Conflits de loyauté et conflits psychiques

Yolande Govindama, psychologue et psychanalyste, professeur de psychologie clinique à l’Université de Rouen, directrice du service PMP-OSE-Paris1, expert à la cour d’appel de Paris et Martine de Maximy, magistrat honoraire, ancienne juge des enfants, ancienne présidente de la cour d’assise de Paris, proposent un article très intéressant. Les auteures considèrent que l’articulation de la clinique et du judiciaire dans leur dimension symbolique permet de traiter les conflits de loyauté et les conflits psychiques.
Les auteurs s’attachent à définir le concept de conflit de loyauté, notamment chez les enfants de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), en s’interrogeant : « comment les pratiques des professionnels peuvent-elles être questionnées sur ce sujet, voire éclairées ? »
En s’appuyant sur les travaux de Boszormenyi-Nagy, systématicien, les auteures évoquent la loyauté entre enfants et parents et des situations hors normes où l’enfant est parentifié, ce qui engendre une loyauté verticale non maintenue. Le conflit de loyauté amène alors une indifférenciation générationnelle favorisant un contexte incestuel voire l’inceste lui-même. Le conflit de loyauté, tout comme le conflit psychique, amène l’individu à ne plus savoir se positionner face à des contradictions entre ses désirs et ses devoirs.
Les jeunes issus de familles immigrées peuvent également se retrouver dans des situations complexes. Ils ne veulent pas « trahir » les principes et la culture de leurs parents mais en même temps, ils grandissent sous l’influence de la culture occidentale. Ce conflit de loyauté peut être amplifié en cas de séparation des parents. En tant que professionnels, il est important d’avoir une double analyse de la situation tenant compte des apports de l’ethnologie et de la psychanalyse afin « de dissocier ce qui relève des croyances ordinaires de façon à accéder à l’inconscient » selon Devereux (1970).
Cet article, illustré également par trois cas cliniques, met en relief la nécessité d’un travail pluridisciplinaire à visée thérapeutique où juges et cliniciens ont chacun leur place pour aider un jeune à sortir d’un conflit où les projections inconscientes dans les relations interpersonnelles parents-enfants sont à prendre en compte.

Référence : GOVINDAMA Yolande et DE MAXIMY Martine. «Conflit de loyauté et conflit psychique. Une articulation anthropologique, clinique et judiciaire». Enfances et Psy, mars 2013, n°56, pp. 46-56.

1Protection Médiation Prévention – Œuvre de Secours aux Enfants.

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts