L’empathie ne mène pas nécessairement à une conduite morale

Jean Decety, professeur de neuropsychologie à l’Université de Chicago le constate, l’empathie est devenue un thème central dans la presse et la recherche scientifique. Son article consiste à discuter la thèse dominante selon laquelle l’empathie mènerait inévitablement à des jugements et à des comportements moraux. Afin de relativiser cette thèse, le chercheur franco-américain invite à faire la distinction entre trois types d’empathie : le partage affectif, la préoccupation empathique et la prise de perspective. Le partage affectif ou contagion émotionnelle qui est propre à de nombreux animaux consiste à réagir émotionnellement aux besoins d’autrui. La préoccupation empathique concerne l’ensemble des mammifères qui bénéficient du même circuit neuronal leur permettant de répondre aux besoins de leurs petits. Plus largement, la motivation pour aider les autres est profondément ancrée dans notre biologie et se développe très tôt dans l’enfance. Le mécanisme de la préoccupation empathique est distinct du partage affectif. Enfin, la prise de perspective ou empathie cognitive est la capacité de se mettre consciemment à la place d’un autre individu afin de comprendre ce que cette personne ressent et comprend. Cette aptitude relevant, notamment, du cortex préfrontal exige un travail d’attention et de mémoire.
Contrairement au sens commun le partage affectif ne conduit pas à une attitude morale. Il s’attache prioritairement aux proches, aux membres de son groupe. L’ocytocine, naïvement décrite comme l’hormone morale, engagée dans la préoccupation empathique renforce la tendance à privilégier les membres de son groupe. En réalité, souligne Decety, l’empathie est fortement influencée par des considérations sociales. Certes, il n’est pas douteux que nous sommes des animaux dont les comportements ont été génétiquement sélectionnés. Ils étaient adaptées pour les besoins de nos ancêtres qui vivaient dans de petites communautés. Dans des sociétés élargies comme le sont les sociétés modernes, l’empathie a besoin de la raison pour sortir de notre groupe restreint et parvenir à l’éthique de la justice.

Référence : DECETY Jean. « Empathy, Justice, and Moral Behavior ». The American Journal of Bioethics. Août 2015.

L’ado est (aussi) dans le pré…

A force de stigmatiser les banlieues, il est aisé d’oublier qu’en zone rurale aussi, des adolescents vivent, grandissent et se socialisent. Julian Devaux s’attache à conter et à modéliser, sur un mode ethnographique, cette jeunesse des campagnes. Un article récent, paru dans la revue Agora, synthétise en quelques pages ses travaux.
Trois traits caractérisent la construction sociale de l’adolescent en milieu rural. En mode mineur, notons une relation ambiguë entre ces jeunes et la culture urbaine, entre attrait de la nouveauté et repli sur la communauté proche, plus forte ici qu’à la ville. Cette relation, aux pairs comme aux adultes, est une autre spécificité à prendre en compte, dans un environnement où chacun connait tout le monde. Mais bien sûr, c’est la gestion de la mobilité qui discrimine les réalités adolescentes des zones rurales.
A partir de ce cadre, l’auteur nous expose un modèle de la socialisation adolescente, selon les deux axes classiques du genre et de l’âge. Ainsi les préadolescents se caractérisent par une forte séparation des genres, les garçons expérimentant une mobilité ludique, se regroupant dans les lieux publics (église, parc, stade, etc.), alors que les filles continuent à favoriser une forte « culture de la chambre ». Durant les années collèges, cette séparation des genres se poursuit, avec une quête accrue de l’autonomie par la mobilité. Les adolescents découvrent le scooter, à la fois objet d’expérimentation de pratiques déviantes et de mise à l’abri du regard des adultes. Les filles ouvrent elles aussi- leurs horizons, en s’autorisant l’accès à l’espace public, par un jeu subtil du voir et de l’être-vue, mais aussi en favorisant une « altérité adolescente », par l’usage des réseaux sociaux et la volonté de « monter en ville ». C’est à la fin de l’adolescence, qu’enfin, ces jeunes assument une « mobilité de bande », mixte et propice à des recompositions relationnelles nouvelles. Des pratiques, initiatiques, de « sorties du territoire » apparaissent alors avec le permis de conduire.

Référence : DEVAUX Julian . « Les trois âges de socialisation des adolescents ruraux » in Agora, N°68, troisième trimestre 2014

 

Les parcours de vie d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance : l’apport de recherches récentes sur le placement et ses effets.

