L’empathie ne mène pas nécessairement à une conduite morale

Jean Decety, professeur de neuropsychologie à l’Université de Chicago le constate, l’empathie est devenue un thème central dans la presse et la recherche scientifique. Son article consiste à discuter la thèse dominante selon laquelle l’empathie mènerait inévitablement à des jugements et à des comportements moraux. Afin de relativiser cette thèse, le chercheur franco-américain invite à faire la distinction entre trois types d’empathie : le partage affectif, la préoccupation empathique et la prise de perspective. Le partage affectif ou contagion émotionnelle qui est propre à de nombreux animaux consiste à réagir émotionnellement aux besoins d’autrui. La préoccupation empathique concerne l’ensemble des mammifères qui bénéficient du même circuit neuronal leur permettant de répondre aux besoins de leurs petits. Plus largement, la motivation pour aider les autres est profondément ancrée dans notre biologie et se développe très tôt dans l’enfance. Le mécanisme de la préoccupation empathique est distinct du partage affectif. Enfin, la prise de perspective ou empathie cognitive est la capacité de se mettre consciemment à la place d’un autre individu afin de comprendre ce que cette personne ressent et comprend. Cette aptitude relevant, notamment, du cortex préfrontal exige un travail d’attention et de mémoire.
Contrairement au sens commun le partage affectif ne conduit pas à une attitude morale. Il s’attache prioritairement aux proches, aux membres de son groupe. L’ocytocine, naïvement décrite comme l’hormone morale, engagée dans la préoccupation empathique renforce la tendance à privilégier les membres de son groupe. En réalité, souligne Decety, l’empathie est fortement influencée par des considérations sociales. Certes, il n’est pas douteux que nous sommes des animaux dont les comportements ont été génétiquement sélectionnés. Ils étaient adaptées pour les besoins de nos ancêtres qui vivaient dans de petites communautés. Dans des sociétés élargies comme le sont les sociétés modernes, l’empathie a besoin de la raison pour sortir de notre groupe restreint et parvenir à l’éthique de la justice.

Référence : DECETY Jean. « Empathy, Justice, and Moral Behavior ». The American Journal of Bioethics. Août 2015.

Filmer l’intégration

Il y a ceux, un peu en colère, qui regrettent leur vie d’avant, leurs amis et puis ceux qui espèrent de meilleurs jours, un avenir brillant ; tous sont poussés à quitter leurs repères pour rejoindre un parent éloigné ou parce qu’ils étaient persécutés dans leur pays d’origine. La réalisatrice Julie Bertucelli a filmé pendant une année les élèves de la classe d’accueil du Collège La Grange aux Belles à Paris et donne à voir avec pudeur et malice, au fil des saisons, des adolescents entre deux cultures, ou plus. Car en effet, ici la Chine côtoie le Brésil, le Sri Lanka l’Egypte, la Mauritanie, l’Irlande… Les langues, les religions de chacun s’échangent, se mêlent ; puis bientôt les amitiés indéfectibles ; chacun apprenant à l’autre sa « culture » dans un partage dénué d’a priori.
Sans que la caméra s’appesantisse, on décèle pourtant dans ces moments de vie souvent joyeux, des paroles du bout des lèvres, des blessures. Les traces laissées par une fracture brutale, un passé difficile. La pression des parents, la menace anxiogène d’un retour au pays en cas d’échec. Mais aussi l’immense solitude de certains, parfois livrés à eux-mêmes. On devine les moqueries et les mises à l’écart déjà subies au quotidien dans la cour d’école. La réalisatrice filme la classe comme un cocon, dans lequel ces adolescents ont réussi à tisser des liens forts, mais dont l’équilibre ténu vacille souvent. Comme lors du départ précipité de Maryam, l’égyptienne, qui nous rappelle subitement la précarité des situations derrière les sourires et l’insouciance. Là encore, c’est tout en finesse et retenu que l’on devine le rôle pilier si important de la professeure pour ces élèves, que l’on sent passionnée et protectrice.
Ce documentaire donne aussi à voir l’expérience d’une reconstruction possible, la faculté d’adaptation et la progression de ces ados devenus « papillons », dont les efforts aboutiront à la diffusion d’un film qu’ils ont eux-mêmes réalisés à partir de leurs histoires de vie. « La première fois que je suis rentrée dans la classe d’accueil, c’est comme si je venais de naître, maintenant on est tous frères et soeurs » dira Djenabou avec émotion : Julie Bertucelli saisit ici le cheminement de ces élèves, révélés à eux-mêmes et à un  monde pluriel ; un apprentissage parfois dur mais aussi et surtout riche de toutes ses potentialités.

BERTUCELLI Julie (Réal.). La cour de Babel [document multimédia]. Paris : Pyramide vidéo, 2014.

L’ado est (aussi) dans le pré…

A force de stigmatiser les banlieues, il est aisé d’oublier qu’en zone rurale aussi, des adolescents vivent, grandissent et se socialisent. Julian Devaux s’attache à conter et à modéliser, sur un mode ethnographique, cette jeunesse des campagnes. Un article récent, paru dans la revue Agora, synthétise en quelques pages ses travaux.
Trois traits caractérisent la construction sociale de l’adolescent en milieu rural. En mode mineur, notons une relation ambiguë entre ces jeunes et la culture urbaine, entre attrait de la nouveauté et repli sur la communauté proche, plus forte ici qu’à la ville. Cette relation, aux pairs comme aux adultes, est une autre spécificité à prendre en compte, dans un environnement où chacun connait tout le monde. Mais bien sûr, c’est la gestion de la mobilité qui discrimine les réalités adolescentes des zones rurales.
A partir de ce cadre, l’auteur nous expose un modèle de la socialisation adolescente, selon les deux axes classiques du genre et de l’âge. Ainsi les préadolescents se caractérisent par une forte séparation des genres, les garçons expérimentant une mobilité ludique, se regroupant dans les lieux publics (église, parc, stade, etc.), alors que les filles continuent à favoriser une forte « culture de la chambre ». Durant les années collèges, cette séparation des genres se poursuit, avec une quête accrue de l’autonomie par la mobilité. Les adolescents découvrent le scooter, à la fois objet d’expérimentation de pratiques déviantes et de mise à l’abri du regard des adultes. Les filles ouvrent elles aussi- leurs horizons, en s’autorisant l’accès à l’espace public, par un jeu subtil du voir et de l’être-vue, mais aussi en favorisant une « altérité adolescente », par l’usage des réseaux sociaux et la volonté de « monter en ville ». C’est à la fin de l’adolescence, qu’enfin, ces jeunes assument une « mobilité de bande », mixte et propice à des recompositions relationnelles nouvelles. Des pratiques, initiatiques, de « sorties du territoire » apparaissent alors avec le permis de conduire.

Référence : DEVAUX Julian . « Les trois âges de socialisation des adolescents ruraux » in Agora, N°68, troisième trimestre 2014

 

La fiction du soi

La revue Belge Sociétés consacre l’un de ses derniers numéros à la science-fiction et au rapport que ce genre culturel entretient avec « le monde des hommes ». L’attention des éducateurs pourrait être attirée par un article qu’une doctorante consacre aux jeux en réseau et leur enjeu dans la construction identitaire.

En effet, France Vachey, par la mise en place d’un dispositif méthodologique original, se lance dans une ethnographie du monde virtuel de World of Warcraft, le leader des jeux de rôle en ligne. Elle y évoque une sociabilité bien semblable à celle mise en œuvre dans le monde réel et des interactions langagières qui obéissent aux règles qui nous sont usuelles.

Le sujet abordé dans cet article, pour original qu’il soit, présente un double intérêt. Il rappelle d’une part, au travers des travaux de Huizanga, Caillois et Winnicott, la place que tient le jeu dan sa construction des enfants, des adolescents mais aussi des adultes. France Vachey rappelle, en citant le psychiatre anglais, que « c’est en jouant, et peut être seulement quand il joue, que l’enfant ou l’adulte est libre […] C’est seulement en étant créatif que l’individu découvre le soi. » Mais l’auteure met aussi en lumière la place de ces mondes virtuels, où le joueur rencontre les avatars d’humains eux bien réels, dans la construction autobiographique. Jouer en réseau, c’est se créer un personnage, une histoire, penser la différence entre ce rôle et le soi ; opposer un idéal à une image que l’on nous renvoie. C’est se voir interagir avec un monde, certes moins « concret » que celui qui nous entoure, mais tout aussi opposant ; c’est surmonter les obstacles. C’est enfin interagir avec l’autre et accepter la subjectivité d’un autrui avec lequel il faut toujours composer, loin d’un fantasme de toute puissance. Reprenant alors la pensée littéraire de Daniele Sallenave, France Vachey évoque le fait que « raconter, c’est d’abord être. » La création d’un personnage, d’une persona fiction, au sein d’un monde virtuel, est acte de narration de soi et par la même de construction, de renouvellement, de son identité.

C’est peut être là qu’il faut chercher le succès de ces pratiques numériques auprès des adolescents et des jeunes adultes. Au sein d’un monde où expérimenter sa relation à l’autre présente peu de risque, il est plus aisé découvrir son être en devenir.

 

VACHEY, France. «Fiction de personnage dans un MMORPG [de l’expression anglaise « Massively Multiplayer Online Role Playing Games », signifiant « jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs »NDLR], entre jeu de rôle et écriture de soi, écrire une persona fiction». Sociétés, N°113, troisième trimestre 2011, p. 81.

Pauvreté et violence à l’école

A partir d’une enquête ethnographique, conduite en (2008) au sein d’un collège d’une favela de Rio Benjamin Moignard, maitre de conférences en sociologie à l’université Paris-Est-Créteil (UPEC) s’attache à déconstruire le lien d’évidence entre pauvreté et violence à l’école.
Depuis les années 80, nombre d’enquêtes de victimation menées en France et dans les pays anglo-saxons montrent que le niveau de violence mesuré est plus important dans les établissements scolaires situés dans des zones dites défavorisées. Selon ces études, l’expérience du quartier et le niveau socio-économique des élèves seraient à l’origine de conduites anti scolaires susceptibles de générer des comportements violents à l’école.
Dans l’enquête de Benjamin Moignard, les élèves brésiliens, pourtant exposés à un niveau de violence plus élevé dans leur quartier, se révèlent moins tolérants à la violence au collège que leurs homologues français. Pour éclairer ce paradoxe apparent, l’auteur avance trois explications : En premier lieu, le collège brésilien fonctionne pour les élèves comme un espace protecteur ouvert sur son environnement et incorporé à la vie de la communauté. De même, l’établissement scolaire fait partie intégrante des rapports de domination qui structurent l’ordre social au sein de la favela, ainsi est-il considéré par les trafiquants comme un espace à protéger. Enfin, pour la direction de l’établissement comme pour le corps enseignant, l’épanouissement et la protection de l’élève priment sur la mission d’instruction. La priorité donnée à l’objectif d’éducation a pour effet de réduire les tensions liées au processus de transmission des savoirs scolaires et permet de maintenir un faible niveau de violence au sein de l’établissement.
A travers cette comparaison internationale, Benjamin Moignard montre qu’il n’y a pas de lien d’évidence ente violence scolaire et pauvreté. Toutefois la paix qui règne au sein du collège brésilien résulte d’un renoncement, celui d’une conception émancipatrice de l’école.

MOIGNARD Benjamin. «Violence à l’école et pauvreté : des liens d’évidences à repenser ». Les Cahiers de la sécurité, avril-juin 2011, n°16, p.55-63.