La place de l’attachement dans le travail éducatif

Le numéro 66 d’Enfances & Psy s’applique à démontrer, s’il en est encore besoin, l’intérêt de la théorie de l’attachement pour les professionnels de l’enfance. Parmi les contributions du numéro, plusieurs peuvent intéresser la Protection judiciaire de la jeunesse. L’article sur lequel s’ouvre le dossier (Dugravier et Barbey-Mintz, 2015) présente les principaux concepts développés par John Bowlby puis Mary Ainsworth. L’attachement est un système motivationnel qui s’active en situation d’insécurité, au travers de comportements tels que les cris ou les pleurs. Il permet de rétablir la proximité de l’enfant avec des figures adultes réconfortantes. La base de sécurité que fournissent les adultes (les caregivers) est nécessaire pour que l’enfant s’autorise à explorer l’environnement et favorise, à terme, un style d’attachement secure et une bonne adaptation psychosociale
Au contraire, et c’est ce que développe un autre article du numéro (Atger, 2015), un style d’attachement insecure est un facteur de psychopathologie, en particulier à l’adolescence. Le cas de Marie, hospitalisée à 17 ans pour anorexie mentale, l’illustre. Ses multiples fugues pour retourner au domicile parental peuvent être interprétées comme une tentative de retour vers un havre de sécurité que pourtant elle ne trouve pas, puisqu’elle fait face, à chaque fois, à la détresse de ses parents qu’elle vit comme un rejet. Cela rend difficile son apaisement et Marie a du mal à s’investir dans les activités thérapeutiques en hospitalisation. Avec le temps, cette situation évolue et le cadre thérapeutique permet de fournir à Marie une certaine base de sécurité complémentaire.
Cette question intéresse également le pédopsychiatre Romain Dugravier qui a interrogé deux juges des enfants sur les liens d’attachement entre jeunes placés et familles d’accueil. Les échanges montrent la difficulté, pour les juges, à évaluer quel danger est le plus important : rupture du lien d’attachement en cas de placement ou maintien d’un lien avec des adultes insécurisants. L’article pointe également la difficulté à concevoir le second lien, avec la famille d’accueil, comme complémentaire et non concurrentiel du premier, avec la famille d’origine. Enfin, le texte interroge le possible lien d’attachement entre un juge et les enfants qu’il suit.
Un autre article (Boyer-Vidal et Tereno, 2015) présente la théorie de l’attachement comme un outil pour les professionnels au contact de jeunes placés en foyer. Ceci permet d’insister, à partir d’exemples, sur la nécessité d’un engagement affectif des éducateurs. En effet ls assurent, parmi d’autres, une fonction de caregiving dont les quatre composantes, définies par Mary Ainsworth, sont la disponibilité, la sensibilité, l’acceptation et la coopération avec les adolescents.
Le dernier texte du dossier (Claudia et Dupuis, 2015) s’intéresse aux besoins d’attachement, non plus des enfants, mais des professionnels eux-mêmes. Les soignants concernés par l’étude travaillent dans une unité de pédopsychiatrie et vivent des situations professionnelles insécurisantes (conditions éprouvantes, manque de personnel, patients très difficiles, crises institutionnelles, etc.) susceptibles d’activer leur propre système d’attachement. L’article propose d’interpréter certains de leurs comportements (plaintes, critiques, résistances, etc.) comme une manifestation de leurs besoins d’attachement. L’institution peut, selon les réponses qu’elle donne (écoute, soutien, protection, etc.), jouer le rôle d’une figure d’attachement plus ou moins sécurisante et soutenir ainsi leur investissement avec les adolescents.

Ce compte-rendu a été écrit par Aurélien Courtin, Géraldine Hedin, Christophe Lecomte et Cédric Rossy, professeur(e)s techniques de la Protection judiciaire de la jeunesse.

Référence : Théorie de l’attachement. De la dépendance à l’autonomie… Dossier coordonné par R. DUGRAVIER, O. FAURE-FILLASTRE et A.-S. BARBEY-MINTZ, Enfances & Psy, 66(2), septembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Un petit dessin vaut mieux…

