A propos Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

Les mineurs mis en cause selon les statistiques de police

Statisticien rigoureux, Bruno Aubusson de Cavarlay, présente dans le bulletin du Cesdip, Questions pénales, les « chiffres du 4001 » (nom du formulaire contenant le tableau renseigné par les services de police) concernant les mineurs mis en cause. Les principes, les limites et les lacunes d’un point de vue général de cette collecte statistique sont bien connus et même officiellement reconnus[1], aussi l’auteur s’attache à souligner quelques points particuliers propres aux mineurs. Il souligne notamment l’importance des modifications législatives et des changements de critère d’appréciation relevant de la politique pénale qui déplacent la « frontière de l’enregistrement statistique » (des contraventions de 5ème classe qui ne figurent pas dans la 4001 deviennent des délits enregistrés). Il rappelle aussi que, face au très faible taux d’élucidation des vols avec violences, la représentativité des mis en cause mineurs n’est pas assurée. Bruno Aubusson de Cavarlay constate, depuis le milieu des années 1980, pour les mineurs comme pour les majeurs, l’accroissement des affaires incluant une forme de violence. C’est en partie dû à des changements de politique pénale mais aussi de façon moins discernable à des changements plus spécifiques à tel ou tel type d’infraction (quand le vol de portable « remplace » l’emblématique vol de véhicules à moteur[2] des années « blousons noirs », l’usage de la violence est plus probable). Bref, il ne faut jamais perdre de vue « que la statistique de police judiciaire est avant tout un indicateur d’activité et un sismographe des changements législatifs ».

AUBUSSON DE CAVARLAY Bruno. « Les mineurs mis en cause selon les statistiques de police ». Questions pénales [en ligne], avril 2013, XXVI.2. <http://www.cesdip.fr/spip.php?article725>


[1] Voir LE BOUILLONEC Jean-Yves, QUENTIN Didier. Mesure statistique des délinquances et leurs conséquences, Assemblée Nationale, Rapport d’information n° 988, 24 avril 2013.

[2] Obsession des années 1960, cette infraction a fait l’objet d’une étude spécifique du Centre de formation et de Recherche de l’Éducation surveillée.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts

Les garçons, l’amour, la sexualité: une jeunesse sous surveillance ?

Les dossiers du Centre d’observation public de l’Éducation surveillée (Copes) de Savigny-sur-Orge, qui reçoit les mineurs adressés par le tribunal de la Seine, constituent une source d’une exceptionnelle richesse, plus riche encore que les classiques dossiers judiciaires. Jusqu’à ce jour, ils n’ont guère été explorés que pour faire l’histoire de la justice des mineurs et de l’observation alors qu’ils permettent aussi d’étudier au plus près la sociabilité des jeunes des classes populaires . En effet, l’immense majorité des adolescents placés à Savigny-sur-Orge sont fils d’ouvriers ou d’employés, parfois de petits commerçants ou d’artisans, très rarement de cadres ou de professions libérales. L’un des premiers mérites de Régis Révenin, même si ses sources sont loin de se limiter au fond Savinien, c’est d’avoir su utiliser avec beaucoup de finesse et de subtilité ces milliers de « vies de papiers », pour reprendre l’heureuse expression de Philippe Artière et Dominique Kalifa, afin de nous livrer cette première histoire des rapports à l’amour et à la sexualité des garçons des classes populaires au temps des Trente Glorieuses.

Après une solide introduction de 55 pages où l’auteur définit son objet, fait un point historiographique, présente ses sources et sa problématique, la thèse est organisée en trois parties.

L’auteur commence par se pencher sur « Les prolégomènes de la rencontre de l’autre ; l’éducation sentimentale et sexuelle des adolescents ». Dans un premier chapitre, il nous présente tous les aspects des « apprentissages informels des “choses du sexe” ». Les propos sur le recours aux publications érotiques et pornographiques et sur la transmission des « informations » entre pairs et au sein de la famille trouvent naturellement leur place dans ces 72 pages, mais aussi des développements sur la masturbation comme forme de découverte de son corps et de ses désirs et la part d’ombre de l’apprentissage quand il passe par la contrainte, par l’abus, par la violence. Le second chapitre est consacré à d’éducation sexuelle qui, après une longue période de refus, se met lentement en place à la Libération.

Régis Révenin se penche ensuite sur les « Splendeurs et misères des premiers pas de la rencontre de l’autre ». Après de belles pages sur la question de la beauté et de l’apparence à l’adolescence (chapitre 3), il se consacre à la question de la séduction et du flirt. Il nous offre là un tableau très complet sur un aspect essentiel de la sociabilité juvénile.

