Le milieu ouvert. Construction d’un modèle social de la justice des mineurs en France (1890-1970)

Jean-Pierre Jurmand nous propose le premier travail historique sur la forme aujourd’hui ultra majoritaire de prise en charge des mineurs de justice : le milieu ouvert.

La première partie est consacrée à l’émergence de l’idée d’observation et à l’élaboration de la doctrine et de la méthode. Elle repose sur le dépouillement minutieux de tous les discours experts. L’analyse de cette matière est très fouillée et l’on suit parfaitement les débats où partant de l’idée que le jugement d’un mineur nécessite une enquête qui ne soit pas limitée aux faits reprochés, par touches successives, s’invente ce qu’on appellera l’observation en milieu ouvert. Une seule réserve sur cette première partie : si la logique interne de ce processus discursif de longue durée est finement mis en évidence, ces débats auraient pu être mieux contextualisés.

La seconde partie est consacrée à l’expérimentation et à la pratique de l’observation en milieu ouvert et repose essentiellement sur les dossiers individuels des mineurs. Le danger était de tomber dans « l’étude de cas » rétroactive, danger d’autant plus grand que l’auteur est éducateur de formation. Jean-Pierre Jurmand a su éviter le piège pour décrire la pratique d’observation et montrer tout ce qui la conditionne socialement, culturellement, intellectuellement. Dans les années 1960, l’Éducation surveillée passe de l’expérimentation à l’institutionnalisation et surtout l’observation en milieu ouvert se métamorphose de plus en plus souvent en action éducative en milieu ouvert. Jean-Pierre Jurmand décrit le cadre social, juridique (il souligne à juste titre le rôle fondamental de l’ordonnance de 1958) et institutionnel de cette généralisation. Son analyse des équipements est, en la matière, des plus précieuses. Pour illustrer au plus près ces transformations, il s’appuie sur l’exemple de la Consultation d’Arcueil dont les dossiers ont été miraculeusement conservés. Encore une fois le décryptage de ces « vies de papiers » permet à l’auteur de donner à voir les pratiques effectives du milieu ouvert et, en filigrane, la construction d’une nouvelle professionnalité. Il montre très bien que si les objectifs éducatifs et les logiques d’action semblent ne pas connaître de grand bouleversement, les logiques d’interprétation changent. Il y a une accentuation de la subjectivation voire une certaine psychologisation qui fait de la dynamique intrapsychique du jeune, un facteur explicatif ultra dominant au point que l’auteur peut parler à propos d’une situation d’un « art de l’effacement » au service d’une « convergence de l’interprétation ». Deux petites réserves sur cette partie qui n’enlèvent rien à sa nouveauté. L’auteur ne prend pas en compte les réticences suscitées par le développement du milieu ouvert qui se manifeste, par exemple, par une inversion des priorités budgétaires (si le premier plan entend développer les équipements de proximité donc le milieu ouvert, le second lance un vaste programme de construction d’internats ruraux). L’étude des liens entre le milieu ouvert et les autres formes de prise en charge des mineurs de justice est insuffisamment creusée sauf dans les ultimes chapitres où Jean-Pierre Jurmand s’interroge sur un modèle, qui, au moment même où il triomphe au mitan des années 1970, entre en crise.

Dans une conclusion fort stimulante, l’auteur resitue son travail dans le temps long de l’histoire de la justice des mineurs.

Cette analyse de la naissance et du développement du milieu ouvert est véritablement neuve et constitue un apport essentiel à l’histoire de la justice des mineurs. Ce travail mérite d’être valorisé et de sortir de la confidentialité des bibliothèques universitaires.

JURMAND, Jean-Pierre. Le milieu ouvert. Construction d’un modèle social de la justice des mineurs en France (1890-1970). Thèse d’histoire, Université d’Angers, 2012.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts


Ce contenu a été publié dans Etudes et recherche par Jean-Jacques Yvorel, et marqué avec , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.