Les prisons pour mineurs

Gilles Chantraine et son équipe ont mené, pendant deux ans, une enquête sur les prisons pour mineurs. Cette recherche a visé « à saisir conjointement les expériences de réclusion, les pratiques professionnelles et les controverses publiques ».

Cette recherche combine un travail ethnographique, 120 entretiens réalisés avec des professionnels et des jeunes, 2 séries d’entretiens collectifs avec des professionnels des EPM, une analyse comparative des controverses publiques relatives aux prisons pour mineurs en France, en Belgique et en Allemagne.

Le rapport se divise en trois parties : la première est relative aux controverses publiques, politiques et professionnelles, la seconde traite des conditions de vie et de travail au sein des quartiers mineurs de maison d’arrêt, la troisième s’attache au « monde social » des EPM. Les 4 chapitres de la dernière partie (surveiller/observer, affecter/différencier, éduquer/punir, soigner/instruire) explicitent tant les pratiques professionnelles et les différentes représentations du travail qui leur donnent sens que les modalités selon lesquelles s’organise, sur le plan institutionnel, le parcours des jeunes détenus en détention et au-delà.

Le chapitre éduquer/punir pose la question d’une éducation possible en prison, dès lors que la sanction disciplinaire reste « un privilège sécuritaire de l’administration pénitentiaire », et qu’une partie des éducateurs n’investit pas l’espace de détention, considérant qu’on ne peut vraiment éduquer qu’en dehors de la prison. En recherchant la socialisation des jeunes à travers une « prise en charge globale », qui mobilise des professionnels de différents secteurs, en produisant un continuum punitif entre diverses modalités de sanction (donnant-donnant, « mesures éducatives », régimes différenciés, régime disciplinaire) et en ayant recours à une architecture spécifique permettant de gérer les rapports sociaux par une fragmentation de l’espace, les EPM produiraient une technologie douce participant d’un gouvernement par les subjectivités et contribueraient à une forme paradoxale de retotalitarisation de l’institution.

 

 Gilles Chantraine (Dir.), avec Nicolas Sallée, David Scheer, Grégory Salle, Abraham Franssen et Gaëtan Cliquennois.
« Les prisons pour mineurs. Controverses sociales, pratiques professionnelles, expériences de réclusion », rapport pour la mission de recherche Droit et Justice, Clersé, 2011, 534p.

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l'ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société. Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l'éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l'action publique en santé mentale.

More Posts


Ce contenu a été publié dans Etudes et recherche par Hélène Cheronnet, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l'ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société. Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l'éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l'action publique en santé mentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.