus chaleureux et en interaction avec leurs enfants que les couples hétérosexuels. Ceci contredit l’idée selon laquelle les hommes auraient plus de difficultés à assurer une fonction de soutien affectif. Par ailleurs, l’évaluation des problèmes de comportement et d’hyperactivité témoigne d’une meilleure adaptation des enfants de couples homoparentaux, ce qui s’explique par le niveau de stress plus élevé chez les couples hétérosexuels de l’échantillon. En effet, le stress parental permet, bien plus que le type de couple parental, de comprendre les difficultés d’adaptation des enfants. Enfin, si les garçons et les filles de l’échantillon peuvent être différenciés en évaluant leurs comportements genrés (féminin/masculin), le type de couple parental n’a aucun effet sur ces comportements, ni pour les filles, ni pour les garçons. Cela soutient l’idée que l’orientation sexuelle des parents et, plus simplement, leur genre, ne détermine pas le développement psychologique et l’adoption de comportements genrés par les enfants.

Référence : GOLOMBOK, S., MELLISH, L., JENNINGS, S., CASEY, P., TASKER, F. & LAMB, M. E. «Adoptive Gay Fathers Families: Parent-Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment.» Child Development, mars/avril 2014, 85 (2), 456-468.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Maman et vigilante !

À en croire les auteurs de cet article, de nombreuses études américaines questionnent les modalités de surveillance et de contrôle par les parents des comportements et habitudes de leurs adolescents.
L’étude ici conduite par Judith G. Smetana et Wendy M. Rote, très américaine dans le traitement des données, vise donc à décrire ce que souhaitent savoir les mères des activités, personnelles ou plus «conventionnellement répréhensibles», de leur progéniture. Sur le plan méthodologique, leurs conclusions prennent appui sur trois entretiens, menés durant un an, avec 169 mères élevant (pas nécessairement seules, mais c’est ici le « métier de maman » qui est expertisé) des adolescents âgés de 15 ans, dans deux villes du Nord-Est des États-Unis. La typologie des objets de surveillance met à jour trois types d’activité : les proprement personnelles (gestion de l’argent de poche, de la sociabilité numérique, du téléphone), celles qui par essence demandent prudence et vigilance (fumer de la marijuana, boire de l’alcool,etc.) et celles qui relèvent à la fois des deux aspects (l’intimité affective, accès à la pornographie).
L’étude conclut que plus les jeunes grandissent, plus la curiosité des mères diminue, en tout cas pour les activités personnelles. Leur vigilance reste accrue plus longtemps en ce qui concerne les activités répréhensibles, surtout quand des facteurs de risques environnementaux sont présents. La recherche met en valeur un cercle vertueux, qui veut qu’à la suite de risques de déviance repérés, le niveau de surveillance augmente, ainsi que le rapport d’autorité, jusqu’à la diminution des problèmes. Elle montre aussi une surveillance plus intense des adolescentes, et plus présente  au sein des familles les plus pauvres.
Dernier résultat intéressant, la corrélation entre surveillance et accès à l’autonomie. Une approche qualitative de cet échantillon révèle en effet une conscientisation de la nécessité pour les mères d’alléger leur vigilance, de se faire moins intrusives, en vue de favoriser l’autonomisation de leurs enfants.

Référence: SMETANA, Judith G.  et ROTE, Wendy M. «What do mothers want to know about teens’ activities ?» Journal of adolescence, Volume 38, Janvier 2015.

