L’agir comme processus?

L’article de Lisa Ouss-Ryngaert, pédopsychiatre et psychothérapeute intitulé : L’agir comme processus ? est un commentaire de l’article de Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard. L’intérêt de l’article de ces auteurs est de comprendre l’adolescence en faisant des liens entre le fonctionnement du cerveau (les neurosciences) et le psychisme (la psychanalyse), « c’est une invitation à repenser le cadre théorique général de la psychopathologie » à la lumière des derniers apports neuroscientifiques. Elle reprend essentiellement quatre points évoqués par les auteurs. Le premier point concerne les compétences de l’adolescent : le cerveau de l’adolescent est plutôt « multiple localisé » celui de l’adulte plutôt « simplifié synergique ». Le deuxième point est que l’agir adolescent ne serait pas un symptôme, signe d’un défaut de mentalisation, mais l’expression d’un processus structurant. L’agir prend ici une dimension de créativité et d’adaptabilité. Les adolescents seraient plus enclins que les adultes à « auto-trouver » et donc auto-créer leur environnement. Le troisième point aborde le cadre épistémologique, l’adolescent selon Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard est l’objet des thérapeutiques des sciences cognitives ou biologiques, alors qu’il est avant tout, selon Lisa Ouss-Ryngaert, le sujet d’une thérapie. Il faut, poursuit l’auteur de ce texte, poser la question autrement, il s’agit d’étudier un même objet, mais selon deux angles différents afin de « faciliter une approche translationnelle » qu’elle qualifie de connaissances fondamentales, « au lit du patient ». Enfin le quatrième point pose la question éthique qui est celle de la responsabilité face aux adolescents. Les travaux mis en avant par les neurosciences tendraient à mettre en évidence un cerveau qui produit des actions plus que des réflexions mais alors poursuit-elle, le risque est d’oublier la part « d’imprévisible » qu’il y a dans les comportements humains…

 

OUSS-RYNGAERT, Lisa. « L’agir comme processus ?» Adolescence, 2011/3 (n° 77).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.