Philosophies de la vulnérabilité

La vulnérabilité est devenue un thème central de la recherche en philosophie morale et politique mais également en sciences sociales. Comme l’indiquent Sandra Laugier et Marie Gaille dans l’article introductif du numéro 14 de Raison politique, il revient aux éthiques du care d’avoir permis le développement des réflexions sur ce sujet. Les éthiques du care se sont constituées en discussion, si ce n’est en opposition, avec la philosophie de John Rawls. L’auteur de Théorie de la justice a dominé la philosophie morale et politique de la fin du siècle dernier en renouvelant la théorie du contrat dont les auteurs les plus célèbres furent Locke, Rousseau et Kant. Une telle théorie repose sur l’idée d’individus autonomes. Selon les éthiques du care, cette philosophie s’appuie sur la fiction d’individus abstraits, indépendants et isolés. La réalité est que l’humain est fondamentalement vulnérable. La vulnérabilité, qu’elle soit physique, psychique ou sociale, ne se limite pas à la petite enfance et au grand âge mais peut toucher quiconque par la maladie, l’accident, le chômage. A ce moment, nous avons tous besoin d’attention, de sollicitude, de soins, c’est-à-dire pour reprendre le concept anglais, de care. L’autonomie, elle-même, comme l’a montré Joan Tronto, n’est possible que parce que les individus indépendants bénéficient de care, notamment dans leur famille. A l’opposé de l’éthique de la justice, les éthiques du care sont contextualistes et enracinées dans la relation vivante à autrui. Elles reposent sur l’interdépendance d’individus vulnérables.

Dans ce dossier de Raison politique, plusieurs contributions traitent de la vulnérabilité dans le monde du travail et dans l’espace hospitalier. Pour leur part, Andrade de Barros, José Newton Garcia de Araújo et Joăo Batista Moreira Pinto, chercheurs en psychologie sociale nous montrent la vulnérabilité en milieu carcéral au Brésil. Ils soulignent que la société contemporaine, en valorisant de plus en plus les performances individuelles, l’efficience, la responsabilité, rejette à sa périphérie, notamment dans les favelas des populations marquées par la vulnérabilité. Pour une partie d’entre elles, il ne reste pour survivre que les activités illicites. Les auteurs montrent que la prison renforce leur vulnérabilité. Elle favorise le désapprentissage des valeurs de la vie sociale. La solitude, l’isolement, l’inactivité corporelle et intellectuelle font que les détenus éprouvent un sentiment d’amputation de soi. La perte du pouvoir sur sa propre vie nourrit l’enfermement sur soi-même et la passivité.

Christophe Béal ne s’appuie pas sur l’éthique du care mais sur le républicanisme. Selon ce courant philosophique développé notamment par Philip Pettit, le rapport de domination produit de la vulnérabilité. Dans la famille, la femme et l’enfant sont vulnérables s’ils sont sous le pouvoir absolu de l’homme. Des dispositifs institutionnels comme le droit pénal  permettent de réduire la vulnérabilité en punissant les violences domestiques. Cependant, le droit pénal peut être aussi producteur de vulnérabilité. C’est la raison pour laquelle Christophe Béal souligne que Philip Pettit défend la justice réparatrice qui permet de réduire la vulnérabilité des victimes en évitant de faire croître la vulnérabilité des auteurs de violence.

 

 « Grammaires de la vulnérabilité ». Raison politique, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, avril 2011, numéro 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.