Pauvreté et violence à l’école

A partir d’une enquête ethnographique, conduite en (2008) au sein d’un collège d’une favela de Rio Benjamin Moignard, maitre de conférences en sociologie à l’université Paris-Est-Créteil (UPEC) s’attache à déconstruire le lien d’évidence entre pauvreté et violence à l’école.
Depuis les années 80, nombre d’enquêtes de victimation menées en France et dans les pays anglo-saxons montrent que le niveau de violence mesuré est plus important dans les établissements scolaires situés dans des zones dites défavorisées. Selon ces études, l’expérience du quartier et le niveau socio-économique des élèves seraient à l’origine de conduites anti scolaires susceptibles de générer des comportements violents à l’école.
Dans l’enquête de Benjamin Moignard, les élèves brésiliens, pourtant exposés à un niveau de violence plus élevé dans leur quartier, se révèlent moins tolérants à la violence au collège que leurs homologues français. Pour éclairer ce paradoxe apparent, l’auteur avance trois explications : En premier lieu, le collège brésilien fonctionne pour les élèves comme un espace protecteur ouvert sur son environnement et incorporé à la vie de la communauté. De même, l’établissement scolaire fait partie intégrante des rapports de domination qui structurent l’ordre social au sein de la favela, ainsi est-il considéré par les trafiquants comme un espace à protéger. Enfin, pour la direction de l’établissement comme pour le corps enseignant, l’épanouissement et la protection de l’élève priment sur la mission d’instruction. La priorité donnée à l’objectif d’éducation a pour effet de réduire les tensions liées au processus de transmission des savoirs scolaires et permet de maintenir un faible niveau de violence au sein de l’établissement.
A travers cette comparaison internationale, Benjamin Moignard montre qu’il n’y a pas de lien d’évidence ente violence scolaire et pauvreté. Toutefois la paix qui règne au sein du collège brésilien résulte d’un renoncement, celui d’une conception émancipatrice de l’école.

MOIGNARD Benjamin. «Violence à l’école et pauvreté : des liens d’évidences à repenser ». Les Cahiers de la sécurité, avril-juin 2011, n°16, p.55-63.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.