La troisième partie « Rencontre de l’autre : la fabrique des garçons » comprend trois chapitres. Le premier est consacré à l’entrée dans la sexualité active, cette « première fois » qui relève de temporalités et d’attentes différentes selon que l’on soit garçon, fille ou gay. Le second chapitre, très novateur, est centré sur la construction des identités sexuelles. Enfin, Régis Révenin sonde les cœurs et les sentiments amoureux.

Le travail de Régis Revenin est une très belle illustration de l’intérêt de l’approche en terme de genre d’autant que l’auteur n’oublie pas les autres facteurs comme l’appartenance sociale ou générationnelle. On ne peut que souhaiter une rapide publication de cette thèse qui la rende plus accessible.

REVENIN Régis. Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris 1945-1975). Thèse d’Histoire, Université de Paris 1, 2012, 691 p.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts

Le milieu ouvert. Construction d’un modèle social de la justice des mineurs en France (1890-1970)

Jean-Pierre Jurmand nous propose le premier travail historique sur la forme aujourd’hui ultra majoritaire de prise en charge des mineurs de justice : le milieu ouvert.

La première partie est consacrée à l’émergence de l’idée d’observation et à l’élaboration de la doctrine et de la méthode. Elle repose sur le dépouillement minutieux de tous les discours experts. L’analyse de cette matière est très fouillée et l’on suit parfaitement les débats où partant de l’idée que le jugement d’un mineur nécessite une enquête qui ne soit pas limitée aux faits reprochés, par touches successives, s’invente ce qu’on appellera l’observation en milieu ouvert. Une seule réserve sur cette première partie : si la logique interne de ce processus discursif de longue durée est finement mis en évidence, ces débats auraient pu être mieux contextualisés.

La seconde partie est consacrée à l’expérimentation et à la pratique de l’observation en milieu ouvert et repose essentiellement sur les dossiers individuels des mineurs. Le danger était de tomber dans « l’étude de cas » rétroactive, danger d’autant plus grand que l’auteur est éducateur de formation. Jean-Pierre Jurmand a su éviter le piège pour décrire la pratique d’observation et montrer tout ce qui la conditionne socialement, culturellement, intellectuellement. Dans les années 1960, l’Éducation surveillée passe de l’expérimentation à l’institutionnalisation et surtout l’observation en milieu ouvert se métamorphose de plus en plus souvent en action éducative en milieu ouvert. Jean-Pierre Jurmand décrit le cadre social, juridique (il souligne à juste titre le rôle fondamental de l’ordonnance de 1958) et institutionnel de cette généralisation. Son analyse des équipements est, en la matière, des plus précieuses. Pour illustrer au plus près ces transformations, il s’appuie sur l’exemple de la Consultation d’Arcueil dont les dossiers ont été miraculeusement conservés. Encore une fois le décryptage de ces « vies de papiers » permet à l’auteur de donner à voir les pratiques effectives du milieu ouvert et, en filigrane, la construction d’une nouvelle professionnalité. Il montre très bien que si les objectifs éducatifs et les logiques d’action semblent ne pas connaître de grand bouleversement, les logiques d’interprétation changent. Il y a une accentuation de la subjectivation voire une certaine psychologisation qui fait de la dynamique intrapsychique du jeune, un facteur explicatif ultra dominant au point que l’auteur peut parler à propos d’une situation d’un « art de l’effacement » au service d’une « convergence de l’interprétation ». Deux petites réserves sur cette partie qui n’enlèvent rien à sa nouveauté. L’auteur ne prend pas en compte les réticences suscitées par le développement du milieu ouvert qui se manifeste, par exemple, par une inversion des priorités budgétaires (si le premier plan entend développer les équipements de proximité donc le milieu ouvert, le second lance un vaste programme de construction d’internats ruraux). L’étude des liens entre le milieu ouvert et les autres formes de prise en charge des mineurs de justice est insuffisamment creusée sauf dans les ultimes chapitres où Jean-Pierre Jurmand s’interroge sur un modèle, qui, au moment même où il triomphe au mitan des années 1970, entre en crise.

Dans une conclusion fort stimulante, l’auteur resitue son travail dans le temps long de l’histoire de la justice des mineurs.

Cette analyse de la naissance et du développement du milieu ouvert est véritablement neuve et constitue un apport essentiel à l’histoire de la justice des mineurs. Ce travail mérite d’être valorisé et de sortir de la confidentialité des bibliothèques universitaires.

JURMAND, Jean-Pierre. Le milieu ouvert. Construction d’un modèle social de la justice des mineurs en France (1890-1970). Thèse d’histoire, Université d’Angers, 2012.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts