Filmer l’intégration

Il y a ceux, un peu en colère, qui regrettent leur vie d’avant, leurs amis et puis ceux qui espèrent de meilleurs jours, un avenir brillant ; tous sont poussés à quitter leurs repères pour rejoindre un parent éloigné ou parce qu’ils étaient persécutés dans leur pays d’origine. La réalisatrice Julie Bertucelli a filmé pendant une année les élèves de la classe d’accueil du Collège La Grange aux Belles à Paris et donne à voir avec pudeur et malice, au fil des saisons, des adolescents entre deux cultures, ou plus. Car en effet, ici la Chine côtoie le Brésil, le Sri Lanka l’Egypte, la Mauritanie, l’Irlande… Les langues, les religions de chacun s’échangent, se mêlent ; puis bientôt les amitiés indéfectibles ; chacun apprenant à l’autre sa « culture » dans un partage dénué d’a priori.
Sans que la caméra s’appesantisse, on décèle pourtant dans ces moments de vie souvent joyeux, des paroles du bout des lèvres, des blessures. Les traces laissées par une fracture brutale, un passé difficile. La pression des parents, la menace anxiogène d’un retour au pays en cas d’échec. Mais aussi l’immense solitude de certains, parfois livrés à eux-mêmes. On devine les moqueries et les mises à l’écart déjà subies au quotidien dans la cour d’école. La réalisatrice filme la classe comme un cocon, dans lequel ces adolescents ont réussi à tisser des liens forts, mais dont l’équilibre ténu vacille souvent. Comme lors du départ précipité de Maryam, l’égyptienne, qui nous rappelle subitement la précarité des situations derrière les sourires et l’insouciance. Là encore, c’est tout en finesse et retenu que l’on devine le rôle pilier si important de la professeure pour ces élèves, que l’on sent passionnée et protectrice.
Ce documentaire donne aussi à voir l’expérience d’une reconstruction possible, la faculté d’adaptation et la progression de ces ados devenus « papillons », dont les efforts aboutiront à la diffusion d’un film qu’ils ont eux-mêmes réalisés à partir de leurs histoires de vie. « La première fois que je suis rentrée dans la classe d’accueil, c’est comme si je venais de naître, maintenant on est tous frères et soeurs » dira Djenabou avec émotion : Julie Bertucelli saisit ici le cheminement de ces élèves, révélés à eux-mêmes et à un  monde pluriel ; un apprentissage parfois dur mais aussi et surtout riche de toutes ses potentialités.

BERTUCELLI Julie (Réal.). La cour de Babel [document multimédia]. Paris : Pyramide vidéo, 2014.

Sphère politique et pluralisme culturel : l’impossible rencontre ?

Alain Renaut, traducteur de Kant, professeur de philosophie politique et d’éthique à Paris-Sorbonne et à l’Institut d’Études Politiques de Paris, revient sur un sujet qui le préoccupe au plus haut point en tant qu' »intellectuel responsable », ainsi qu’il se définit lui-même. Il fait en effet le constat que la sphère institutionnelle, politique, ne reconnaît toujours pas, en 2015, de jure, la diversité culturelle de la population française, qui, de facto, est pourtant composée de multiples identités. L’auteur voit dans ce décalage le ferment d’une conflictualité qui, à terme, pourrait prendre deux formes aussi inquiétante l’une que l’autre : d’un côté, un mouvement de plus en plus pressant de revendications émanant de populations minoritaires « de plus en plus exigeantes en termes de reconnaissance  de leurs droits à la diversité », de l’autre la montée en puissance d’une idéologie qui préconiserait le repli identitaire des Français rejetant les « citoyens porteurs d’autres référents culturels et linguistiques que les leurs ». Alain Renaut constate d’ailleurs que  la sphère publique fait actuellement le lit de cette seconde alternative.
Dès lors, il reste à espérer que la pluralité culturelle qui caractérise notre société suscitera « à la fois en termes de thématisation intellectuelle et en termes de création politique de droits nouveaux, des réponses à la hauteur des questions qu’elle soulève ».  C’est pourquoi Alain Renaut, dans la dernière partie de son article, repère quelques démarches possibles, comme la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, l’acceptation de l’article 30 de la Convention internationale des droits de l’enfant, la construction de droits individuels à l’identité culturelle, poser le principe de l’accommodement raisonnable (en s’inspirant du modèle québécois). Il prévient que ces initiatives doivent s’inscrire dans l’interculturalisme (« éviter que le geste de la reconnaissance des communautés culturelles dût apparaître comme une fin en soi ») plutôt que dans le multiculturalisme (« la mosaïque ethnique à l’américaine »).

Référence: RENAUT Alain. « Le multiculturalisme, jusqu’où ? Une situation française ». Cahiers Français, 2015, n° 385, pp.20-27.

Philippe Vanrietvelde

Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de1998 à 2013. Formateur à l’École Nationale de la PJJ depuis 2013

More Posts