Peut- on mesurer l’efficacité, voire l’efficience, d’une activité pédagogique, comparer la portée d’un acte éducatif ? C’est à cette question ambitieuse et professionnellement intrigante que se confronte cet article du Journal of moral éducation. Deux chercheurs finlandais, Juha Johansson et Markkus S. Hannula, se sont ainsi intéressés aux effets relatifs de deux médias sur l’éducation à la citoyenneté : l’écriture de nouvelles et la production de bandes dessinées.
Lequel de ces deux outils permet alors une plus grande efficacité dans l’acquisition des notions de justice et de care ? Ces deux médias semblent s’y prêter de la même façon, l’un par le modèle du conte de fées, le second par celui des super héros de comics. Tous deux fournissent aux enfants une base de données permettant d’illustrer et de mettre en concept les notions de règles, de droit, de devoir, comme, du côté du care, celles d’empathie ou de compassion.
La méthodologie employée ? Des observations et des entretiens d’explicitation auprès d’une classe d’enfants de huit ans  qui devaient inventer, à travers l’un ou l’autre de ces médias, des histoires de « lutte contre le mal ». Si garçons et filles différent profondément dans leur usage des principes moraux, la justice rétributive d’un James Bond s’opposant à la diplomatie d’une Hello Kitty, il apparait pour ces deux publics que l’usage de l’image dans la construction narrative permet une plus grande maîtrise des concepts utilisés, une plus grande finesse dans leur analyse. Les chercheurs évoquent plusieurs hypothèses explicatives, la plus intéressante étant que la BD, permet, visuellement, l’expression de symboles. Et ces derniers seraient plus aptes à illustrer des concepts moraux chez des êtres en apprentissage.
S’il s’agit là expérience autour de la production de BD, et chez de jeunes enfants, ces résultats peuvent être fort intéressant pour les éducateurs utilisant la lecture de bandes dessinées comme média éducatif, dans le cadre de « Bulles en fureur » par exemple.

Référence : JOHANSSON Juha ;  S. HANNULA Markkus . How do Finnish Chikdren express care and justice in comic strip and written narratives ? in Journal of Moral Education – Vol 43, N° 4, 2014

Philosophies de la vulnérabilité

La vulnérabilité est devenue un thème central de la recherche en philosophie morale et politique mais également en sciences sociales. Comme l’indiquent Sandra Laugier et Marie Gaille dans l’article introductif du numéro 14 de Raison politique, il revient aux éthiques du care d’avoir permis le développement des réflexions sur ce sujet. Les éthiques du care se sont constituées en discussion, si ce n’est en opposition, avec la philosophie de John Rawls. L’auteur de Théorie de la justice a dominé la philosophie morale et politique de la fin du siècle dernier en renouvelant la théorie du contrat dont les auteurs les plus célèbres furent Locke, Rousseau et Kant. Une telle théorie repose sur l’idée d’individus autonomes. Selon les éthiques du care, cette philosophie s’appuie sur la fiction d’individus abstraits, indépendants et isolés. La réalité est que l’humain est fondamentalement vulnérable. La vulnérabilité, qu’elle soit physique, psychique ou sociale, ne se limite pas à la petite enfance et au grand âge mais peut toucher quiconque par la maladie, l’accident, le chômage. A ce moment, nous avons tous besoin d’attention, de sollicitude, de soins, c’est-à-dire pour reprendre le concept anglais, de care. L’autonomie, elle-même, comme l’a montré Joan Tronto, n’est possible que parce que les individus indépendants bénéficient de care, notamment dans leur famille. A l’opposé de l’éthique de la justice, les éthiques du care sont contextualistes et enracinées dans la relation vivante à autrui. Elles reposent sur l’interdépendance d’individus vulnérables.

Dans ce dossier de Raison politique, plusieurs contributions traitent de la vulnérabilité dans le monde du travail et dans l’espace hospitalier. Pour leur part, Andrade de Barros, José Newton Garcia de Araújo et Joăo Batista Moreira Pinto, chercheurs en psychologie sociale nous montrent la vulnérabilité en milieu carcéral au Brésil. Ils soulignent que la société contemporaine, en valorisant de plus en plus les performances individuelles, l’efficience, la responsabilité, rejette à sa périphérie, notamment dans les favelas des populations marquées par la vulnérabilité. Pour une partie d’entre elles, il ne reste pour survivre que les activités illicites. Les auteurs montrent que la prison renforce leur vulnérabilité. Elle favorise le désapprentissage des valeurs de la vie sociale. La solitude, l’isolement, l’inactivité corporelle et intellectuelle font que les détenus éprouvent un sentiment d’amputation de soi. La perte du pouvoir sur sa propre vie nourrit l’enfermement sur soi-même et la passivité.

Christophe Béal ne s’appuie pas sur l’éthique du care mais sur le républicanisme. Selon ce courant philosophique développé notamment par Philip Pettit, le rapport de domination produit de la vulnérabilité. Dans la famille, la femme et l’enfant sont vulnérables s’ils sont sous le pouvoir absolu de l’homme. Des dispositifs institutionnels comme le droit pénal  permettent de réduire la vulnérabilité en punissant les violences domestiques. Cependant, le droit pénal peut être aussi producteur de vulnérabilité. C’est la raison pour laquelle Christophe Béal souligne que Philip Pettit défend la justice réparatrice qui permet de réduire la vulnérabilité des victimes en évitant de faire croître la vulnérabilité des auteurs de violence.

 

 « Grammaires de la vulnérabilité ». Raison politique, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, avril 2011, numéro 1.