Motivation scolaire, résignation, fuite et rébellion

Dans cet article, signé par une équipe réunie autour du regretté Alain Lieury, une extension de la théorie de l’autodétermination est présentée. Rappelons que la théorie de l’autodétermination (proposée par Deci et Ryan au début des années 80) s’appuie notamment sur la distinction entre motivation intrinsèque, motivation extrinsèque et amotivation (très proche du concept de résignation). Elle sert de cadre théorique à des centaines d’études empiriques sur l’engagement et la réussite scolaire des adolescents.
Alors que les différentes formes de motivation pour l’activité scolaire sont la conséquence des sentiments d’autonomie et de compétence, l’amotivation apparaît quand l’élève ne se sent ni autonome ni compétent. Ici, les auteurs proposent de définir deux nouvelles formes de motivation négative, c’est-à-dire non-orientée vers la tâche scolaire. A côté de l’amotivation, on trouverait également la rébellion et la fuite. D’un point de vue théorique, les auteurs expliquent que la fuite apparaîtrait, comparativement à l’amotivation, dans des situations où l’élève se sent incompétent mais un peu plus autonome. A l’inverse, la rébellion apparaîtraient lorsque l’élève se sent un peu plus compétent.
Cette proposition intéressante n’est pas totalement étayée par les résultats obtenus auprès de 436 élèves de quatrième et troisième. En effet, la rébellion et la fuite se trouvent être corrélées au sentiment d’autonomie et au sentiment de compétence de la même manière que l’amotivation. En revanche, les auteurs remarquent qu’un autre déterminant possible de ces formes de motivation négatives, à savoir l’indifférence du professeur, serait plus prédictif de la rebéllion que de la fuite ou de l’amotivation. Une piste à creuser… qui intéressera ceux qui enseignent avec les adolescents les plus difficiles.

Référence : LIEURY, A., LORANT, S., VRIGNAUD, P., & FENOUILLET, F. (2015). Motivation, rébellion, fuite et injustice à l’école. Psychologie Française, 60(4), 317‑333, décembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Comportements violents et agressifs : une étude comparative

Cette thèse soutenue par Kaïssa Addouche est riche et intéressante. Dans un premier temps, elle montre que les concepts que sont la violence et l’agressivité sont utilisés diversement par de nombreux spécialistes. Certains parleront d’agressivité, d’autres parleront d’agression et/ou de violence. L’auteure tente de montrer très justement que l’agressivité est une tendance à attaquer, mais que c’est aussi une composante de la personnalité. La violence est plutôt une force brutale qu’un individu impose à un autre. Violence et agressivité ne sont donc pas de même nature. Pour éclairer ses propos, Kaïssa Addouche fait référence à différentes positions théoriques et des auteurs spécialistes de la question comme Sigmund Freud, Joan Rivière, Mélanie Klein, Jean Laplanche, Jean Bergeret, Bella Grunberger, René Diatkine, etc.
Dans un second temps, l’auteure met en lien ces deux concepts avec les différentes phases de développement que traverse l’enfant et montre que l’être humain, en fonction des moments qu’il traverse, de l’âge qu’il a et des facteurs biologiques, physiologiques, sociaux et moraux, manifestera ou non des comportements violents. Elle aborde ces notions de stades en s’appuyant sur les grands auteurs de la psychologie du développement de l’enfant tels que Sigmund Freud, Françoise Dolto, Donald Woods Winnicott, John Bowlby, René Zazzo, etc. Dans son travail, Kaïssa Addouche expose également les notions de développement social, moral et intellectuel ainsi que celles de comportements violents et agressifs chez les enfants.
Elle aborde ensuite les relations de l’enfant avec son environnement afin de comprendre de quelle manière l’adulte transmet les valeurs morales à l’enfant. Elle se réfère à différents styles éducatifs : autoritaire, permissif et démocrate; et elle analyse les divergences et convergences en matière de pratiques éducatives en fonction de l’aspect culturel. C’est cet aspect qu’elle étudie en s’intéressant à la famille ou plus précisément au modèle familial. Elle pose d’ailleurs l’hypothèse que les comportements agressifs chez les enfants âgés entre 3 et 11 ans appartenant aux différents modèles familiaux sont en lien avec les stades de développement antérieur, leur environnement familial, scolaire et social.
Son travail de recherche s’appuie sur une population constituée de quatre groupes différents : enfants de parents français, enfants de parents algériens vivant en France, enfants de couples mixtes et enfants de parents algériens vivant en Algérie. Elle utilise les outils tels que les tests projectifs comme celui de patte noire (PN) de Louis Corman, ou encore le test Family Apperception Test (FAT) et le test de socialisation de l’enfant et de l’adolescent (TSEA) ainsi que des entretiens semi directifs sur un échantillon de 80 enfants scolarisés. Par ailleurs, le traitement des données par l’analyse thématique de contenu et par l’analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) permet une analyse fine et intéressante et met en évidence un choix méthodologique judicieux et adapté.
In fine, Kaïssa Addouche montre, entre autres, que les comportements agressifs chez les enfants ne sont pas une affaire de culture ni de sexe, mais une affaire d’âge, de rang, de composition de la famille, de divergence et/ou de convergence entre les styles éducatifs de la mère et du père ainsi que de convergence entre les styles parentaux et ceux du maître.

Référence : ADDOUCHE Kaïssa. « Le vécu des comportements violents et agressifs chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, de 6 à 8 ans et de 9 à 11 ans : étude comparative entre enfants de parents français, de parents algériens vivant en France, de couples mixtes (algériens-français), de parents algériens vivant en Algérie». Thèse de Doctorat en psychologie clinique et interculturelle soutenue à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Professeur Emile-Henri Riard, Université de Picardie Jules Verne (UPJV), Ecole interne, IUFM, Amiens, le 8 décembre 2011, 181p.