Décrochage scolaire: l’accompagnement individualisé des jeunes

Dans le contexte actuel où la question du décrochage scolaire est très prégnante, une enseignante et un chercheur se sont intéressés à la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), dispositif qui a pour fonction d’accompagner des jeunes de 16 ans et plus à un retour à l’emploi ou à l’accès à un diplôme. Les auteurs ont mené leur recherche auprès des coordonnateurs d’action (CA) dont le rôle est de « coordonner les actions de mobilisation des jeunes, d’accueillir et d’accompagner chaque jeune dans son parcours individuel » (p. 96).
L’article présente les résultats d’une recherche centrée sur la compréhension des pratiques d’accompagnement individualisé d’un CA expérimenté auprès d’un jeune en situation de décrochage scolaire. Ancrée dans le champ de la didactique professionnelle, la recherche vise l’identification et l’analyse des compétences du professionnel en l’absence de pratiques formalisées et institutionnalisées.
A partir du film d’une séance d’accompagnement et d’un entretien d’autoconfrontation avec le CA, les auteurs mettent en évidence les ressources cognitives mobilisées par le professionnel. Au-delà des modes opératoires du professionnel pour prendre en charge le plus efficacement possible le jeune lors de son accompagnement individualisé, l’article propose en creux une réflexion sur les interactions produites lors de l’entretien entre le CA et le jeune et leurs effets possibles quant à la (re)mobilisation du jeune sur un projet scolaire et/ou professionnel.
La lecture de cet article – si elle peut s’avérer un peu complexe au premier abord de par son ancrage théorique et conceptuel – peut permettre à tout professionnel impliqué dans des actions de lutte contre le décrochage scolaire de s’interroger sur son propre rôle dans des dispositifs et des processus certes prescrits mais très peu formalisés et laissant donc place à des pratiques individuelles.

Référence : LANDES Laurence et LEFEUVRE Gwénaël. « Les pratiques d’accompagnement individualisé des jeunes au sein des Missions de Lutte contre le Décrochage Scolaire ». Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 47, n°2, 2014, pp. 95-126.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts

L’ado est (aussi) dans le pré…

A force de stigmatiser les banlieues, il est aisé d’oublier qu’en zone rurale aussi, des adolescents vivent, grandissent et se socialisent. Julian Devaux s’attache à conter et à modéliser, sur un mode ethnographique, cette jeunesse des campagnes. Un article récent, paru dans la revue Agora, synthétise en quelques pages ses travaux.
Trois traits caractérisent la construction sociale de l’adolescent en milieu rural. En mode mineur, notons une relation ambiguë entre ces jeunes et la culture urbaine, entre attrait de la nouveauté et repli sur la communauté proche, plus forte ici qu’à la ville. Cette relation, aux pairs comme aux adultes, est une autre spécificité à prendre en compte, dans un environnement où chacun connait tout le monde. Mais bien sûr, c’est la gestion de la mobilité qui discrimine les réalités adolescentes des zones rurales.
A partir de ce cadre, l’auteur nous expose un modèle de la socialisation adolescente, selon les deux axes classiques du genre et de l’âge. Ainsi les préadolescents se caractérisent par une forte séparation des genres, les garçons expérimentant une mobilité ludique, se regroupant dans les lieux publics (église, parc, stade, etc.), alors que les filles continuent à favoriser une forte « culture de la chambre ». Durant les années collèges, cette séparation des genres se poursuit, avec une quête accrue de l’autonomie par la mobilité. Les adolescents découvrent le scooter, à la fois objet d’expérimentation de pratiques déviantes et de mise à l’abri du regard des adultes. Les filles ouvrent elles aussi- leurs horizons, en s’autorisant l’accès à l’espace public, par un jeu subtil du voir et de l’être-vue, mais aussi en favorisant une « altérité adolescente », par l’usage des réseaux sociaux et la volonté de « monter en ville ». C’est à la fin de l’adolescence, qu’enfin, ces jeunes assument une « mobilité de bande », mixte et propice à des recompositions relationnelles nouvelles. Des pratiques, initiatiques, de « sorties du territoire » apparaissent alors avec le permis de conduire.

Référence : DEVAUX Julian . « Les trois âges de socialisation des adolescents ruraux » in Agora, N°68, troisième trimestre 2014

 

Les « séjours de rupture en milieu naturel » réduisent-ils la récidive des adolescents délinquants ?

