Sociologie d’un groupe professionnel aux prises avec l’histoire

La thèse de Nicolas Sallée aborde le thème de « l’enfance délinquante » et de son traitement sous l’angle des rapports entre savoirs et interventions socio judiciaires. L’approche est pluridimensionnelle, l’histoire et la sociologie s’y côtoient avec bonheur. Le brassage et la plongée dans les sciences humaines et sociales du XXe siècle qui ont entouré la construction de la justice des mineurs n’ont rien d’ostentatoire et sont au service d’une démonstration sur sa spécificité. L’éclairage est ample et précis, il a pour objet un corps professionnel aux prises avec l’histoire et ses fluctuations.
Le cadre conceptuel, ancré dans une théorie de la sociologie des professions justifie l’emploi du terme de groupe professionnel pour désigner les éducateurs de justice préféré à celui de profession. L’intention est de souligner la forme singulière et la dynamique historique du processus de professionnalisation. L’identité professionnelle est très liée à l’histoire de l’institution, elle-même dépendante des formes de construction de l’État.
La première partie porte sur la tension qui structure l’espace professionnel de la prise en charge des mineurs délinquants. La construction historique singulière du droit pénal des mineurs s’est faite entre logique pénale et logique protectionnelle. La spécificité du droit des mineurs, son équivocité, s’inscrit dans la tension entre velléité protectionnelle et renforcement de la responsabilité pénale. La transformation de la justice des mineurs dans les années 1980-1990 marque un déplacement de « l’intérêt de l’enfant » à la notion de « droit de l’enfant ». Cette thématique resurgit dans le courant des années 1990 avec la question de la responsabilisation du mineur. Un groupe professionnel tire légitimité et singularité de la spécificité « judiciaire ». La transformation dans le milieu des années 1990 des dispositifs d’encadrement des mineurs marque le retour à la spécialisation pénale des éducateurs de la PJJ, elle s’accompagne de l’émergence de nouveaux savoirs pédagogiques, psychologiques et pédopsychiatrique sur la contenance, le faire avec, la contrainte, la responsabilisation, l’autorité…
La deuxième partie porte un regard sociologique sur l’activité des éducateurs en tenant compte de ce changement de contexte. Elle expose le processus de fragilisation de son identité à l’occasion de profondes transformations qui ont affecté la justice pénale des mineurs. Trois dispositifs d’encadrement et de prise en charge des mineurs sont examinés. Le milieu ouvert (MO) concentre une bonne partie d’une identité professionnelle construite dans l’après-guerre et surtout après 1970 qui privilégie la prise en charge individuelle et la tentative d’élucidation. Elle repose sur l’idée que l’acte délinquant est le symptôme, la manifestation d’un dysfonctionnement plus profond que l’on cherche à mettre au jour. D’où l’insistance pour construire et stabiliser des problématiques à partir de savoirs psychologiques sur les figures parentales. Néanmoins, la « conception éducative responsabilisante » progresse avec le travail sur l’acte.
Le centre éducatif fermé (CEF) est une zone intermédiaire entre le milieu ouvert et l’incarcération. L’activité des éducateurs y est centrée sur le comportement et les discours et discussions tournent autour de la contrainte et la contention. L’important  est la construction-stabilisation du cadre collectif et la nécessité pour les mineurs de s’y plier. L’interprétation qui est faite de la « fermeture juridique » bascule sur le plan symbolique.
L’établissement pour mineurs (EPM) pousse la professionnalité éducative au bord de sa propre négation, tant son mode de fonctionnement accumule les contradictions historiques. La posture adoptée par les éducateurs y est plus caricaturale. En effet, par la division sociale, ce type d’établissement permet aux éducateurs de se décharger sur les surveillants du soin d’assurer le maintien de l’ordre pénitentiaire, et de se réserver la partie symbolique (le sens donné à la limite devenue indispensable à la structuration psychique).
Nicolas Sallée montre comment la « conception éducative responsabilisante » agit comme une ressource mobilisable, commune au trois contextes institutionnels d’intervention (MO-CEF-EPM), mais à des degrés divers. Elle agit comme une justification, une adaptation à des contraintes politiques et administratives. Elle naturalise ces  contraintes.

Référence : SALLEE, Nicolas, Des éducateurs placés sous main de justice. Les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse entre droit pénal et savoirs sur l’homme. Université Paris Ouest Nanterre, 2012, 384 p.

jean-pierre Jurmand

Chercheur à l'ENPJJ-Roubaix, docteur en histoire

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.