Retour d’expérience sur les bénéfices de la justice restaurative

Dans cet article, l’auteur présente au travers d’un cas d’homicide les expériences vécues par les auteurs d’infractions et les victimes durant leurs parcours judiciaire et leurs participations à une médiation. Cet article apporte un éclairage sur les bénéfices de la justice restaurative notamment dans le cadre de l’avènement de faits tragiques et violents. L’article mêle subtilement des théories criminologiques sur les conséquences du meurtre, les apports et les limites de la justice restaurative, à des données qualitatives recueillies à la suite de la médiation. Ce qu’il est intéressant de souligner résulte dans les conséquences vécues par les victimes et de considérer les apports criminologiques de la justice restaurative dans ces situations, au demeurant rarissimes, qui jusqu’alors ont été peu développés. Quand bien même une réponse pénale a été donnée (peine d’emprisonnement) par l’autorité judiciaire aux meurtriers, les sœurs de la victime expriment de la colère et des incompréhensions à l’égard de la machine pénale qui selon elle n’a pas apporté les réponses qu’elles attendaient. De plus, ce meurtre a connu une large couverture médiatique conduisant les victimes, en plus du processus judiciaire, à revivre l’enquête et le procès sans qu’il n’y ait davantage d’éclairage sur l’affaire. Les traumatismes ainsi générés par l’homicide ont alors eu des conséquences sur leur santé psychique et morale (insomnie, irritabilité, colère, manque de concentration, alcoolisme, dépression). Une victimisation secondaire à laquelle s’ajoute une profonde frustration. Du coté des auteurs d’infraction, les médias ont contribué à répandre une image « mauvaise » de ces derniers les étiquetant comme des « monstres ». L’intervention d’un « dialogue restauratif », l’échange des émotions, les questions du « pourquoi » et du « comment » et leurs réponses, ont mené la famille de la victime à avoir une meilleure compréhension de l’évènement et à se défaire de certaines représentations. La justice restaurative mène alors vers un apaisement social aussi bien du côté de la victime que chez l’auteur de l’infraction. Ce processus pourrait intéresser les pratiques du secteur judiciaire et para judiciaire de la protection judiciaire de la jeunesse.

WALTERS Marc Austin, « I thought « he’s a monster »…[But] he was just…normal », The Bristish Journal of Criminology, novembre 2015, vol. 55, n°6, pp. 1207-1224.

Jessica Filippi

Enseignante Chercheure en Criminologie à l’École Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Les interventions des agents de probation vers la voie du désistement

Il est difficile d’affirmer avec certitude que la trajectoire délinquante d’un auteur d’infraction est terminée. Dans l’article d’Isabelle F. Dufour, il est question du désistement des auteurs d’infraction pour lesquels une peine d’emprisonnement avec sursis a été prononcée. L’emprisonnement avec sursis suit principalement deux objectifs : contrôler le comportement des auteurs d’infraction afin de garantir la sécurité sociale et réinsérer socialement le détenu. Cependant, l’emprisonnement avec sursis et la prise en charge suffisent-ils à désister les sursitaires dans leur trajectoire délinquante ? L’abandon de la carrière délinquante est un processus qui peut être facilité ou contrecarré par des facteurs agentiels (identité personnelle, social, projets de vie, valeurs constitutives) et/ou structurels (position sociale involontaire, coûts des opportunités, accès aux ressources, nature du réseau social). Sur la dimension de la prise en charge des auteurs d’infraction, il existe de nombreuses études qui mettent en lien les effets individuels des traitements psycho-sociaux et le désistement mais peu voire aucune ne révèle le rôle des agents de probation sur la désistance des détenus sursitaires.  L’étude d’Isabelle F. Dufour, donne le point de vue de 22 sursitaires sur les interventions prodiguées par les agents de probation. La méthodologie est intéressante en ce que les questions posées ont été volontairement indirectes, aucune question ne porte sur la perception des interventions prodiguées par les agents de probation. Il est constaté que le désistement dépend de la catégorisation des « désisteurs ». L’étude révèle que l’accompagnement, l’encouragement des efforts des sursitaires et l’attitude pro sociale des agents de probation contribuent à la désistance des usagers.
La prise en charge des auteurs d’infraction, quel que soit leur âge, prodiguée par des professionnels bienveillants et exemplaires dans leurs interactions par des attitudes pro-sociales, contribue à l’instauration d’un climat propice à la désistance auprès des usagers.

Isabelle F. Dufour, « Le désistement assisté », In Criminologie, volume 48, n°2, 2015, pp. 265-284

Jessica Filippi

Enseignante Chercheure en Criminologie à l’École Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Comparaison de la performance de différentes théories dans la prédiction de la violence

Cette importante recherche publiée par Henriette Haas, psychologue à l’université de Zurich, et Maurice Cusson, criminologue à l’université de Montréal, vise à comparer la valeur prédictive de six différents modèles théoriques explicatifs de la violence, définie ici comme « l’agression physique intentionnelle ou la menace d’agression d’une autre personne ». Les données traitées par les chercheurs proviennent d’un échantillon impressionnant de 21 312 jeunes hommes suisses interrogés durant leurs premières semaines de service militaire. Les questionnaires auxquels ils ont été soumis, anonymes et conséquents (44 pages, 900 items), portaient d’une part sur différentes formes de violence agie et leurs fréquences au cours des 12 derniers mois, d’autre part sur des variables susceptibles d’expliquer la violence et se référant aux six modèles théoriques retenus (conflit social, association différentielle, choix rationnel, contrôle social, traumatisme infantile et psychopathologie). Des analyses statistiques ont ensuite été menées pour tester le pouvoir explicatif de chaque modèle, opérationnalisé à travers une série de variables. Par exemple, la théorie du contrôle social se traduit par plusieurs dizaines de variables, comme la cohésion familiale pendant l’enfance, la participation à des activités associatives, les déménagements, etc.
Les résultats indiquent que chacune des six théories a un pouvoir explicatif propre. De plus, la prise en compte des variables associées à l’ensemble des modèles (et non à chaque modèle pris isolément) permet de bien meilleures prédictions de la violence. Cela plaide donc pour une approche intégrative multifactorielle où les théories, souvent mises en opposition par leurs défenseurs, jouent plutôt des rôles complémentaires. Une telle approche sous-tend les modèles « bio-psycho-sociaux », tel celui de Steinert et Whittington (2013), qui tentent d’intégrer l’ensemble des facteurs criminogènes.

Référence : Haas, H., & Cusson, M. Comparing theories’ performance in predicting violence. in International Journal of Law and Psychiatry, janvier 2015. Disponible sur :
http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0160252715000114 (consulté le 28 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts