Homoparentalité, relations parents-enfants et développement

Cette étude anglaise, publiée en 2014 dans la revue Child Development, s’intéresse aux effets de l’homoparentalité sur le développement d’enfants adoptés de 4 à 8 ans. S’il existe quelques travaux scientifiques sur les enfants élevés par des mères lesbiennes, ce travail est l’un des premiers qui intègre dans son échantillon des couples d’hommes (41 couples d’hommes en plus de 40 couples de femmes et 49 couples hétérosexuels). Les résultats obtenus proviennent de trois sources : questionnaires et entretiens avec chacun des parents, observation des interactions parents-enfants et questionnaires remplis par les enseignants.
Tout d’abord, peu de différences au niveau des relations parents-enfants apparaissent, si ce n’est que les couples homosexuels masculins se montrent plus chaleureux et en interaction avec leurs enfants que les couples hétérosexuels. Ceci contredit l’idée selon laquelle les hommes auraient plus de difficultés à assurer une fonction de soutien affectif. Par ailleurs, l’évaluation des problèmes de comportement et d’hyperactivité témoigne d’une meilleure adaptation des enfants de couples homoparentaux, ce qui s’explique par le niveau de stress plus élevé chez les couples hétérosexuels de l’échantillon. En effet, le stress parental permet, bien plus que le type de couple parental, de comprendre les difficultés d’adaptation des enfants. Enfin, si les garçons et les filles de l’échantillon peuvent être différenciés en évaluant leurs comportements genrés (féminin/masculin), le type de couple parental n’a aucun effet sur ces comportements, ni pour les filles, ni pour les garçons. Cela soutient l’idée que l’orientation sexuelle des parents et, plus simplement, leur genre, ne détermine pas le développement psychologique et l’adoption de comportements genrés par les enfants.

Référence : GOLOMBOK, S., MELLISH, L., JENNINGS, S., CASEY, P., TASKER, F. & LAMB, M. E. «Adoptive Gay Fathers Families: Parent-Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment.» Child Development, mars/avril 2014, 85 (2), 456-468.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.