Trois recherches publiées en 2013 proposent des regards complémentaires sur le placement d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). En s’appuyant sur des démarches méthodologiques quantitatives et/ou qualitatives, les chercheur(e)s ont retracé leurs parcours complexes afin de mieux comprendre des expériences de placement et mesurer leurs effets sur ceux qui les ont vécues.

La recherche d’Isabelle Frechon et Nicolas Robette interroge le devenir des enfants placés en étudiant les parcours de prise en charge de la naissance à 21 ans d’une cohorte de 809 enfants. Il s’agit d’une enquête quantitative menée à partir d’informations administratives1 qui ont été mobilisées afin de reconstruire des parcours et des typologies de trajectoires.

Le travail d’Emilie Potin s’appuie également sur un corpus d’écrits professionnels2 qui a permis de retracer des parcours de prise en charge dans le cadre de mesures de placement. Ce recueil de données a été complété par des entretiens menés avec des professionnels, des parents et des enfants. Dans le cadre de cette recherche, la chercheure a ainsi pu, par exemple, croiser la question des parcours de placement avec celle des parcours scolaires des enfants et des jeunes.

Enfin, Pierrine Robin et Nadège Séverac s’appuient sur deux enquêtes empiriques au cours desquelles elles ont mené des entretiens biographiques avec des jeunes âgés de 11 à 25 ans. Pour leur article, elles ont retenu 31 récits de parcours de jeunes qui ont été ou sont encore pris en charge par l’ASE. En leur (re)donnant la parole, elles révèlent celle qui n’a pas existé ou été entendue au cours de l’expérience de placement.

A la lecture de ces trois articles, on mesure l’impact de la méthodologie choisie par les chercheur(s) sur la production des données et leur interprétation. On comprend également comment les chercheur(e)s dépassent la lecture institutionnelle des parcours de ces enfants et jeunes ayant vécu au moins un placement au cours de leur vie en révélant les faces cachées de ces expériences. L’apport de ces recherches est donc très important pour les professionnels.

Concernant les résultats produits par ces recherches, on pourra retenir, entre autres, les réflexions suivantes. Tout d’abord, différents facteurs sont à prendre en compte pour comprendre à la fois les « régularités » ou l’hétérogénéité des situations de placement et leur impact sur le devenir des jeunes (Frechon et Robette ; Potin) : la durée et le motif de la prise en charge ; le type de placement (en famille d’accueil ou en institution par exemple) ; les caractéristiques des familles ; la fin du placement et le retour ou non dans la famille d’origine ; les parcours scolaires en lien avec les parcours de placement d’une part et les attentes scolaires des adultes qui les accompagnent d’autre part.

Emilie Potin montre par ailleurs comment les jeunes eux-mêmes se saisissent parfois de leur placement comme d’un « tremplin vers l’autonomie ». Pierrine Robin et Nadège Séverac partagent cette même réflexion selon laquelle les jeunes placés sont acteurs de leur propre socialisation et élaborent des « stratégies identitaires et d’affiliation » même dans le cadre de placements contraints. Les deux chercheures soulignent en effet le paradoxe d’une injonction à travailler avec plutôt que sur les enfants/jeunes dans le cadre de leur accompagnement alors que « leur avenir se décide le plus souvent sans eux ». Les recherches menées avec les jeunes lors d’entretiens biographiques se distinguent alors de ces entretiens fréquents et subis au cours de la prise en charge : « alors que le récit institutionnel n’a de cesse de renvoyer les jeunes à leur passé, le récit biographique ouvre sur un caractère prospectif par la promesse d’avenir qu’il contient ». Ce dernier aspect nous paraît fondamental pour qui se livre à une recherche dans le cadre de sa formation professionnelle, notamment celle d’éducateur.

1Sur la base de dossiers de l’ASE et de tribunaux pour enfants de deux départements.

2341 dossiers ont été consultés dans un département.

 

Références:

FRECHON Isabelle et ROBETTE Nicolas. « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance de jeunes ayant vécu un placement ». Revue française des affaires sociales, janvier-juin 2013, n°1-2, pp. 123-143.

POTIN Emilie. « Protection de l’enfance : parcours scolaires des enfants placés ». Politiques sociales et familiales, juin 2013, n°112, pp. 89-110.

ROBIN Pierrine et SEVERAC Nadège. « Parcours de vie des enfants et des jeunes relevant du dispositif de protection de l’enfance : les paradoxes d’une biographie sous injonction ». Recherches familiales, 2013/1, n°10, pp. 91-102.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts