A propos Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

Gentrification et mixité

La gentrification est ce phénomène qui consiste, pour les personnes issues des classes moyennes-supérieures, à s’installer dans d’anciens quartiers populaires. La question centrale de cet article est de savoir si cette appropriation d’un territoire s’accompagne d’une volonté – et d’une pratique – de la mixité pour les enfants des ces familles. Grâce à une étude réalisée à la fois à Paris (quartier des Batignolles) et à San Francisco (Noe Valley), les auteurs de cet article en sont arrivés à montrer que, pour ces familles, il existe bel et bien un désir de mixité sociale mais aussi d’autres stratégies mises en œuvre. La mixité est visée, voire revendiquée mais s’accompagne aussi, pour certaines activités, de choix qui relèvent d’une logique de préservation de l’entre-soi.
Menée finement, l’étude qui sert de base à cet article permet aussi aux auteurs de se livrer à une autre conclusion : la manière dont ces familles pensent et construisent leur rapport à la mixité de leurs enfants est liée à la politique d’ouverture des deux villes dont il est question.
Autant de réflexions intéressantes pour les professionnels de l’enfance et qui montrent la complexité de la mise en place de la mixité et donnent des pistes pour travailler autour de la notion de cohabitation. Car celle-ci, et les entretiens rapportés dans cet article le montrent bien, a ses limites et les parents de ces classes moyennes supérieures peuvent aussi parfois remettre en cause ces pratiques, notamment quand vient le moment pour leurs enfants d’accéder au niveau scolaire du collège (français).
La mixité est donc, aussi, essentiellement une affaire d’équilibre et ce travail devrait permettre à tout acteur social d’y réfléchir en s’appuyant sur cette recherche d’une indéniable qualité méthodologique.

Référence : AUTHIER Jean-Yves, LEHMAN-FRISCH Sonia. « Exposer ses enfants à la mixité. Discours et pratiques des parents de classes moyennes-supérieures dans deux quartiers gentrifiés de Paris et de San Francisco. » Politiques sociales et familiales, septembre 2014, n°117, p. 59-72.

Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

More Posts

Crimes adolescents et genre

Étude de genre ou critique des médias ? Cet article d’Arthur Vuattoux joue sur les deux registres. En effet, l’auteur se « focalise sur la mise en mots de deux affaires criminelles » et démontre, très clairement, que le traitement médiatique de ces deux évènements est passé au travers du prisme -déformant- des normes de genre. Dans le premier crime, un lycéen est en cause alors que dans l’autre, il s’agit de rendre compte des exactions d’un groupe d’adolescentes. Ces deux articles sont traités à la manière de faits divers ou de chronique judiciaire, mais ce qui est particulièrement intéressant, ce sont notamment les métaphores produites. Ce que met en évidence l’auteur, avec un corpus important d’articles analysés, c’est l’utilisation par les journalistes d’une grille de lecture « genrée ». D’un côté, l’attention médiatique se focalise sur les failles du contrôle judiciaire et l’auteur des faits est décrit comme un pervers « froid », « calculateur » alors que pour l’autre crime, les jeunes femmes sont qualifiées de « furies », de « bimbo » et le viol dont elles se sont rendues coupable est abondamment décrit. Arthur Vuattoux fait un parallèle avec des travaux antérieurs, notamment ceux de Coline Cardi et Geneviève Pruvost[1] pour aborder le double processus « d’invisibilisation et d’hypervisibilité de la déviance féminine ». Là où « la déviance des hommes paraît résulter d’un parcours balisé, celle des jeunes femmes se situerait du côté de l’anormalité ». Cela relèverait pour les médias d’une « reproduction médiatique d’une idéologie renforçant l’ordre du genre » où la presse « naturaliserait » un ordre établi.
Cet article propose également, sous la forme d’un questionnement final « d’aboutir à une meilleure compréhension du rôle des médias dans la reproduction des normes de genres ».

Référence : VUATTOUX Arthur. « Reproduction des normes de genre dans le traitement médiatique des crimes adolescents ». Revue française des sciences de l’information et de la communication [en ligne], 2014, n°4, <http://rfsic.revues.org/775>


[1] Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2008.

Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

More Posts