Comparaison de la performance de différentes théories dans la prédiction de la violence

Cette importante recherche publiée par Henriette Haas, psychologue à l’université de Zurich, et Maurice Cusson, criminologue à l’université de Montréal, vise à comparer la valeur prédictive de six différents modèles théoriques explicatifs de la violence, définie ici comme « l’agression physique intentionnelle ou la menace d’agression d’une autre personne ». Les données traitées par les chercheurs proviennent d’un échantillon impressionnant de 21 312 jeunes hommes suisses interrogés durant leurs premières semaines de service militaire. Les questionnaires auxquels ils ont été soumis, anonymes et conséquents (44 pages, 900 items), portaient d’une part sur différentes formes de violence agie et leurs fréquences au cours des 12 derniers mois, d’autre part sur des variables susceptibles d’expliquer la violence et se référant aux six modèles théoriques retenus (conflit social, association différentielle, choix rationnel, contrôle social, traumatisme infantile et psychopathologie). Des analyses statistiques ont ensuite été menées pour tester le pouvoir explicatif de chaque modèle, opérationnalisé à travers une série de variables. Par exemple, la théorie du contrôle social se traduit par plusieurs dizaines de variables, comme la cohésion familiale pendant l’enfance, la participation à des activités associatives, les déménagements, etc.
Les résultats indiquent que chacune des six théories a un pouvoir explicatif propre. De plus, la prise en compte des variables associées à l’ensemble des modèles (et non à chaque modèle pris isolément) permet de bien meilleures prédictions de la violence. Cela plaide donc pour une approche intégrative multifactorielle où les théories, souvent mises en opposition par leurs défenseurs, jouent plutôt des rôles complémentaires. Une telle approche sous-tend les modèles « bio-psycho-sociaux », tel celui de Steinert et Whittington (2013), qui tentent d’intégrer l’ensemble des facteurs criminogènes.

Référence : Haas, H., & Cusson, M. Comparing theories’ performance in predicting violence. in International Journal of Law and Psychiatry, janvier 2015. Disponible sur :
http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0160252715000114 (consulté le 28 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Crimes adolescents et genre

Étude de genre ou critique des médias ? Cet article d’Arthur Vuattoux joue sur les deux registres. En effet, l’auteur se « focalise sur la mise en mots de deux affaires criminelles » et démontre, très clairement, que le traitement médiatique de ces deux évènements est passé au travers du prisme -déformant- des normes de genre. Dans le premier crime, un lycéen est en cause alors que dans l’autre, il s’agit de rendre compte des exactions d’un groupe d’adolescentes. Ces deux articles sont traités à la manière de faits divers ou de chronique judiciaire, mais ce qui est particulièrement intéressant, ce sont notamment les métaphores produites. Ce que met en évidence l’auteur, avec un corpus important d’articles analysés, c’est l’utilisation par les journalistes d’une grille de lecture « genrée ». D’un côté, l’attention médiatique se focalise sur les failles du contrôle judiciaire et l’auteur des faits est décrit comme un pervers « froid », « calculateur » alors que pour l’autre crime, les jeunes femmes sont qualifiées de « furies », de « bimbo » et le viol dont elles se sont rendues coupable est abondamment décrit. Arthur Vuattoux fait un parallèle avec des travaux antérieurs, notamment ceux de Coline Cardi et Geneviève Pruvost[1] pour aborder le double processus « d’invisibilisation et d’hypervisibilité de la déviance féminine ». Là où « la déviance des hommes paraît résulter d’un parcours balisé, celle des jeunes femmes se situerait du côté de l’anormalité ». Cela relèverait pour les médias d’une « reproduction médiatique d’une idéologie renforçant l’ordre du genre » où la presse « naturaliserait » un ordre établi.
Cet article propose également, sous la forme d’un questionnement final « d’aboutir à une meilleure compréhension du rôle des médias dans la reproduction des normes de genres ».

Référence : VUATTOUX Arthur. « Reproduction des normes de genre dans le traitement médiatique des crimes adolescents ». Revue française des sciences de l’information et de la communication [en ligne], 2014, n°4, <http://rfsic.revues.org/775>


[1] Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2008.

Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

More Posts

Comportements violents et agressifs : une étude comparative

Cette thèse soutenue par Kaïssa Addouche est riche et intéressante. Dans un premier temps, elle montre que les concepts que sont la violence et l’agressivité sont utilisés diversement par de nombreux spécialistes. Certains parleront d’agressivité, d’autres parleront d’agression et/ou de violence. L’auteure tente de montrer très justement que l’agressivité est une tendance à attaquer, mais que c’est aussi une composante de la personnalité. La violence est plutôt une force brutale qu’un individu impose à un autre. Violence et agressivité ne sont donc pas de même nature. Pour éclairer ses propos, Kaïssa Addouche fait référence à différentes positions théoriques et des auteurs spécialistes de la question comme Sigmund Freud, Joan Rivière, Mélanie Klein, Jean Laplanche, Jean Bergeret, Bella Grunberger, René Diatkine, etc.
Dans un second temps, l’auteure met en lien ces deux concepts avec les différentes phases de développement que traverse l’enfant et montre que l’être humain, en fonction des moments qu’il traverse, de l’âge qu’il a et des facteurs biologiques, physiologiques, sociaux et moraux, manifestera ou non des comportements violents. Elle aborde ces notions de stades en s’appuyant sur les grands auteurs de la psychologie du développement de l’enfant tels que Sigmund Freud, Françoise Dolto, Donald Woods Winnicott, John Bowlby, René Zazzo, etc. Dans son travail, Kaïssa Addouche expose également les notions de développement social, moral et intellectuel ainsi que celles de comportements violents et agressifs chez les enfants.
Elle aborde ensuite les relations de l’enfant avec son environnement afin de comprendre de quelle manière l’adulte transmet les valeurs morales à l’enfant. Elle se réfère à différents styles éducatifs : autoritaire, permissif et démocrate; et elle analyse les divergences et convergences en matière de pratiques éducatives en fonction de l’aspect culturel. C’est cet aspect qu’elle étudie en s’intéressant à la famille ou plus précisément au modèle familial. Elle pose d’ailleurs l’hypothèse que les comportements agressifs chez les enfants âgés entre 3 et 11 ans appartenant aux différents modèles familiaux sont en lien avec les stades de développement antérieur, leur environnement familial, scolaire et social.
Son travail de recherche s’appuie sur une population constituée de quatre groupes différents : enfants de parents français, enfants de parents algériens vivant en France, enfants de couples mixtes et enfants de parents algériens vivant en Algérie. Elle utilise les outils tels que les tests projectifs comme celui de patte noire (PN) de Louis Corman, ou encore le test Family Apperception Test (FAT) et le test de socialisation de l’enfant et de l’adolescent (TSEA) ainsi que des entretiens semi directifs sur un échantillon de 80 enfants scolarisés. Par ailleurs, le traitement des données par l’analyse thématique de contenu et par l’analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) permet une analyse fine et intéressante et met en évidence un choix méthodologique judicieux et adapté.
In fine, Kaïssa Addouche montre, entre autres, que les comportements agressifs chez les enfants ne sont pas une affaire de culture ni de sexe, mais une affaire d’âge, de rang, de composition de la famille, de divergence et/ou de convergence entre les styles éducatifs de la mère et du père ainsi que de convergence entre les styles parentaux et ceux du maître.

Référence : ADDOUCHE Kaïssa. « Le vécu des comportements violents et agressifs chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, de 6 à 8 ans et de 9 à 11 ans : étude comparative entre enfants de parents français, de parents algériens vivant en France, de couples mixtes (algériens-français), de parents algériens vivant en Algérie». Thèse de Doctorat en psychologie clinique et interculturelle soutenue à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Professeur Emile-Henri Riard, Université de Picardie Jules Verne (UPJV), Ecole interne, IUFM, Amiens, le 8 décembre 2011, 181p.

Pauvreté et violence à l’école

A partir d’une enquête ethnographique, conduite en (2008) au sein d’un collège d’une favela de Rio Benjamin Moignard, maitre de conférences en sociologie à l’université Paris-Est-Créteil (UPEC) s’attache à déconstruire le lien d’évidence entre pauvreté et violence à l’école.
Depuis les années 80, nombre d’enquêtes de victimation menées en France et dans les pays anglo-saxons montrent que le niveau de violence mesuré est plus important dans les établissements scolaires situés dans des zones dites défavorisées. Selon ces études, l’expérience du quartier et le niveau socio-économique des élèves seraient à l’origine de conduites anti scolaires susceptibles de générer des comportements violents à l’école.
Dans l’enquête de Benjamin Moignard, les élèves brésiliens, pourtant exposés à un niveau de violence plus élevé dans leur quartier, se révèlent moins tolérants à la violence au collège que leurs homologues français. Pour éclairer ce paradoxe apparent, l’auteur avance trois explications : En premier lieu, le collège brésilien fonctionne pour les élèves comme un espace protecteur ouvert sur son environnement et incorporé à la vie de la communauté. De même, l’établissement scolaire fait partie intégrante des rapports de domination qui structurent l’ordre social au sein de la favela, ainsi est-il considéré par les trafiquants comme un espace à protéger. Enfin, pour la direction de l’établissement comme pour le corps enseignant, l’épanouissement et la protection de l’élève priment sur la mission d’instruction. La priorité donnée à l’objectif d’éducation a pour effet de réduire les tensions liées au processus de transmission des savoirs scolaires et permet de maintenir un faible niveau de violence au sein de l’établissement.
A travers cette comparaison internationale, Benjamin Moignard montre qu’il n’y a pas de lien d’évidence ente violence scolaire et pauvreté. Toutefois la paix qui règne au sein du collège brésilien résulte d’un renoncement, celui d’une conception émancipatrice de l’école.

MOIGNARD Benjamin. «Violence à l’école et pauvreté : des liens d’évidences à repenser ». Les Cahiers de la sécurité, avril-juin 2011, n°16, p.55-63.