Documentaire : adolescentes des banlieues

Elles s’appellent Moufida, Coralie ou Aïssetou et grandissent au sein d’une cité à Marseille, Le Blanc-Mesnil ou encore Clichy-sous-Bois. Dans son documentaire « Les roses noires », Hélène Milano choisit de montrer ces jeunes filles en fleur et leur rapport au langage au moment crucial qu’est l’adolescence. Elle leur offre, le temps de ce reportage, une visibilité inattendue dont elles se saisissent sans faux-semblant.
Filmer cette parole si fragile tout en la questionnant se révèle être une approche particulièrement ingénieuse et habile exploitée par la documentariste. A la fois sujets et verbes, observatrices et actrices, les jeunes filles réfléchissent à leur propre langage, miroir d’une identité qu’elles peinent encore à définir, tout en contradiction. Par l’analyse de ce langage hybride, fait de mots à la croisée de multiples cultures, elles disent l’appartenance communautaire mais aussi le cloisonnement social qu’il génère, conscientes que ces codes rassemblent autant qu’ils excluent.
Ce constat fait écho aux limites qu’elles-mêmes s’imposent, qui les enferrent et dont elles ont tant de mal à s’émanciper. Car cette parole donnée met aussi en exergue des mécanismes troublants, parfois inquiétants, d’une organisation sociale qui les écrase et qu’elles relaient, semble-t-il, malgré elles, se faisant les émissaires d’un discours reniant leur propre liberté et identité.
Au fil du récit, le reportage dit bien la double peine pour ces femmes en devenir. Tout d’abord, la difficulté de trouver sa place au sein d’une société dont on se sent exclues, mais aussi celle de savoir s’affirmer et d’assumer sa féminité dans un univers violemment régi par des codes masculins. Hégémonie toute puissante particulièrement pesante qui semble se cristalliser au moment de l’adolescence et de la sexualisation des rapports entre garçons et filles.
A l’image de Sarah qu’on voit boxer seule au milieu des garçons, il s’agit bien là d’un véritable combat que toutes mènent quotidiennement. Et c’est justement dans cette lutte, cette fierté de ne pas « s’écraser », qu’on perçoit tout l’espoir qu’elles portent en elles. Une force qui leur sera nécessaire pour briser leurs chaînes et qu’on sent naître en même temps que l’acceptation de leur féminité, comme d’une liberté, de plus en plus forte, à la fin du reportage.

Référence : MILANO Hélène (Réal.). Les roses noires [document multimédia]. Paris : Centre Nationale de la Cinématographie, 2011.

Les garçons, l’amour, la sexualité: une jeunesse sous surveillance ?

Les dossiers du Centre d’observation public de l’Éducation surveillée (Copes) de Savigny-sur-Orge, qui reçoit les mineurs adressés par le tribunal de la Seine, constituent une source d’une exceptionnelle richesse, plus riche encore que les classiques dossiers judiciaires. Jusqu’à ce jour, ils n’ont guère été explorés que pour faire l’histoire de la justice des mineurs et de l’observation alors qu’ils permettent aussi d’étudier au plus près la sociabilité des jeunes des classes populaires . En effet, l’immense majorité des adolescents placés à Savigny-sur-Orge sont fils d’ouvriers ou d’employés, parfois de petits commerçants ou d’artisans, très rarement de cadres ou de professions libérales. L’un des premiers mérites de Régis Révenin, même si ses sources sont loin de se limiter au fond Savinien, c’est d’avoir su utiliser avec beaucoup de finesse et de subtilité ces milliers de « vies de papiers », pour reprendre l’heureuse expression de Philippe Artière et Dominique Kalifa, afin de nous livrer cette première histoire des rapports à l’amour et à la sexualité des garçons des classes populaires au temps des Trente Glorieuses.

Après une solide introduction de 55 pages où l’auteur définit son objet, fait un point historiographique, présente ses sources et sa problématique, la thèse est organisée en trois parties.

L’auteur commence par se pencher sur « Les prolégomènes de la rencontre de l’autre ; l’éducation sentimentale et sexuelle des adolescents ». Dans un premier chapitre, il nous présente tous les aspects des « apprentissages informels des “choses du sexe” ». Les propos sur le recours aux publications érotiques et pornographiques et sur la transmission des « informations » entre pairs et au sein de la famille trouvent naturellement leur place dans ces 72 pages, mais aussi des développements sur la masturbation comme forme de découverte de son corps et de ses désirs et la part d’ombre de l’apprentissage quand il passe par la contrainte, par l’abus, par la violence. Le second chapitre est consacré à d’éducation sexuelle qui, après une longue période de refus, se met lentement en place à la Libération.

Régis Révenin se penche ensuite sur les « Splendeurs et misères des premiers pas de la rencontre de l’autre ». Après de belles pages sur la question de la beauté et de l’apparence à l’adolescence (chapitre 3), il se consacre à la question de la séduction et du flirt. Il nous offre là un tableau très complet sur un aspect essentiel de la sociabilité juvénile.

La troisième partie « Rencontre de l’autre : la fabrique des garçons » comprend trois chapitres. Le premier est consacré à l’entrée dans la sexualité active, cette « première fois » qui relève de temporalités et d’attentes différentes selon que l’on soit garçon, fille ou gay. Le second chapitre, très novateur, est centré sur la construction des identités sexuelles. Enfin, Régis Révenin sonde les cœurs et les sentiments amoureux.

Le travail de Régis Revenin est une très belle illustration de l’intérêt de l’approche en terme de genre d’autant que l’auteur n’oublie pas les autres facteurs comme l’appartenance sociale ou générationnelle. On ne peut que souhaiter une rapide publication de cette thèse qui la rende plus accessible.

REVENIN Régis. Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris 1945-1975). Thèse d’Histoire, Université de Paris 1, 2012, 691 p.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts