A propos Philippe Vanrietvelde

Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de1998 à 2013. Formateur à l’École Nationale de la PJJ depuis 2013

Sphère politique et pluralisme culturel : l’impossible rencontre ?

Alain Renaut, traducteur de Kant, professeur de philosophie politique et d’éthique à Paris-Sorbonne et à l’Institut d’Études Politiques de Paris, revient sur un sujet qui le préoccupe au plus haut point en tant qu' »intellectuel responsable », ainsi qu’il se définit lui-même. Il fait en effet le constat que la sphère institutionnelle, politique, ne reconnaît toujours pas, en 2015, de jure, la diversité culturelle de la population française, qui, de facto, est pourtant composée de multiples identités. L’auteur voit dans ce décalage le ferment d’une conflictualité qui, à terme, pourrait prendre deux formes aussi inquiétante l’une que l’autre : d’un côté, un mouvement de plus en plus pressant de revendications émanant de populations minoritaires « de plus en plus exigeantes en termes de reconnaissance  de leurs droits à la diversité », de l’autre la montée en puissance d’une idéologie qui préconiserait le repli identitaire des Français rejetant les « citoyens porteurs d’autres référents culturels et linguistiques que les leurs ». Alain Renaut constate d’ailleurs que  la sphère publique fait actuellement le lit de cette seconde alternative.
Dès lors, il reste à espérer que la pluralité culturelle qui caractérise notre société suscitera « à la fois en termes de thématisation intellectuelle et en termes de création politique de droits nouveaux, des réponses à la hauteur des questions qu’elle soulève ».  C’est pourquoi Alain Renaut, dans la dernière partie de son article, repère quelques démarches possibles, comme la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, l’acceptation de l’article 30 de la Convention internationale des droits de l’enfant, la construction de droits individuels à l’identité culturelle, poser le principe de l’accommodement raisonnable (en s’inspirant du modèle québécois). Il prévient que ces initiatives doivent s’inscrire dans l’interculturalisme (« éviter que le geste de la reconnaissance des communautés culturelles dût apparaître comme une fin en soi ») plutôt que dans le multiculturalisme (« la mosaïque ethnique à l’américaine »).

Référence: RENAUT Alain. « Le multiculturalisme, jusqu’où ? Une situation française ». Cahiers Français, 2015, n° 385, pp.20-27.

Philippe Vanrietvelde

Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de1998 à 2013. Formateur à l’École Nationale de la PJJ depuis 2013

More Posts

Les mineurs isolés étrangers, acteurs modernes du marché global

Dans sa livraison du premier trimestre 2014, la Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI), qui est éditée par l’Université de Poitiers, présente, dans un article de l’ethno-psychologue Francesco Vacchiano, l’état des travaux du laboratoire MIGRINTER (UMR 7301, CNRS-Université de Poitiers) sur la migration indépendante des mineurs à l’échelle internationale.
L’auteur poursuit un travail sur ce qu’il appelle « le nouveau rôle des adolescents dans la migration internationale, en lien avec les changements contemporains du lien social et de la subjectivité ». Francesco Vacchiano voit les adolescents migrants comme les protagonistes d’un processus de signification du monde, de négociation de l’appartenance et de revendication de citoyenneté, « qui trouve dans l’accès à la mobilité l’une des dimensions les plus considérables ». Ces adolescents ont en commun leur désir d’assimiler les formes et les normes du monde actuel et ils incarnent, dans leurs migrations, l’une des illustrations du développement du marché global de nature capitaliste. Quel que soit son pays d’origine et son parcours migratoire, l’adolescent prend conscience de son exclusion, de son origine sociale (le bas de l’échelle), et envisage la migration comme la promesse d’une vie « plus digne », « plus moderne ».
L’auteur rejoint l’analyse de Paula S. Fass : «L’adolescence devient une identité universelle dans le contexte de la mondialisation en même temps que les accessoires et la culture juvénile se répandent partout par les mêmes canaux qui constituent la globalisation.»
Dès lors, être mobile, c’est prétendre au succès. Ceux qui détiennent le pouvoir (économique, politique, social) ainsi que les touristes, les sportifs de haut niveau, etc., sont mobiles. Partir, c’est aussi défier un ordre social injuste. L’enfant est vu par ses parents, immobiles, comme le salut de la famille, dans un contexte d’épuisement des figures d’autorité traditionnelle (discrédit du père).

Référence :VACCHIANO Francesco, « A la recherche d’une citoyenneté globale. L’expérience des adolescents migrants en Europe ». Revue Européenne des Migrations Internationales, 2014, vol.30, n°1, p.59-75.

Philippe Vanrietvelde

Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de1998 à 2013. Formateur à l’École Nationale de la PJJ depuis 2013

More Posts