Comparaison de la performance de différentes théories dans la prédiction de la violence

Cette importante recherche publiée par Henriette Haas, psychologue à l’université de Zurich, et Maurice Cusson, criminologue à l’université de Montréal, vise à comparer la valeur prédictive de six différents modèles théoriques explicatifs de la violence, définie ici comme « l’agression physique intentionnelle ou la menace d’agression d’une autre personne ». Les données traitées par les chercheurs proviennent d’un échantillon impressionnant de 21 312 jeunes hommes suisses interrogés durant leurs premières semaines de service militaire. Les questionnaires auxquels ils ont été soumis, anonymes et conséquents (44 pages, 900 items), portaient d’une part sur différentes formes de violence agie et leurs fréquences au cours des 12 derniers mois, d’autre part sur des variables susceptibles d’expliquer la violence et se référant aux six modèles théoriques retenus (conflit social, association différentielle, choix rationnel, contrôle social, traumatisme infantile et psychopathologie). Des analyses statistiques ont ensuite été menées pour tester le pouvoir explicatif de chaque modèle, opérationnalisé à travers une série de variables. Par exemple, la théorie du contrôle social se traduit par plusieurs dizaines de variables, comme la cohésion familiale pendant l’enfance, la participation à des activités associatives, les déménagements, etc.
Les résultats indiquent que chacune des six théories a un pouvoir explicatif propre. De plus, la prise en compte des variables associées à l’ensemble des modèles (et non à chaque modèle pris isolément) permet de bien meilleures prédictions de la violence. Cela plaide donc pour une approche intégrative multifactorielle où les théories, souvent mises en opposition par leurs défenseurs, jouent plutôt des rôles complémentaires. Une telle approche sous-tend les modèles « bio-psycho-sociaux », tel celui de Steinert et Whittington (2013), qui tentent d’intégrer l’ensemble des facteurs criminogènes.

Référence : Haas, H., & Cusson, M. Comparing theories’ performance in predicting violence. in International Journal of Law and Psychiatry, janvier 2015. Disponible sur :
http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0160252715000114 (consulté le 28 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Un petit dessin vaut mieux…

Peut- on mesurer l’efficacité, voire l’efficience, d’une activité pédagogique, comparer la portée d’un acte éducatif ? C’est à cette question ambitieuse et professionnellement intrigante que se confronte cet article du Journal of moral éducation. Deux chercheurs finlandais, Juha Johansson et Markkus S. Hannula, se sont ainsi intéressés aux effets relatifs de deux médias sur l’éducation à la citoyenneté : l’écriture de nouvelles et la production de bandes dessinées.
Lequel de ces deux outils permet alors une plus grande efficacité dans l’acquisition des notions de justice et de care ? Ces deux médias semblent s’y prêter de la même façon, l’un par le modèle du conte de fées, le second par celui des super héros de comics. Tous deux fournissent aux enfants une base de données permettant d’illustrer et de mettre en concept les notions de règles, de droit, de devoir, comme, du côté du care, celles d’empathie ou de compassion.
La méthodologie employée ? Des observations et des entretiens d’explicitation auprès d’une classe d’enfants de huit ans  qui devaient inventer, à travers l’un ou l’autre de ces médias, des histoires de « lutte contre le mal ». Si garçons et filles différent profondément dans leur usage des principes moraux, la justice rétributive d’un James Bond s’opposant à la diplomatie d’une Hello Kitty, il apparait pour ces deux publics que l’usage de l’image dans la construction narrative permet une plus grande maîtrise des concepts utilisés, une plus grande finesse dans leur analyse. Les chercheurs évoquent plusieurs hypothèses explicatives, la plus intéressante étant que la BD, permet, visuellement, l’expression de symboles. Et ces derniers seraient plus aptes à illustrer des concepts moraux chez des êtres en apprentissage.
S’il s’agit là expérience autour de la production de BD, et chez de jeunes enfants, ces résultats peuvent être fort intéressant pour les éducateurs utilisant la lecture de bandes dessinées comme média éducatif, dans le cadre de « Bulles en fureur » par exemple.

