Ce que « bien éduquer » veut dire

C’est à partir de deux recherches que Christophe Delay et Arnaud Frauenfelder, tous deux sociologues, cherchent à saisir les malentendus « structuraux » qui se manifestent à propos de ce que « bien éduquer veut dire », entre d’une part divers agents institutionnels en charge de veiller à la « bonne éducation », à l’épanouissement et à la « protection des enfants », et d’autre part des familles appartenant aux catégories populaires.

L’article se divise en trois parties : la première vise à mieux cerner le « modèle éducatif légitime » porté et défendu par les agents éducatifs travaillant au sein du dispositif de protection de l’enfance et qui sont chargés de repérer, de diagnostiquer puis de traiter les cas d’enfants « maltraités » ou soupçonnés de l’être. Les auteurs mettent en relation les exigences adressées aux parents avec la position sociale des professionnels concernés afin de saisir la complexité et l’ambivalence des attentes des professionnels (par exemple : « Ayez de l’autorité mais ne soyez pas autoritaire »).
La seconde partie se centre sur la compréhension de l’ethos éducatif dominant en milieu populaire dans des familles pouvant potentiellement faire l’objet de formes diverses d’encadrement institutionnel. L’idée est de saisir la cohérence de pratiques de socialisation à l’œuvre. Les parents interrogés ont recours à divers procédés éducatifs pour se faire obéir de leurs enfants avec une place importante accordée aux sommations, à la privation d’un plaisir immédiat, à la menace de sanction et enfin aux châtiments corporels. Ces derniers, vus comme le « dernier recours », tendent cependant à reculer, précisent les auteurs. Enfin, les chercheurs montrent comment la rencontre qui se déploie à certains « guichets institutionnels » entre des modèles éducatifs forts différents est souvent source de malentendus et peut induire des tensions et souffrances sociales. C’est le cas notamment pour des familles qui se voient délégitimées dans leur conception éducative et doivent affronter tant bien que mal le regard intrusif des agents de l’État dans leur vie privée.

Cet article permet, en conclusion, de distinguer diverses attitudes des familles – par exemple le malaise face à la stigmatisation de « mauvais parent » – qui vont conditionner le type d’intervention retenue par « les professionnels de la morale familiale » en privilégiant soit une intervention douce en cas de collaboration parentale, soit des formes d’interventions plus contraignantes et répressives en cas de non-collaboration.

Référence : DELAY Christophe, FRAUENFELDER Arnaud. « Ce que « bien éduquer » veut dire Tensions et malentendus de classe entre familles et professionnels de l’encadrement (école, protection de l’enfance) », Déviance et société, 2013, vol.37, n°2, pp.181-205.

Fatima El Magrouti

Sociologue. Chargée de formation à l’École Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.