La fratrie, une ressource pour les familles nombreuses

Alors que les enquêtes statistiques montrent que « le fait de grandir dans une famille nombreuse a un effet négatif sur les parcours scolaires des enfants » (p. 5), cet article – qui figure dans le dossier « Fratries » de Politiques sociales et familiales – cherche au contraire à développer l’idée que la fratrie peut être une ressource dans les familles nombreuses, notamment issues des classes populaires. En mobilisant les analyses issues d’une enquête qualitative par entretiens auprès d’une vingtaine de familles[1], les chercheurs tentent de comprendre plus précisément le rôle joué par les aînés dans le cadre du suivi de la scolarité et de l’accompagnement « lectoral »[2] des cadets. L’étude de ces deux modalités de prise en charge scolaire permet de constater leur participation à « un mode de socialisation familial scolairement rentable » (p. 6), autrement dit leur impact sur les résultats et la réussite scolaire des enfants de la fratrie.

Le texte est construit plus en détails autour de deux idées majeures. La première met en perspective la place et la modalité d’intervention des aînés avec celles de leurs parents auprès de leurs frères et sœurs : relais éducatifs des parents et interprètes de la culture et de l’institution scolaires. Si les rôles varient en fonction des caractéristiques socioculturelles des familles, ils diffèrent également en fonction du sexe des aînés et les auteurs soulignent un investissement plus significatif des filles dans la prise en charge scolaire de leurs cadets. La deuxième idée développée s’intéresse plus aux effets de l’intervention des aînés dans la fratrie et plus largement dans la famille : ces effets sont plutôt bénéfiques sur la scolarité des cadets même si quelques nuances sont apportées par les auteurs ; ils le sont également « en retour » sur les aînés eux-mêmes et leur reconnaissance au sein de la famille, ainsi que sur les pratiques éducatives de leurs parents.

Au final, le lecteur s’interrogera peut-être sur la généralisation de ces observations, notamment lorsque les aînés des familles nombreuses de milieux populaires sont eux-mêmes démunis au niveau scolaire. Néanmoins, cet article a le mérite d’élargir le regard porté habituellement sur les fratries de ces familles nombreuses et peut permettre aux (futurs) professionnels de penser autrement ces configurations familiales et leurs dynamiques internes.

Référence : VANHEE Olivier, BOIS Géraldine, HENRI-PANABIERE Gaële, COURT Martine et BERTRAND Julien. « La fratrie comme ressource. Le rôle des aînés dans les parcours scolaires des enfants de familles nombreuses ». Politiques sociales et familiales, mars 2013, n°111, pp. 5-15.


[1] Enquête financée par la Caisse nationale des allocations familiales dans le cadre de l’appel à projets « Destin social des fratries ».

[2] Le terme est mis entre guillemets par les auteurs de l’article.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.