Référence : JOHANSSON Juha ;  S. HANNULA Markkus . How do Finnish Chikdren express care and justice in comic strip and written narratives ? in Journal of Moral Education – Vol 43, N° 4, 2014

En finir avec le paradigme carcéral: introduire des techniques de justice restaurative dans la justice juvénile à Chicago

L’auteur de cette étude (1) dresse un état des lieux intéressant relatif à l’usage des modalités de justice restaurative auprès des mineurs en conflit avec la loi dans l’Etat du Minnesota, à Chicago plus précisément. Cet article contribue à la recherche de solutions possibles pour intégrer la justice restaurative dans un système punitif majoritairement fondé sur la prison. Le périmètre d’étude circonscrit à Chicago s’explique en raison des nombreuses expérimentations de justice restauratrice à un public juvénile.

Relatant une affaire d’homicide accompagné de violences sexuelles, l’auteur reprend Thomas Mathiesen pour souligner que, pour les crimes les plus violents, la société aura tendance à privilégier l’incarcération des auteurs pour les neutraliser et pour prévenir de futures infractions.

Si le recours à la justice réparatrice peut avoir un rôle thérapeutique pour les victimes et leurs familles, il existe des cas pour lesquels la justice restauratrice jouera un vrai rôle d’alternative aux structures de justice traditionnelles, notamment la privation de liberté, en particulier pour les jeunes délinquants. Ceci est d’autant plus appréciable que de nombreuses recherches ont confirmé l’inefficacité de l’incarcération pour prévenir la récidive.

Après avoir exposé les différents moyens et outils de justice restaurative, l’auteur présente les chiffres du Ministère de la justice américain qui estime à 2/3  le taux des personnes incarcérées qui récidivent dans les trois années suivant leur détention. Ce taux très important doit inciter à rechercher d’autres modes d’interventions.

Si les apports de la justice restaurative produisent de bons résultats auprès des mineurs délinquants, l’auteur identifie plusieurs freins importants nuisant au développement de ce type de justice à Chicago : le manque de cohésion de la communauté (cf. effet de la ségrégation raciale au niveau géographique), la perception par la société que la justice restaurative est trop douce, la pression des décideurs politiques pour durcir les réponses pénales dans un contexte d’insécurité, les connaissances lacunaires de la justice restaurative de la part des acteurs de la justice.

L’auteur estime que la communication et l’explication de ce type de justice est l’étape fondamentale pour accroitre le recours à ces modalités de traitement des infractions, bien qu’elle ne soit pas une solution inébranlable à la criminalité.

(1) Judy C. Tsui, « Breaking free of the prison paradigm: integrating restorative justice techniques into Chicago’s juvenile justice system », Journal of criminal law and criminology,  vol.104, issue 3, pp. 635-666.

Nadia Beddiar

Enseignante-chercheure chercheure associée au CERAPS-CNRS

More Posts

Circoncision rituelle et droits de l’enfant

L’arrêt du 7 mai 2012 du tribunal de Cologne statuant en appel avait suscité un profond émoi en Allemagne. Caroline Grossholz en fait une analyse précise et approfondie. Dans l’affaire en question, un médecin avait circoncis un enfant de quatre ans à la demande de ses parents de confession musulmane. L’intervention avait entraîné des complications obligeant à l’hospitalisation de l’enfant. Le parquet de Cologne avait engagé des poursuites contre le médecin. Suite à la relaxe en première instance, le ministère public a fait appel. L’arrêt analysé par Caroline Grossholz affirme le caractère illicite de toute circoncision rituelle d’un enfant indiquant ainsi qu’une telle pratique relève d’une condamnation pénale. L’argumentation centrale du tribunal de Cologne repose sur l’examen des droits fondamentaux. Il s’agit de mettre en balance la liberté d’éducation des parents, intégrant l’éducation religieuse, et les libertés fondamentales de l’enfant. En cela l’originalité du tribunal est d’affirmer que l’enfant est titulaire de droits fondamentaux qui lui sont propres et qui peuvent être distincts de ceux de ses parents. La liberté d’éducation des parents ne saurait l’emporter sur les droits de l’enfant à son intégrité corporelle et à son « autodétermination ». Or, l’arrêt du tribunal de Cologne considère que, en l’espèce, la circoncision rituelle, en tant que modalité de la liberté d’éducation, est une atteinte disproportionnée aux droits de l’enfant à son intégrité corporelle en raison de son caractère « définitif » et « irréparable ». En revanche, note le tribunal, l’incirconcision est une atteinte modérée aux droits parentaux dans la mesure où elle conditionne la pratique au consentement de l’enfant ayant atteint l’âge de discernement. La jurisprudence française, nous montre Caroline Grossholz, est beaucoup plus frileuse. Ce n’est que si l’un des parents conteste la circoncision de son enfant que les tribunaux se saisissent. Les juges français ne prennent, qu’exceptionnellement en considération la volonté et les droits fondamentaux de l’enfant.
Il convient d’ajouter à la contribution de l’auteur, écrite dans le courant 2012, qu’une loi a été adoptée en décembre 2012 par le Bundestag autorisant la circoncision. On constate, ainsi, que si le corps et la personne de la femme ne sont plus considérés comme la propriété de son mari, le corps et la personne de l’enfant restent la propriété de ses parents. On peut néanmoins faire l’hypothèse que la dynamique des droits de l’homme n’en est qu’à ses premières manifestations en ce qui concerne l’enfant.

Référence : GROSSHOLZ Caroline, «La circoncision infantile en cause. A propos de la décision du tribunal de Cologne du 7 mai 2012».  Revue internationale de droit pénal, 3ème et 4ème trimestre 2012, érès, pp 503-517.

Resocialiser les jeunes délinquants ? L’expertise des técnicos dans la sortie de mesure de liberté assistée au Brésil

Dans cet article, Géraldine Bugnon s’intéresse à la mesure de Liberté assistée (LA), une des six mesures socioéducatives qu’un juge brésilien peut infliger à un adolescent qui a commis une infraction pénale. Pour l’auteure, cette mesure représente un révélateur efficace des enjeux contemporains liés à la prise en charge des mineurs délinquants.
Elle examine plus particulièrement les conditions dans lesquelles le juge met fin à la mesure. Cette décision intervient sur la base de rapports établis par les técnicos[1] et elle signifie que les professionnels puis le juge estiment que le jeune apparaît comme suffisamment resocialisé.

Prendre pour objet l’analyse des décisions des juges sur cette question permet d’observer et de décrire la manière dont la resocialisation des jeunes délinquants est pensée et mise en pratique à Rio de Janeiro et à Bel Horizonte. On l’aura compris, les técnicos jouent un rôle prépondérant dans la prise de décision des juges dans le cas d’une sortie de mesure de LA.

Les textes de lois et directives officielles restent très lacunaires et elliptiques en ce qui concerne les objectifs et les modalités de mise en œuvre de cette mesure. De ce flou résulte une importance marge de manœuvre pour les técnicos. Ils détiennent la compétence pratique de déterminer si l’adolescent peut être libéré ou non des obligations liées à sa mesure.

A partir de trois types de matériaux empiriques distincts (entretiens semi-directifs avec les professionnels exécutant la mesure dans cinq centres sociaux distincts, observations sur une durée de trois mois dans ces mêmes lieux, rapports des técnicos concernant les jeunes et transmis au juge), l’auteur va confronter les représentations des técnicos, relatives aux objectifs de la mesure, et les critères sur lesquels les juges se basent pour évaluer la resocialisation d’un jeune (scolarisation, professionnalisation et renforcement des liens familiaux). Il s’agira de décrire et analyser les modalités selon lesquelles les técnicos concilient valeurs et principes d’accompagnement avec les attentes provenant de la justice. L’article conclut qu’à la logique ponctuelle et bureaucratique de la justice, les técnicos opposent la logique processuelle et humanisée de l’assistance sociale. Mis en difficulté sur le fait d’obtenir des résultats tangibles, les técnicos « s’en sortent » en développant, dans les rapports, une argumentation relative à la « bonne volonté » du jeune (et de sa famille) ainsi qu’à son adhésion aux valeurs et aux principes véhiculés par la mesure, en dépit de leur non concrétisation lors de la mise en œuvre de cette dernière.

BUGNON, Géraldine. « Resocialiser les jeunes délinquants ? L’expertise des técnicos dans la sortie de mesure de liberté assistée au Brési». TSANTSA # 16 – 2011.


[1] Le terme técnico (signifiant spécialiste dans le portugais du Brésil) renvoie aux professionnels travaillant dans les institutions d’assistance social et qui détiennent un diplôme académique spécifique en opposition au personnel administratif.

 

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l'ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société. Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l'éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l'action publique en santé mentale.

More Posts