La discordance des temporalités dans la justice des mineurs

Ludovic Jamet s’intéresse au changement de paradigme qui affecte la justice pénale des mineurs. Celui-ci s’articule autour de trois axes : le rôle accru du parquet et le renforcement des mesures coercitives, l’accélération des réponses pénales, la diversification et la multiplication des services et des centres d’hébergement. Ces dispositifs instrumentaux innovants (nouvelles procédures pénales d’une part, nouveaux établissements et services éducatifs d’autre part) induisent des logiques temporelles d’action particulières qui véhiculent leurs propres principes techniques.
La thèse de l’auteur est que la discordance des temporalités (temporalité immédiate dans les services éducatifs auprès du tribunal, temporalité incertaine dans les foyers traditionnels, temporalité délimitée dans les centres d’éducation renforcé ou dans les centres fermés) menace la cohésion d’un secteur professionnel et la stabilité minimale des dispositions communes nécessaires à la cohérence d’une action publique collective.
La diversification des logiques temporelles a des effets sur le travail des principaux acteurs du champ. Les magistrats de l’enfance peuvent gagner en prestige symbolique étant donné que les motivations des jugements sont davantage ancrées dans le droit que dans le registre de fait ou de la personnalité. Mais, les éducateurs ont de la difficulté à lire le nouveau jeu procédural : la place de l’éducateur d’AEMO serait fragilisée dans la mesure où, ne participant plus à l’élaboration du processus décisionnel, il ne pourrait plus forcément comprendre, ni anticiper le jeu pénal.
Le travail éducatif se mène donc dans un cadre où d’une part, le rendu de la décision judiciaire argumentée engage magistrat de l’enfance et l’éducateur dans une action collective et d’autre part, où il peut y avoir des contradictions entre des orientations partenariales et des réponses prioritaires aux objectifs du service. Cette action collective doit respecter les procédures judiciaires issues des règles précises de droit et la réalisation d’un travail éducatif.
L’analyse empirique montre qu’il est difficile d’articuler les différentes logiques des acteurs pour maintenir l’idée d’une cohérence éducative qui structurerait le parcours d’un jeune. Tout se passe comme si l’enchevêtrement des procédures produisait une brume intense qui enveloppe les jeunes et les éducateurs, dans un horizon temporel qu’ils ne peuvent discerner.
A travers le jugement de différentes affaires, la combinaison de différentes sanctions pénales, le jeune fait l’expérience à la fois du déchaînement et de la suspension du temps. Il risque d’être pétrifié, de ne plus pouvoir se situer temporellement et d’être incapable de se projeter dans l’avenir.

Référence : JAMET Ludovic, «La discordance des temporalités dans la justice des mineurs». La nouvelle revue du travail [en ligne], 2012, n°1, p1-19. http://nrt.revues.org/170#text

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l’ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société.

Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l’éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l’action publique en santé mentale.

More Posts