Filmer l’intégration

Il y a ceux, un peu en colère, qui regrettent leur vie d’avant, leurs amis et puis ceux qui espèrent de meilleurs jours, un avenir brillant ; tous sont poussés à quitter leurs repères pour rejoindre un parent éloigné ou parce qu’ils étaient persécutés dans leur pays d’origine. La réalisatrice Julie Bertucelli a filmé pendant une année les élèves de la classe d’accueil du Collège La Grange aux Belles à Paris et donne à voir avec pudeur et malice, au fil des saisons, des adolescents entre deux cultures, ou plus. Car en effet, ici la Chine côtoie le Brésil, le Sri Lanka l’Egypte, la Mauritanie, l’Irlande… Les langues, les religions de chacun s’échangent, se mêlent ; puis bientôt les amitiés indéfectibles ; chacun apprenant à l’autre sa « culture » dans un partage dénué d’a priori.
Sans que la caméra s’appesantisse, on décèle pourtant dans ces moments de vie souvent joyeux, des paroles du bout des lèvres, des blessures. Les traces laissées par une fracture brutale, un passé difficile. La pression des parents, la menace anxiogène d’un retour au pays en cas d’échec. Mais aussi l’immense solitude de certains, parfois livrés à eux-mêmes. On devine les moqueries et les mises à l’écart déjà subies au quotidien dans la cour d’école. La réalisatrice filme la classe comme un cocon, dans lequel ces adolescents ont réussi à tisser des liens forts, mais dont l’équilibre ténu vacille souvent. Comme lors du départ précipité de Maryam, l’égyptienne, qui nous rappelle subitement la précarité des situations derrière les sourires et l’insouciance. Là encore, c’est tout en finesse et retenu que l’on devine le rôle pilier si important de la professeure pour ces élèves, que l’on sent passionnée et protectrice.
Ce documentaire donne aussi à voir l’expérience d’une reconstruction possible, la faculté d’adaptation et la progression de ces ados devenus « papillons », dont les efforts aboutiront à la diffusion d’un film qu’ils ont eux-mêmes réalisés à partir de leurs histoires de vie. « La première fois que je suis rentrée dans la classe d’accueil, c’est comme si je venais de naître, maintenant on est tous frères et soeurs » dira Djenabou avec émotion : Julie Bertucelli saisit ici le cheminement de ces élèves, révélés à eux-mêmes et à un  monde pluriel ; un apprentissage parfois dur mais aussi et surtout riche de toutes ses potentialités.

BERTUCELLI Julie (Réal.). La cour de Babel [document multimédia]. Paris : Pyramide vidéo, 2014.

Scolarité des enfants placés : quelles attentes des professionnels anglais et français ?

Cet article présente des résultats d’une recherche comparative entre la France et l’Angleterre centrée sur les attentes en matière de scolarité des éducateurs spécialisés qui travaillent auprès de jeunes placés en établissement collectif par les services sociaux.
Si la littérature anglaise a déjà identifié la faiblesse des attentes des suppléants familiaux professionnels, la recherche française a elle très peu exploré cette dimension jusqu’à présent. Cet article est donc une contribution très intéressante à une meilleure compréhension des « faibles aspirations » des professionnels anglais et français concernant la scolarité des enfants dont ils ont la charge et leurs conséquences sur l’accompagnement scolaire mis en œuvre.
A partir, d’une part, d’une soixantaine d’entretiens menés avec différents professionnels anglais et français exerçant en Maisons d’enfants à caractère social en France (MECS) et en Residential units en Angleterre, et d’autre part des dossiers administratifs des jeunes, les deux chercheurs ont analysé « ce qu’ils retiennent des parcours socio-scolaires des jeunes et de leurs difficultés ».
Il résulte notamment de cette analyse que les attentes des éducateurs sont influencées par les représentations largement négatives qu’ils se font des trajectoires socio-scolaires des enfants placés. Ils imputent leurs difficultés scolaires aux traumatismes liés aux maltraitances, à la famille vue comme un cadre défaillant et à la responsabilité des jeunes dans leur parcours scolaire. « Les professionnels anglais et français évoquent ainsi quasi-exclusivement des causes exogènes au placement pour tenter d’expliquer l’importance des difficultés scolaires (…) .» De ce fait, ils se sentent impuissants à agir sur ces causes et sont une majorité à occulter le fait que leurs propres pratiques, dans une perspective d’accompagnement scolaire, pourraient avoir un impact positif sur la scolarité des jeunes.
Les auteurs constatent alors que la faiblesse des attentes des professionnels, leur manque d’ambition scolaire pour des jeunes et leur manque d’implication dans leur accompagnement peuvent contribuer au désengagement scolaire de ces jeunes pour lesquels soutien et encouragement dans le cadre d’un placement sont des éléments qui concourent à la réussite de leurs parcours scolaire. D’où la nécessité, soulignée par B. Denecheau et C. Blaya dans leur article, de mieux former les professionnels de l’éducation aux aspects et aux enjeux scolaires du parcours des jeunes pris en charge afin de développer des démarches positives et ambitieuses contre des représentations encore trop négatives et stigmatisantes.

Référence: DENECHEAU Benjamin, BLAYA Catherine. Les attentes des éducateurs sur la scolarité des enfants placés en France et en Angleterre. Une estimation des possibles a minima. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 47, n°4, 2014, pp. 69-91.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l’ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l’équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3.
Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’éducation familiale et de l’analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d’élèves dits en difficultés.

More Posts

Homoparentalité, relations parents-enfants et développement

Cette étude anglaise, publiée en 2014 dans la revue Child Development, s’intéresse aux effets de l’homoparentalité sur le développement d’enfants adoptés de 4 à 8 ans. S’il existe quelques travaux scientifiques sur les enfants élevés par des mères lesbiennes, ce travail est l’un des premiers qui intègre dans son échantillon des couples d’hommes (41 couples d’hommes en plus de 40 couples de femmes et 49 couples hétérosexuels). Les résultats obtenus proviennent de trois sources : questionnaires et entretiens avec chacun des parents, observation des interactions parents-enfants et questionnaires remplis par les enseignants.
Tout d’abord, peu de différences au niveau des relations parents-enfants apparaissent, si ce n’est que les couples homosexuels masculins se montrent plus chaleureux et en interaction avec leurs enfants que les couples hétérosexuels. Ceci contredit l’idée selon laquelle les hommes auraient plus de difficultés à assurer une fonction de soutien affectif. Par ailleurs, l’évaluation des problèmes de comportement et d’hyperactivité témoigne d’une meilleure adaptation des enfants de couples homoparentaux, ce qui s’explique par le niveau de stress plus élevé chez les couples hétérosexuels de l’échantillon. En effet, le stress parental permet, bien plus que le type de couple parental, de comprendre les difficultés d’adaptation des enfants. Enfin, si les garçons et les filles de l’échantillon peuvent être différenciés en évaluant leurs comportements genrés (féminin/masculin), le type de couple parental n’a aucun effet sur ces comportements, ni pour les filles, ni pour les garçons. Cela soutient l’idée que l’orientation sexuelle des parents et, plus simplement, leur genre, ne détermine pas le développement psychologique et l’adoption de comportements genrés par les enfants.

Référence : GOLOMBOK, S., MELLISH, L., JENNINGS, S., CASEY, P., TASKER, F. & LAMB, M. E. «Adoptive Gay Fathers Families: Parent-Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment.» Child Development, mars/avril 2014, 85 (2), 456-468.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

La professionnalisation par la formalisation de savoirs

 Dans cet article, Sylvie Debris et Richard Wittorski rendent compte, en partie, d’une étude menée en 2006-2007, et dirigée par Nadine Faingold, sur les pratiques éducatives à la PJJ dans les services de milieu ouvert, de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).
La première partie de l’article est essentiellement consacrée à la méthodologie mise en œuvre lors de cette recherche qui se décline en deux phases :
Des temps individuels d’entretiens d’explicitation qui ont permis une description fine de l’activité réelle des éducateurs ; puis des temps collectifs d’analyse de pratique durant lesquels les savoirs des professionnels ont pu être formalisés sous la forme de savoirs professionnels et de savoirs d’action.
Mais au-delà de l’intention première -qui était de mieux comprendre la relation éducative posée comme le cœur de métier de l’éducateur PJJ en milieu ouvert- cette recherche vient, semble-t-il, s’inscrire dans un double enjeu de professionnalisation.
Les auteurs nous montrent en effet comment, selon eux, l’analyse des pratiques contribue à la professionnalisation des éducateurs et des activités.
Ils s’appuient pour cela sur une typologie des voies de professionnalisation élaborée au fil de leurs recherches
Ainsi, contrairement aux voies les plus couramment rencontrées en situation professionnelles et qui relèvent de la logique de l’action, les dispositifs d’analyse de pratique relèvent d’une logique de réflexion sur et pour l’action.
Leur professionnalisation se situe alors au niveau de l’individu par la conscientisation de ses capacités, la mutualisation des compétences au sein du groupe et la réflexion menée sur l’action, mais ils favorisent également la professionnalisation de l’activité par la reconnaissance et la formalisation d’une activité professionnelle jusqu’à présent sous-jacente telle que la relation et pourtant omniprésente dans la pratique des éducateurs.

DEBRIS Sylvie et Wittorsk. « La professionnalisation par la formalisation de savoirs. Le cas des éducateurs de la PJJ ». Éducation permanente, mars 2011, n° 118.

Pauvreté et violence à l’école

A partir d’une enquête ethnographique, conduite en (2008) au sein d’un collège d’une favela de Rio Benjamin Moignard, maitre de conférences en sociologie à l’université Paris-Est-Créteil (UPEC) s’attache à déconstruire le lien d’évidence entre pauvreté et violence à l’école.
Depuis les années 80, nombre d’enquêtes de victimation menées en France et dans les pays anglo-saxons montrent que le niveau de violence mesuré est plus important dans les établissements scolaires situés dans des zones dites défavorisées. Selon ces études, l’expérience du quartier et le niveau socio-économique des élèves seraient à l’origine de conduites anti scolaires susceptibles de générer des comportements violents à l’école.
Dans l’enquête de Benjamin Moignard, les élèves brésiliens, pourtant exposés à un niveau de violence plus élevé dans leur quartier, se révèlent moins tolérants à la violence au collège que leurs homologues français. Pour éclairer ce paradoxe apparent, l’auteur avance trois explications : En premier lieu, le collège brésilien fonctionne pour les élèves comme un espace protecteur ouvert sur son environnement et incorporé à la vie de la communauté. De même, l’établissement scolaire fait partie intégrante des rapports de domination qui structurent l’ordre social au sein de la favela, ainsi est-il considéré par les trafiquants comme un espace à protéger. Enfin, pour la direction de l’établissement comme pour le corps enseignant, l’épanouissement et la protection de l’élève priment sur la mission d’instruction. La priorité donnée à l’objectif d’éducation a pour effet de réduire les tensions liées au processus de transmission des savoirs scolaires et permet de maintenir un faible niveau de violence au sein de l’établissement.
A travers cette comparaison internationale, Benjamin Moignard montre qu’il n’y a pas de lien d’évidence ente violence scolaire et pauvreté. Toutefois la paix qui règne au sein du collège brésilien résulte d’un renoncement, celui d’une conception émancipatrice de l’école.

MOIGNARD Benjamin. «Violence à l’école et pauvreté : des liens d’évidences à repenser ». Les Cahiers de la sécurité, avril-juin 2011, n°16, p.55-63.