A risque !

Dans cet article, les auteurs s’interrogent sur la responsabilité des chercheurs dans la distorsion des représentations sociales de l’adolescence et de la jeunesse en relation avec la terminologie moderne couramment utilisée de « jeunes à risque ».
Le postulat de départ de cette réflexion pourrait être emprunté à Albert Camus quand il affirmait que « mal nommer les choses, c’est ajouter à la misère du monde ».
Cet écrit est structuré en trois parties et conclut sur le positionnement du chercheur.
Dans la première partie, les auteurs démontrent que l’apparition de la catégorisation « jeunes à risque » est en lien avec le contexte post-moderne  du début des années 1980 marqués par des accidents industriels majeurs comme Bhopal en 1984, Tchernobyl en 1986.
Cette contingence sociohistorique s’accompagne d’un sentiment d’incertitude face à l’avenir avec l’apparition de la mondialisation des marchés, la dérèglementation liée au néolibéralisme transnational.
De ce fait, chaque groupe social peut être appréhendé comme groupe « à risque » pour autrui ou la société.
La seconde partie du texte démontre d’ailleurs que le terme « jeunes à risque », très largement présent ces dernières années dans les publications à caractère scientifique, s’est progressivement introduit dans le langage ordinaire.
Ainsi, les risques imputés aux jeunes ne résulteraient plus d’une observation empirique ni d’une pensée neutre mais plutôt d’un raisonnement probabiliste cherchant à anticiper les problèmes pour les prévenir ou les gérer.
La troisième partie de cet article est consacrée au contexte institutionnel qui façonne le travail du chercheur.
En effet, les auteurs démontrent que cette terminologie de « jeunes à risque » s’inscrit à la jonction des demandes institutionnelles (qui correspondent aux commandes rémunérées passées aux chercheurs par le biais du financement public) et des préoccupations des individus et des groupes.
Malgré les contraintes institutionnelles fortes, les auteurs veulent tenter de s’approprier un espace de liberté en travaillant avec les jeunes et pas au sujet des jeunes par « une approche méthodologique sous l’angle de la réciprocité intergénérationnelle » afin notamment de réduire les représentations et d’être davantage en adéquation avec la réalité de ces publics. Ceci représente un vrai défi !

Référence: CARON Caroline ; SOULIERE Marguerite.  Jeunes à risque : généalogie d’un langage problématique. Canadian Review of Sociology– volume 50, n°4. 2013 

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l'Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l'IRTS de Loos (59) et à l' EES de Lille (59). 25 ans d'expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.