L’accompagnement en validation des acquis de l’expérience

Ce hors série de l’Éducation Permanente présente les témoignages de professionnels en formation, que les Suisses nomment praticiens en « conseil et accompagnement à la Reconnaissance et à la Validation des Acquis de l’Expérience (RVAE) », diplôme délivré par l’Institut Fédéral des Hautes Études en Formation Professionnelle de Lausanne et Lugano.
Des ateliers, menés de 2008 à 2012, ont fait émerger chez ces professionnels des récits d’expériences et des réflexions sur leur rencontre avec la reconnaissance et la validation des acquis de l’expérience. Ces praticiens, en chemin, conçoivent et ajustent outils et postures. Au delà de la différence du système de formation franco-suisse et de la diversité des langues de ce territoire, ce hors-série donne à voir un mouvement de professionnalisation. Par l’ouverture d’espaces d’écritures, chacun tisse le fil rouge de la « construction-déconstruction-reconstruction » de ses pratiques. Les coordinateurs de la publication cherchent les cohérences et divergences sous le regard distanciés d’experts français Alex Laine et Patrick Mayen.
Les tensions problématiques et conceptuelles sont centrées sur ce qui sépare les démarches exploratoire et démonstrative que sont respectivement la reconnaissance et la validation de ces acquis de l’expérience.
Les métaphores proposées au fil des articles sont autant d’illustrations et d’outils au service de ce qu’Alex Laine nomme un « colloque singulier » qui permet au candidat de penser autrement ce qu’il sait déjà. Patrick Mayen précise quant à lui que la validation a lieu au sein d’un colloque élargi où la norme, les référentiels et les professionnels s’invitent dans le dialogue. A travers leurs propres écritures, ces professionnels tirent l’énergie de ce qui est transversal dans leurs expériences. Ils se trans-forment dans ce nouveau métier de conseil et accompagnement en RVAE et VAE.
Toute personne intéressée par ce métier trouvera ici matière à penser et quelques repères pouvant contribuer à la construction de sa propre approche.

Sandrine CORTESSIS, Deli SALINI et Patrick RYWALSKI (dir.). « Se former au conseil et à l’accompagnement en RVAE, entre incertitudes et projets ». Éducation Permanente, Hors-série IFFP 2013, 197 pages.

Fabienne Tessier

Conseillère en bilan de positionnement et validation des acquis de l'expérience, Formatrice en formation continue et accompagnement des parcours professionnels à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse. Educatrice en hébergement et en milieu ouvert de 1996 à 2007.

More Posts

Les prisons pour mineurs

Gilles Chantraine et son équipe ont mené, pendant deux ans, une enquête sur les prisons pour mineurs. Cette recherche a visé « à saisir conjointement les expériences de réclusion, les pratiques professionnelles et les controverses publiques ».

Cette recherche combine un travail ethnographique, 120 entretiens réalisés avec des professionnels et des jeunes, 2 séries d’entretiens collectifs avec des professionnels des EPM, une analyse comparative des controverses publiques relatives aux prisons pour mineurs en France, en Belgique et en Allemagne.

Le rapport se divise en trois parties : la première est relative aux controverses publiques, politiques et professionnelles, la seconde traite des conditions de vie et de travail au sein des quartiers mineurs de maison d’arrêt, la troisième s’attache au « monde social » des EPM. Les 4 chapitres de la dernière partie (surveiller/observer, affecter/différencier, éduquer/punir, soigner/instruire) explicitent tant les pratiques professionnelles et les différentes représentations du travail qui leur donnent sens que les modalités selon lesquelles s’organise, sur le plan institutionnel, le parcours des jeunes détenus en détention et au-delà.

Le chapitre éduquer/punir pose la question d’une éducation possible en prison, dès lors que la sanction disciplinaire reste « un privilège sécuritaire de l’administration pénitentiaire », et qu’une partie des éducateurs n’investit pas l’espace de détention, considérant qu’on ne peut vraiment éduquer qu’en dehors de la prison. En recherchant la socialisation des jeunes à travers une « prise en charge globale », qui mobilise des professionnels de différents secteurs, en produisant un continuum punitif entre diverses modalités de sanction (donnant-donnant, « mesures éducatives », régimes différenciés, régime disciplinaire) et en ayant recours à une architecture spécifique permettant de gérer les rapports sociaux par une fragmentation de l’espace, les EPM produiraient une technologie douce participant d’un gouvernement par les subjectivités et contribueraient à une forme paradoxale de retotalitarisation de l’institution.

 

 Gilles Chantraine (Dir.), avec Nicolas Sallée, David Scheer, Grégory Salle, Abraham Franssen et Gaëtan Cliquennois.
« Les prisons pour mineurs. Controverses sociales, pratiques professionnelles, expériences de réclusion », rapport pour la mission de recherche Droit et Justice, Clersé, 2011, 534p.

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l'ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société. Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l'éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l'action publique en santé mentale.

More Posts