Cet article s’intéresse aux programmes américains de « wilderness therapy » avec les adolescents délinquants, qui sont une sorte de « séjour de rupture en milieu naturel ».
Aux USA, les interventions les plus classiques en matière de justice juvénile se basent sur des approches par la parole et ont pour but d’aider les adolescents à comprendre leurs passages à l’acte pour pouvoir les éviter. A l’inverse, les programmes plus novateurs de « wilderness therapy » proposent des activités de groupe sous forme de défi en plein air visant, non pas à changer les comportements problématiques de l’adolescent, mais à développer ses compétences positives et son autonomie par le biais d’un changement de contexte. Il existe de très grandes variations quant à la durée de tels programmes « en nature » (quelques jours à quelques années).
L’article pose plusieurs questions, dont une seule est examinée ici : les programmes de « wilderness therapy » contribuent-ils à une diminution de la récidive des adolescents délinquants ? Pour répondre, les auteurs s’appuient sur un examen de la littérature scientifique très peu développée sur le sujet. Au final, ce sont seulement sept études quantitatives (menées auprès de quelques milliers d’adolescents), publiées entre 1990 et 2010, qui sont analysés (cf. tableau synthétique en fin d’article).
Les résultats, très variables selon les études, montrent que les programmes évalués peuvent, en comparaison d’interventions plus classiques, favoriser davantage la réduction de la récidive (évaluée jusqu’à deux ans plus tard à partir du nombre d’arrestations, du délai entre arrestations ou de la gravité des délits commis). Surtout, il apparaît que les programmes les plus longs sont ceux qui ont les résultats les plus importants.
Ces conclusions demeurent toutefois limitées, les études synthétisées n’ayant pas toutes recours à des conditions expérimentales suffisamment contrôlées.
En fin de compte, les auteurs s’étonnent, au vu du développement important des programmes de « wilderness therapy », que les études sur le sujet ne soient pas plus nombreuses. Surtout, une question demeure : comment expliquer les effets de ces programmes ? D’autres recherches sont attendues.

Référence : Clem, J. M., Prost, S. G., & Thyer, B. A. c: A Narrative Review. Journal of Adolescent and Family Health, janvier 2015, 7(1), article 2. Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss1/2 (consulté le 26 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Documentaire : adolescentes des banlieues

Elles s’appellent Moufida, Coralie ou Aïssetou et grandissent au sein d’une cité à Marseille, Le Blanc-Mesnil ou encore Clichy-sous-Bois. Dans son documentaire « Les roses noires », Hélène Milano choisit de montrer ces jeunes filles en fleur et leur rapport au langage au moment crucial qu’est l’adolescence. Elle leur offre, le temps de ce reportage, une visibilité inattendue dont elles se saisissent sans faux-semblant.
Filmer cette parole si fragile tout en la questionnant se révèle être une approche particulièrement ingénieuse et habile exploitée par la documentariste. A la fois sujets et verbes, observatrices et actrices, les jeunes filles réfléchissent à leur propre langage, miroir d’une identité qu’elles peinent encore à définir, tout en contradiction. Par l’analyse de ce langage hybride, fait de mots à la croisée de multiples cultures, elles disent l’appartenance communautaire mais aussi le cloisonnement social qu’il génère, conscientes que ces codes rassemblent autant qu’ils excluent.
Ce constat fait écho aux limites qu’elles-mêmes s’imposent, qui les enferrent et dont elles ont tant de mal à s’émanciper. Car cette parole donnée met aussi en exergue des mécanismes troublants, parfois inquiétants, d’une organisation sociale qui les écrase et qu’elles relaient, semble-t-il, malgré elles, se faisant les émissaires d’un discours reniant leur propre liberté et identité.
Au fil du récit, le reportage dit bien la double peine pour ces femmes en devenir. Tout d’abord, la difficulté de trouver sa place au sein d’une société dont on se sent exclues, mais aussi celle de savoir s’affirmer et d’assumer sa féminité dans un univers violemment régi par des codes masculins. Hégémonie toute puissante particulièrement pesante qui semble se cristalliser au moment de l’adolescence et de la sexualisation des rapports entre garçons et filles.
A l’image de Sarah qu’on voit boxer seule au milieu des garçons, il s’agit bien là d’un véritable combat que toutes mènent quotidiennement. Et c’est justement dans cette lutte, cette fierté de ne pas « s’écraser », qu’on perçoit tout l’espoir qu’elles portent en elles. Une force qui leur sera nécessaire pour briser leurs chaînes et qu’on sent naître en même temps que l’acceptation de leur féminité, comme d’une liberté, de plus en plus forte, à la fin du reportage.

Référence : MILANO Hélène (Réal.). Les roses noires [document multimédia]. Paris : Centre Nationale de la Cinématographie, 2011.