La place de l’attachement dans le travail éducatif

Le numéro 66 d’Enfances & Psy s’applique à démontrer, s’il en est encore besoin, l’intérêt de la théorie de l’attachement pour les professionnels de l’enfance. Parmi les contributions du numéro, plusieurs peuvent intéresser la Protection judiciaire de la jeunesse. L’article sur lequel s’ouvre le dossier (Dugravier et Barbey-Mintz, 2015) présente les principaux concepts développés par John Bowlby puis Mary Ainsworth. L’attachement est un système motivationnel qui s’active en situation d’insécurité, au travers de comportements tels que les cris ou les pleurs. Il permet de rétablir la proximité de l’enfant avec des figures adultes réconfortantes. La base de sécurité que fournissent les adultes (les caregivers) est nécessaire pour que l’enfant s’autorise à explorer l’environnement et favorise, à terme, un style d’attachement secure et une bonne adaptation psychosociale
Au contraire, et c’est ce que développe un autre article du numéro (Atger, 2015), un style d’attachement insecure est un facteur de psychopathologie, en particulier à l’adolescence. Le cas de Marie, hospitalisée à 17 ans pour anorexie mentale, l’illustre. Ses multiples fugues pour retourner au domicile parental peuvent être interprétées comme une tentative de retour vers un havre de sécurité que pourtant elle ne trouve pas, puisqu’elle fait face, à chaque fois, à la détresse de ses parents qu’elle vit comme un rejet. Cela rend difficile son apaisement et Marie a du mal à s’investir dans les activités thérapeutiques en hospitalisation. Avec le temps, cette situation évolue et le cadre thérapeutique permet de fournir à Marie une certaine base de sécurité complémentaire.
Cette question intéresse également le pédopsychiatre Romain Dugravier qui a interrogé deux juges des enfants sur les liens d’attachement entre jeunes placés et familles d’accueil. Les échanges montrent la difficulté, pour les juges, à évaluer quel danger est le plus important : rupture du lien d’attachement en cas de placement ou maintien d’un lien avec des adultes insécurisants. L’article pointe également la difficulté à concevoir le second lien, avec la famille d’accueil, comme complémentaire et non concurrentiel du premier, avec la famille d’origine. Enfin, le texte interroge le possible lien d’attachement entre un juge et les enfants qu’il suit.
Un autre article (Boyer-Vidal et Tereno, 2015) présente la théorie de l’attachement comme un outil pour les professionnels au contact de jeunes placés en foyer. Ceci permet d’insister, à partir d’exemples, sur la nécessité d’un engagement affectif des éducateurs. En effet ls assurent, parmi d’autres, une fonction de caregiving dont les quatre composantes, définies par Mary Ainsworth, sont la disponibilité, la sensibilité, l’acceptation et la coopération avec les adolescents.
Le dernier texte du dossier (Claudia et Dupuis, 2015) s’intéresse aux besoins d’attachement, non plus des enfants, mais des professionnels eux-mêmes. Les soignants concernés par l’étude travaillent dans une unité de pédopsychiatrie et vivent des situations professionnelles insécurisantes (conditions éprouvantes, manque de personnel, patients très difficiles, crises institutionnelles, etc.) susceptibles d’activer leur propre système d’attachement. L’article propose d’interpréter certains de leurs comportements (plaintes, critiques, résistances, etc.) comme une manifestation de leurs besoins d’attachement. L’institution peut, selon les réponses qu’elle donne (écoute, soutien, protection, etc.), jouer le rôle d’une figure d’attachement plus ou moins sécurisante et soutenir ainsi leur investissement avec les adolescents.

Ce compte-rendu a été écrit par Aurélien Courtin, Géraldine Hedin, Christophe Lecomte et Cédric Rossy, professeur(e)s techniques de la Protection judiciaire de la jeunesse.

Référence : Théorie de l’attachement. De la dépendance à l’autonomie… Dossier coordonné par R. DUGRAVIER, O. FAURE-FILLASTRE et A.-S. BARBEY-MINTZ, Enfances & Psy, 66(2), septembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Décrochage scolaire: l’accompagnement individualisé des jeunes

Dans le contexte actuel où la question du décrochage scolaire est très prégnante, une enseignante et un chercheur se sont intéressés à la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), dispositif qui a pour fonction d’accompagner des jeunes de 16 ans et plus à un retour à l’emploi ou à l’accès à un diplôme. Les auteurs ont mené leur recherche auprès des coordonnateurs d’action (CA) dont le rôle est de « coordonner les actions de mobilisation des jeunes, d’accueillir et d’accompagner chaque jeune dans son parcours individuel » (p. 96).
L’article présente les résultats d’une recherche centrée sur la compréhension des pratiques d’accompagnement individualisé d’un CA expérimenté auprès d’un jeune en situation de décrochage scolaire. Ancrée dans le champ de la didactique professionnelle, la recherche vise l’identification et l’analyse des compétences du professionnel en l’absence de pratiques formalisées et institutionnalisées.
A partir du film d’une séance d’accompagnement et d’un entretien d’autoconfrontation avec le CA, les auteurs mettent en évidence les ressources cognitives mobilisées par le professionnel. Au-delà des modes opératoires du professionnel pour prendre en charge le plus efficacement possible le jeune lors de son accompagnement individualisé, l’article propose en creux une réflexion sur les interactions produites lors de l’entretien entre le CA et le jeune et leurs effets possibles quant à la (re)mobilisation du jeune sur un projet scolaire et/ou professionnel.
La lecture de cet article – si elle peut s’avérer un peu complexe au premier abord de par son ancrage théorique et conceptuel – peut permettre à tout professionnel impliqué dans des actions de lutte contre le décrochage scolaire de s’interroger sur son propre rôle dans des dispositifs et des processus certes prescrits mais très peu formalisés et laissant donc place à des pratiques individuelles.

Référence : LANDES Laurence et LEFEUVRE Gwénaël. « Les pratiques d’accompagnement individualisé des jeunes au sein des Missions de Lutte contre le Décrochage Scolaire ». Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 47, n°2, 2014, pp. 95-126.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l’ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l’équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3.
Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’éducation familiale et de l’analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d’élèves dits en difficultés.

More Posts