La lecture à l’ère numérique

Sylvie Octobre se fait ici l’écho des préoccupations latentes liées aux pratiques de lecture de la population – et plus particulièrement des jeunes – devenues enjeu de la politique sociale et culturelle. La désacralisation du livre et les changements impliqués par la séparation du texte et de l’imprimé au profit de l’hybride et de l’immatériel semblent être aujourd’hui le vecteur d’une crise de valeur sociétale engageant une dynamique générationnelle et sociale.

A travers le prisme de la figure du jeune comme curseur social d’une civilisation en mutation dont l’instabilité inquiète, l’auteure met en avant différents amalgames faisant état d’une rupture menaçante afin de mieux les déconstruire. Sa démonstration prend notamment appui sur la confusion entre baisse de la lecture et illettrisme, sur la perte de valeur liée à l’abandon des lectures dites classiques au profit de lectures loisirs plus proches des états et tourments de l’adolescent, et sur la transformation inquiétante parce qu’encore non-aboutie des secteurs professionnels liés au livre.

Ainsi, la révolution née des technologies numériques impacte tout en se faisant le réceptacle d’une nouvelle appréhension des pratiques de lecture. Un rapport à l’espace/temps profondément modifié dont l’immédiateté bouleverse et une multiplication des sources facilitant l’accès à l’objet culturel  ouvrent un champ de possibilités et de flux abyssal qui transforme les processus de production et les trajectoires de l’information, brouille les rôles.

Ce changement de valeur n’est pas sans lien avec l’institution – notamment scolaire – qui peine à réinvestir efficacement le champ de la lecture. L’auteure souligne que le désinvestissement des valeurs littéraires au profit d’une élite intellectuelle scientifique au sein même de l’École participe de fait à ce retrait d’une culture des textes, avançant aussi l’hypothèse d’une lecture qui n’assurerait plus le rôle de marqueur au sein d’un groupe de même classe sociale.

L’émancipation des contenus et de ses formes semble cependant offrir dans le même temps un terrain particulièrement propice à la recherche identitaire et à la socialisation. La multiplicité de l’offre et la porosité entre les différents paysages culturels permettant d’opérer des choix au plus proche de soi ; le texte devenu interactif lie aujourd’hui plus qu’il ne l’a jamais fait les individus entre eux.

En outre, si cette activité « polymorphe » associée à des formes de lecture plurielles implique le développement de pratiques et de compétences nouvelles qui demeurent à l’heure actuelle difficiles à évaluer, l’auteure rappelle qu’une baisse quantitative de la lecture s’amorce déjà inexorablement dés la fin de la Seconde Guerre Mondiale. La multiplication des consommations audiovisuelles mais aussi la féminisation de la lecture expliquant ainsi en partie des inégalités de pratique devant lesquelles les médiateurs du livre doivent toujours faire face.

Grâce à cet article, l’auteure nous alerte sur la nécessité de se tourner vers de nouvelles problématiques : quelle place, demain, pour le texte, le livre et les valeurs politiques qu’ils portent dans la construction de l’individu ?

Référence: OCTOBRE Sylvie. «La lecture à l’ère numérique : au commencement était le livre et à la fin le texte », Études, Vol.418, Mai 2013, p.607-618.

La professionnalisation par la formalisation de savoirs

 Dans cet article, Sylvie Debris et Richard Wittorski rendent compte, en partie, d’une étude menée en 2006-2007, et dirigée par Nadine Faingold, sur les pratiques éducatives à la PJJ dans les services de milieu ouvert, de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).
La première partie de l’article est essentiellement consacrée à la méthodologie mise en œuvre lors de cette recherche qui se décline en deux phases :
Des temps individuels d’entretiens d’explicitation qui ont permis une description fine de l’activité réelle des éducateurs ; puis des temps collectifs d’analyse de pratique durant lesquels les savoirs des professionnels ont pu être formalisés sous la forme de savoirs professionnels et de savoirs d’action.
Mais au-delà de l’intention première -qui était de mieux comprendre la relation éducative posée comme le cœur de métier de l’éducateur PJJ en milieu ouvert- cette recherche vient, semble-t-il, s’inscrire dans un double enjeu de professionnalisation.
Les auteurs nous montrent en effet comment, selon eux, l’analyse des pratiques contribue à la professionnalisation des éducateurs et des activités.
Ils s’appuient pour cela sur une typologie des voies de professionnalisation élaborée au fil de leurs recherches
Ainsi, contrairement aux voies les plus couramment rencontrées en situation professionnelles et qui relèvent de la logique de l’action, les dispositifs d’analyse de pratique relèvent d’une logique de réflexion sur et pour l’action.
Leur professionnalisation se situe alors au niveau de l’individu par la conscientisation de ses capacités, la mutualisation des compétences au sein du groupe et la réflexion menée sur l’action, mais ils favorisent également la professionnalisation de l’activité par la reconnaissance et la formalisation d’une activité professionnelle jusqu’à présent sous-jacente telle que la relation et pourtant omniprésente dans la pratique des éducateurs.

DEBRIS Sylvie et Wittorsk. « La professionnalisation par la formalisation de savoirs. Le cas des éducateurs de la PJJ ». Éducation permanente, mars 2011, n° 118.