Homoparentalité, relations parents-enfants et développement

Cette étude anglaise, publiée en 2014 dans la revue Child Development, s’intéresse aux effets de l’homoparentalité sur le développement d’enfants adoptés de 4 à 8 ans. S’il existe quelques travaux scientifiques sur les enfants élevés par des mères lesbiennes, ce travail est l’un des premiers qui intègre dans son échantillon des couples d’hommes (41 couples d’hommes en plus de 40 couples de femmes et 49 couples hétérosexuels). Les résultats obtenus proviennent de trois sources : questionnaires et entretiens avec chacun des parents, observation des interactions parents-enfants et questionnaires remplis par les enseignants.
Tout d’abord, peu de différences au niveau des relations parents-enfants apparaissent, si ce n’est que les couples homosexuels masculins se montrent plus chaleureux et en interaction avec leurs enfants que les couples hétérosexuels. Ceci contredit l’idée selon laquelle les hommes auraient plus de difficultés à assurer une fonction de soutien affectif. Par ailleurs, l’évaluation des problèmes de comportement et d’hyperactivité témoigne d’une meilleure adaptation des enfants de couples homoparentaux, ce qui s’explique par le niveau de stress plus élevé chez les couples hétérosexuels de l’échantillon. En effet, le stress parental permet, bien plus que le type de couple parental, de comprendre les difficultés d’adaptation des enfants. Enfin, si les garçons et les filles de l’échantillon peuvent être différenciés en évaluant leurs comportements genrés (féminin/masculin), le type de couple parental n’a aucun effet sur ces comportements, ni pour les filles, ni pour les garçons. Cela soutient l’idée que l’orientation sexuelle des parents et, plus simplement, leur genre, ne détermine pas le développement psychologique et l’adoption de comportements genrés par les enfants.

Référence : GOLOMBOK, S., MELLISH, L., JENNINGS, S., CASEY, P., TASKER, F. & LAMB, M. E. «Adoptive Gay Fathers Families: Parent-Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment.» Child Development, mars/avril 2014, 85 (2), 456-468.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Les garçons, l’amour, la sexualité: une jeunesse sous surveillance ?

Les dossiers du Centre d’observation public de l’Éducation surveillée (Copes) de Savigny-sur-Orge, qui reçoit les mineurs adressés par le tribunal de la Seine, constituent une source d’une exceptionnelle richesse, plus riche encore que les classiques dossiers judiciaires. Jusqu’à ce jour, ils n’ont guère été explorés que pour faire l’histoire de la justice des mineurs et de l’observation alors qu’ils permettent aussi d’étudier au plus près la sociabilité des jeunes des classes populaires . En effet, l’immense majorité des adolescents placés à Savigny-sur-Orge sont fils d’ouvriers ou d’employés, parfois de petits commerçants ou d’artisans, très rarement de cadres ou de professions libérales. L’un des premiers mérites de Régis Révenin, même si ses sources sont loin de se limiter au fond Savinien, c’est d’avoir su utiliser avec beaucoup de finesse et de subtilité ces milliers de « vies de papiers », pour reprendre l’heureuse expression de Philippe Artière et Dominique Kalifa, afin de nous livrer cette première histoire des rapports à l’amour et à la sexualité des garçons des classes populaires au temps des Trente Glorieuses.

Après une solide introduction de 55 pages où l’auteur définit son objet, fait un point historiographique, présente ses sources et sa problématique, la thèse est organisée en trois parties.

L’auteur commence par se pencher sur « Les prolégomènes de la rencontre de l’autre ; l’éducation sentimentale et sexuelle des adolescents ». Dans un premier chapitre, il nous présente tous les aspects des « apprentissages informels des “choses du sexe” ». Les propos sur le recours aux publications érotiques et pornographiques et sur la transmission des « informations » entre pairs et au sein de la famille trouvent naturellement leur place dans ces 72 pages, mais aussi des développements sur la masturbation comme forme de découverte de son corps et de ses désirs et la part d’ombre de l’apprentissage quand il passe par la contrainte, par l’abus, par la violence. Le second chapitre est consacré à d’éducation sexuelle qui, après une longue période de refus, se met lentement en place à la Libération.

Régis Révenin se penche ensuite sur les « Splendeurs et misères des premiers pas de la rencontre de l’autre ». Après de belles pages sur la question de la beauté et de l’apparence à l’adolescence (chapitre 3), il se consacre à la question de la séduction et du flirt. Il nous offre là un tableau très complet sur un aspect essentiel de la sociabilité juvénile.

La troisième partie « Rencontre de l’autre : la fabrique des garçons » comprend trois chapitres. Le premier est consacré à l’entrée dans la sexualité active, cette « première fois » qui relève de temporalités et d’attentes différentes selon que l’on soit garçon, fille ou gay. Le second chapitre, très novateur, est centré sur la construction des identités sexuelles. Enfin, Régis Révenin sonde les cœurs et les sentiments amoureux.

Le travail de Régis Revenin est une très belle illustration de l’intérêt de l’approche en terme de genre d’autant que l’auteur n’oublie pas les autres facteurs comme l’appartenance sociale ou générationnelle. On ne peut que souhaiter une rapide publication de cette thèse qui la rende plus accessible.

REVENIN Régis. Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris 1945-1975). Thèse d’Histoire, Université de Paris 1, 2012, 691 p.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts