Maman et vigilante !

À en croire les auteurs de cet article, de nombreuses études américaines questionnent les modalités de surveillance et de contrôle par les parents des comportements et habitudes de leurs adolescents.
L’étude ici conduite par Judith G. Smetana et Wendy M. Rote, très américaine dans le traitement des données, vise donc à décrire ce que souhaitent savoir les mères des activités, personnelles ou plus «conventionnellement répréhensibles», de leur progéniture. Sur le plan méthodologique, leurs conclusions prennent appui sur trois entretiens, menés durant un an, avec 169 mères élevant (pas nécessairement seules, mais c’est ici le « métier de maman » qui est expertisé) des adolescents âgés de 15 ans, dans deux villes du Nord-Est des États-Unis. La typologie des objets de surveillance met à jour trois types d’activité : les proprement personnelles (gestion de l’argent de poche, de la sociabilité numérique, du téléphone), celles qui par essence demandent prudence et vigilance (fumer de la marijuana, boire de l’alcool,etc.) et celles qui relèvent à la fois des deux aspects (l’intimité affective, accès à la pornographie).
L’étude conclut que plus les jeunes grandissent, plus la curiosité des mères diminue, en tout cas pour les activités personnelles. Leur vigilance reste accrue plus longtemps en ce qui concerne les activités répréhensibles, surtout quand des facteurs de risques environnementaux sont présents. La recherche met en valeur un cercle vertueux, qui veut qu’à la suite de risques de déviance repérés, le niveau de surveillance augmente, ainsi que le rapport d’autorité, jusqu’à la diminution des problèmes. Elle montre aussi une surveillance plus intense des adolescentes, et plus présente  au sein des familles les plus pauvres.
Dernier résultat intéressant, la corrélation entre surveillance et accès à l’autonomie. Une approche qualitative de cet échantillon révèle en effet une conscientisation de la nécessité pour les mères d’alléger leur vigilance, de se faire moins intrusives, en vue de favoriser l’autonomisation de leurs enfants.

Référence: SMETANA, Judith G.  et ROTE, Wendy M. «What do mothers want to know about teens’ activities ?» Journal of adolescence, Volume 38, Janvier 2015.

L’ado est (aussi) dans le pré…

A force de stigmatiser les banlieues, il est aisé d’oublier qu’en zone rurale aussi, des adolescents vivent, grandissent et se socialisent. Julian Devaux s’attache à conter et à modéliser, sur un mode ethnographique, cette jeunesse des campagnes. Un article récent, paru dans la revue Agora, synthétise en quelques pages ses travaux.
Trois traits caractérisent la construction sociale de l’adolescent en milieu rural. En mode mineur, notons une relation ambiguë entre ces jeunes et la culture urbaine, entre attrait de la nouveauté et repli sur la communauté proche, plus forte ici qu’à la ville. Cette relation, aux pairs comme aux adultes, est une autre spécificité à prendre en compte, dans un environnement où chacun connait tout le monde. Mais bien sûr, c’est la gestion de la mobilité qui discrimine les réalités adolescentes des zones rurales.
A partir de ce cadre, l’auteur nous expose un modèle de la socialisation adolescente, selon les deux axes classiques du genre et de l’âge. Ainsi les préadolescents se caractérisent par une forte séparation des genres, les garçons expérimentant une mobilité ludique, se regroupant dans les lieux publics (église, parc, stade, etc.), alors que les filles continuent à favoriser une forte « culture de la chambre ». Durant les années collèges, cette séparation des genres se poursuit, avec une quête accrue de l’autonomie par la mobilité. Les adolescents découvrent le scooter, à la fois objet d’expérimentation de pratiques déviantes et de mise à l’abri du regard des adultes. Les filles ouvrent elles aussi- leurs horizons, en s’autorisant l’accès à l’espace public, par un jeu subtil du voir et de l’être-vue, mais aussi en favorisant une « altérité adolescente », par l’usage des réseaux sociaux et la volonté de « monter en ville ». C’est à la fin de l’adolescence, qu’enfin, ces jeunes assument une « mobilité de bande », mixte et propice à des recompositions relationnelles nouvelles. Des pratiques, initiatiques, de « sorties du territoire » apparaissent alors avec le permis de conduire.

Référence : DEVAUX Julian . « Les trois âges de socialisation des adolescents ruraux » in Agora, N°68, troisième trimestre 2014

 

Un petit dessin vaut mieux…

Peut- on mesurer l’efficacité, voire l’efficience, d’une activité pédagogique, comparer la portée d’un acte éducatif ? C’est à cette question ambitieuse et professionnellement intrigante que se confronte cet article du Journal of moral éducation. Deux chercheurs finlandais, Juha Johansson et Markkus S. Hannula, se sont ainsi intéressés aux effets relatifs de deux médias sur l’éducation à la citoyenneté : l’écriture de nouvelles et la production de bandes dessinées.
Lequel de ces deux outils permet alors une plus grande efficacité dans l’acquisition des notions de justice et de care ? Ces deux médias semblent s’y prêter de la même façon, l’un par le modèle du conte de fées, le second par celui des super héros de comics. Tous deux fournissent aux enfants une base de données permettant d’illustrer et de mettre en concept les notions de règles, de droit, de devoir, comme, du côté du care, celles d’empathie ou de compassion.
La méthodologie employée ? Des observations et des entretiens d’explicitation auprès d’une classe d’enfants de huit ans  qui devaient inventer, à travers l’un ou l’autre de ces médias, des histoires de « lutte contre le mal ». Si garçons et filles différent profondément dans leur usage des principes moraux, la justice rétributive d’un James Bond s’opposant à la diplomatie d’une Hello Kitty, il apparait pour ces deux publics que l’usage de l’image dans la construction narrative permet une plus grande maîtrise des concepts utilisés, une plus grande finesse dans leur analyse. Les chercheurs évoquent plusieurs hypothèses explicatives, la plus intéressante étant que la BD, permet, visuellement, l’expression de symboles. Et ces derniers seraient plus aptes à illustrer des concepts moraux chez des êtres en apprentissage.
S’il s’agit là expérience autour de la production de BD, et chez de jeunes enfants, ces résultats peuvent être fort intéressant pour les éducateurs utilisant la lecture de bandes dessinées comme média éducatif, dans le cadre de « Bulles en fureur » par exemple.

Référence : JOHANSSON Juha ;  S. HANNULA Markkus . How do Finnish Chikdren express care and justice in comic strip and written narratives ? in Journal of Moral Education – Vol 43, N° 4, 2014

La fiction du soi

La revue Belge Sociétés consacre l’un de ses derniers numéros à la science-fiction et au rapport que ce genre culturel entretient avec « le monde des hommes ». L’attention des éducateurs pourrait être attirée par un article qu’une doctorante consacre aux jeux en réseau et leur enjeu dans la construction identitaire.

En effet, France Vachey, par la mise en place d’un dispositif méthodologique original, se lance dans une ethnographie du monde virtuel de World of Warcraft, le leader des jeux de rôle en ligne. Elle y évoque une sociabilité bien semblable à celle mise en œuvre dans le monde réel et des interactions langagières qui obéissent aux règles qui nous sont usuelles.

Le sujet abordé dans cet article, pour original qu’il soit, présente un double intérêt. Il rappelle d’une part, au travers des travaux de Huizanga, Caillois et Winnicott, la place que tient le jeu dan sa construction des enfants, des adolescents mais aussi des adultes. France Vachey rappelle, en citant le psychiatre anglais, que « c’est en jouant, et peut être seulement quand il joue, que l’enfant ou l’adulte est libre […] C’est seulement en étant créatif que l’individu découvre le soi. » Mais l’auteure met aussi en lumière la place de ces mondes virtuels, où le joueur rencontre les avatars d’humains eux bien réels, dans la construction autobiographique. Jouer en réseau, c’est se créer un personnage, une histoire, penser la différence entre ce rôle et le soi ; opposer un idéal à une image que l’on nous renvoie. C’est se voir interagir avec un monde, certes moins « concret » que celui qui nous entoure, mais tout aussi opposant ; c’est surmonter les obstacles. C’est enfin interagir avec l’autre et accepter la subjectivité d’un autrui avec lequel il faut toujours composer, loin d’un fantasme de toute puissance. Reprenant alors la pensée littéraire de Daniele Sallenave, France Vachey évoque le fait que « raconter, c’est d’abord être. » La création d’un personnage, d’une persona fiction, au sein d’un monde virtuel, est acte de narration de soi et par la même de construction, de renouvellement, de son identité.

C’est peut être là qu’il faut chercher le succès de ces pratiques numériques auprès des adolescents et des jeunes adultes. Au sein d’un monde où expérimenter sa relation à l’autre présente peu de risque, il est plus aisé découvrir son être en devenir.

 

VACHEY, France. «Fiction de personnage dans un MMORPG [de l’expression anglaise « Massively Multiplayer Online Role Playing Games », signifiant « jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs »NDLR], entre jeu de rôle et écriture de soi, écrire une persona fiction». Sociétés, N°113, troisième trimestre 2011, p. 81.