Documentaire : adolescentes des banlieues

Elles s’appellent Moufida, Coralie ou Aïssetou et grandissent au sein d’une cité à Marseille, Le Blanc-Mesnil ou encore Clichy-sous-Bois. Dans son documentaire « Les roses noires », Hélène Milano choisit de montrer ces jeunes filles en fleur et leur rapport au langage au moment crucial qu’est l’adolescence. Elle leur offre, le temps de ce reportage, une visibilité inattendue dont elles se saisissent sans faux-semblant.
Filmer cette parole si fragile tout en la questionnant se révèle être une approche particulièrement ingénieuse et habile exploitée par la documentariste. A la fois sujets et verbes, observatrices et actrices, les jeunes filles réfléchissent à leur propre langage, miroir d’une identité qu’elles peinent encore à définir, tout en contradiction. Par l’analyse de ce langage hybride, fait de mots à la croisée de multiples cultures, elles disent l’appartenance communautaire mais aussi le cloisonnement social qu’il génère, conscientes que ces codes rassemblent autant qu’ils excluent.
Ce constat fait écho aux limites qu’elles-mêmes s’imposent, qui les enferrent et dont elles ont tant de mal à s’émanciper. Car cette parole donnée met aussi en exergue des mécanismes troublants, parfois inquiétants, d’une organisation sociale qui les écrase et qu’elles relaient, semble-t-il, malgré elles, se faisant les émissaires d’un discours reniant leur propre liberté et identité.
Au fil du récit, le reportage dit bien la double peine pour ces femmes en devenir. Tout d’abord, la difficulté de trouver sa place au sein d’une société dont on se sent exclues, mais aussi celle de savoir s’affirmer et d’assumer sa féminité dans un univers violemment régi par des codes masculins. Hégémonie toute puissante particulièrement pesante qui semble se cristalliser au moment de l’adolescence et de la sexualisation des rapports entre garçons et filles.
A l’image de Sarah qu’on voit boxer seule au milieu des garçons, il s’agit bien là d’un véritable combat que toutes mènent quotidiennement. Et c’est justement dans cette lutte, cette fierté de ne pas « s’écraser », qu’on perçoit tout l’espoir qu’elles portent en elles. Une force qui leur sera nécessaire pour briser leurs chaînes et qu’on sent naître en même temps que l’acceptation de leur féminité, comme d’une liberté, de plus en plus forte, à la fin du reportage.

Référence : MILANO Hélène (Réal.). Les roses noires [document multimédia]. Paris : Centre Nationale de la Cinématographie, 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.