Adolescence, développement moral et justice pénale

Depuis l’article inaugural de Gary Becker « Crime and punishment, an economic approach » publié en 1968, le paradigme tantôt qualifié de néo-utilitariste tantôt de néolibéral domine la doctrine pénale et assimile le mineur au majeur en considérant que l’un et l’autre sont des individus rationnels qui cherchent à maximiser leurs avantages et à diminuer leurs coûts. Il conviendrait donc, par un système pénal efficace, de rendre les coûts de la délinquance plus élevés que les bénéfices qui en sont retirés. Or, il semble que ce paradigme soit en voie d’épuisement en ce qui concerne le mineur. En témoignent, notamment, deux décisions récentes de la Cour suprême des États-Unis, dont la seconde en mai 2010 indique que la peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle est  un châtiment cruel et inhabituel. A l’appui de sa décision, la Cour indiquait que « la psychologie et les neurosciences continuent de montrer des différences fondamentales entre le cerveau des jeunes et celui des adultes ». L’article de la revue québécoise « Criminologie », traduit de l’anglais, a le mérite de faire la synthèse de travaux de neuropsychologie sur le développement moral des adolescents et d’évaluer si ces travaux ont une influence sur les pratiques des professionnels. En effet, les recherches ont montré que les adolescents sont en possibilité de s’engager dans un raisonnement logique à l’identique d’un adulte dès 15-16 ans. En revanche, le développement de leur cerveau n’a pas encore atteint son plein développement en ce qui concerne la planification et le contrôle. A l’adolescence le cerveau socio-émotionnel est le plus puissant et n’est pas encore sous le contrôle du cerveau cognitif. Il existe un décalage temporel entre les changements émotionnels et motivationnels et le développement plus tardif des capacités permettant de réguler les comportements. Les auteurs de l’article ont enquêté auprès des policiers, juges et travailleurs sociaux de la justice des mineurs pour constater que les professionnels de l’Amérique du Nord sont encore peu influencés par les recherches sur le développement moral à l’adolescence. En France, ces travaux restent largement inconnus.

Irina Demachéva, Noémie Aubert Bonn, Sébastien Lucero, Martin Ladouceur et Amir Raz. « Le rôle des facteurs développementaux dans la détermination de la responsabilité morale chez les jeunes : une étude pilote évaluant les opinions d’experts légaux et cliniques ». Criminologie, 2012, volume 45, n°2, p. 187-213.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.