Scolarité des enfants placés : quelles attentes des professionnels anglais et français ?

Cet article présente des résultats d’une recherche comparative entre la France et l’Angleterre centrée sur les attentes en matière de scolarité des éducateurs spécialisés qui travaillent auprès de jeunes placés en établissement collectif par les services sociaux.
Si la littérature anglaise a déjà identifié la faiblesse des attentes des suppléants familiaux professionnels, la recherche française a elle très peu exploré cette dimension jusqu’à présent. Cet article est donc une contribution très intéressante à une meilleure compréhension des « faibles aspirations » des professionnels anglais et français concernant la scolarité des enfants dont ils ont la charge et leurs conséquences sur l’accompagnement scolaire mis en œuvre.
A partir, d’une part, d’une soixantaine d’entretiens menés avec différents professionnels anglais et français exerçant en Maisons d’enfants à caractère social en France (MECS) et en Residential units en Angleterre, et d’autre part des dossiers administratifs des jeunes, les deux chercheurs ont analysé « ce qu’ils retiennent des parcours socio-scolaires des jeunes et de leurs difficultés ».
Il résulte notamment de cette analyse que les attentes des éducateurs sont influencées par les représentations largement négatives qu’ils se font des trajectoires socio-scolaires des enfants placés. Ils imputent leurs difficultés scolaires aux traumatismes liés aux maltraitances, à la famille vue comme un cadre défaillant et à la responsabilité des jeunes dans leur parcours scolaire. « Les professionnels anglais et français évoquent ainsi quasi-exclusivement des causes exogènes au placement pour tenter d’expliquer l’importance des difficultés scolaires (…) .» De ce fait, ils se sentent impuissants à agir sur ces causes et sont une majorité à occulter le fait que leurs propres pratiques, dans une perspective d’accompagnement scolaire, pourraient avoir un impact positif sur la scolarité des jeunes.
Les auteurs constatent alors que la faiblesse des attentes des professionnels, leur manque d’ambition scolaire pour des jeunes et leur manque d’implication dans leur accompagnement peuvent contribuer au désengagement scolaire de ces jeunes pour lesquels soutien et encouragement dans le cadre d’un placement sont des éléments qui concourent à la réussite de leurs parcours scolaire. D’où la nécessité, soulignée par B. Denecheau et C. Blaya dans leur article, de mieux former les professionnels de l’éducation aux aspects et aux enjeux scolaires du parcours des jeunes pris en charge afin de développer des démarches positives et ambitieuses contre des représentations encore trop négatives et stigmatisantes.

Référence: DENECHEAU Benjamin, BLAYA Catherine. Les attentes des éducateurs sur la scolarité des enfants placés en France et en Angleterre. Une estimation des possibles a minima. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 47, n°4, 2014, pp. 69-91.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l’ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l’équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3.
Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’éducation familiale et de l’analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d’élèves dits en difficultés.

More Posts

Les parcours de vie d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance : l’apport de recherches récentes sur le placement et ses effets.

Trois recherches publiées en 2013 proposent des regards complémentaires sur le placement d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). En s’appuyant sur des démarches méthodologiques quantitatives et/ou qualitatives, les chercheur(e)s ont retracé leurs parcours complexes afin de mieux comprendre des expériences de placement et mesurer leurs effets sur ceux qui les ont vécues.

La recherche d’Isabelle Frechon et Nicolas Robette interroge le devenir des enfants placés en étudiant les parcours de prise en charge de la naissance à 21 ans d’une cohorte de 809 enfants. Il s’agit d’une enquête quantitative menée à partir d’informations administratives1 qui ont été mobilisées afin de reconstruire des parcours et des typologies de trajectoires.

Le travail d’Emilie Potin s’appuie également sur un corpus d’écrits professionnels2 qui a permis de retracer des parcours de prise en charge dans le cadre de mesures de placement. Ce recueil de données a été complété par des entretiens menés avec des professionnels, des parents et des enfants. Dans le cadre de cette recherche, la chercheure a ainsi pu, par exemple, croiser la question des parcours de placement avec celle des parcours scolaires des enfants et des jeunes.

Enfin, Pierrine Robin et Nadège Séverac s’appuient sur deux enquêtes empiriques au cours desquelles elles ont mené des entretiens biographiques avec des jeunes âgés de 11 à 25 ans. Pour leur article, elles ont retenu 31 récits de parcours de jeunes qui ont été ou sont encore pris en charge par l’ASE. En leur (re)donnant la parole, elles révèlent celle qui n’a pas existé ou été entendue au cours de l’expérience de placement.

A la lecture de ces trois articles, on mesure l’impact de la méthodologie choisie par les chercheur(s) sur la production des données et leur interprétation. On comprend également comment les chercheur(e)s dépassent la lecture institutionnelle des parcours de ces enfants et jeunes ayant vécu au moins un placement au cours de leur vie en révélant les faces cachées de ces expériences. L’apport de ces recherches est donc très important pour les professionnels.

Concernant les résultats produits par ces recherches, on pourra retenir, entre autres, les réflexions suivantes. Tout d’abord, différents facteurs sont à prendre en compte pour comprendre à la fois les « régularités » ou l’hétérogénéité des situations de placement et leur impact sur le devenir des jeunes (Frechon et Robette ; Potin) : la durée et le motif de la prise en charge ; le type de placement (en famille d’accueil ou en institution par exemple) ; les caractéristiques des familles ; la fin du placement et le retour ou non dans la famille d’origine ; les parcours scolaires en lien avec les parcours de placement d’une part et les attentes scolaires des adultes qui les accompagnent d’autre part.

Emilie Potin montre par ailleurs comment les jeunes eux-mêmes se saisissent parfois de leur placement comme d’un « tremplin vers l’autonomie ». Pierrine Robin et Nadège Séverac partagent cette même réflexion selon laquelle les jeunes placés sont acteurs de leur propre socialisation et élaborent des « stratégies identitaires et d’affiliation » même dans le cadre de placements contraints. Les deux chercheures soulignent en effet le paradoxe d’une injonction à travailler avec plutôt que sur les enfants/jeunes dans le cadre de leur accompagnement alors que « leur avenir se décide le plus souvent sans eux ». Les recherches menées avec les jeunes lors d’entretiens biographiques se distinguent alors de ces entretiens fréquents et subis au cours de la prise en charge : « alors que le récit institutionnel n’a de cesse de renvoyer les jeunes à leur passé, le récit biographique ouvre sur un caractère prospectif par la promesse d’avenir qu’il contient ». Ce dernier aspect nous paraît fondamental pour qui se livre à une recherche dans le cadre de sa formation professionnelle, notamment celle d’éducateur.

1Sur la base de dossiers de l’ASE et de tribunaux pour enfants de deux départements.

2341 dossiers ont été consultés dans un département.

 

Références:

FRECHON Isabelle et ROBETTE Nicolas. « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance de jeunes ayant vécu un placement ». Revue française des affaires sociales, janvier-juin 2013, n°1-2, pp. 123-143.

POTIN Emilie. « Protection de l’enfance : parcours scolaires des enfants placés ». Politiques sociales et familiales, juin 2013, n°112, pp. 89-110.

ROBIN Pierrine et SEVERAC Nadège. « Parcours de vie des enfants et des jeunes relevant du dispositif de protection de l’enfance : les paradoxes d’une biographie sous injonction ». Recherches familiales, 2013/1, n°10, pp. 91-102.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l’ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l’équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3.
Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’éducation familiale et de l’analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d’élèves dits en difficultés.

More Posts