Je dis que je m’aime parce que je ne m’aime pas assez

Cette étude suisse s’inscrit dans le champ controversé des travaux psychologiques sur le lien entre l’estime de soi et les comportements agressifs à l’adolescence. En effet, la littérature sur le sujet abonde de résultats contradictoires : si certains chercheurs sont parvenus à montrer qu’une faible estime de soi favorisait les réactions agressives, d’autres ont également indiqué qu’une forte estime de soi était associée à davantage d’agressivité. Cependant, une des limites de ces études vient de ce qu’elles utilisent le plus souvent des mesures explicites de l’estime de soi (par questionnaire), susceptibles d’être biaisées par des stratégies de présentation de soi. Or il existe une catégorie de personnes ayant une estime d’elles-mêmes dite « défensive », c’est-à-dire une forte estime de façade qui vient en fait compenser une fragilité narcissique plus profonde et pas nécessairement consciente. Ces personnes ont tendance à répondre positivement aux mesures explicites d’estime de soi.
La présente étude apporte une contribution intéressante à ce champ en montrant, à l’aide d’un échantillon de 118 adolescents, que le lien entre l’estime de soi et l’agressivité réactive (l’agressivité impulsive qui apparaît dans des situations de frustration et de colère) dépend, entre autres, de la manière retenue par les chercheurs pour évaluer l’estime de soi. En plus d’une mesure explicite, les auteurs ont donc utilisé une tâche expérimentale pour mesurer l’estime de soi. Très schématiquement, cette tâche d’association implicite, réalisée avec un ordinateur, demande aux sujets de classer le plus rapidement possible des mots positifs ou négatifs et des mots reliés à soi ou non. Comme les personnes ayant une plus faible estime d’elles-mêmes ne s’attribuent pas automatiquement les qualificatifs positifs, il leur faut plus de temps pour répondre lorsque les mots positifs et reliés à soi doivent être classés dans la même catégorie (le temps d’inhiber les processus automatiques d’association négative).
Les résultats (tous ne sont pas présentés ici) montrent que, quel que soit le niveau explicite d’estime de soi évalué par questionnaire, la mesure implicite expérimentale est associée à un niveau d’agressivité réactive plus élevée. Par conséquent, la distinction entre l’estime de soi de façade, celle que les individus affichent, et l’estime de soi profonde, celle qui apparaît dans des mesures explicites, semble pertinente lorsque l’on s’intéresse au lien entre l’estime de soi et l’agressivité. Cette distinction semble également pertinente pour comprendre la situation des jeunes pris en charge par la Protection Judiciaire de la Jeunesse, qui affichent parfois une grande confiance en eux… simplement par stratégie défensive.

Référence : SUTER, M., URBEN, S., PIHET, S., BERTONI, C., & DE RIDDER, J. « Implicit and Explicit Self-esteem as Predictors of reactive and proactive aggression in adolescent boys and girls ». Journal of Adolescent and Family Health, 7(2), septembre 2015.

Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss2/1

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Comportements violents et agressifs : une étude comparative

Cette thèse soutenue par Kaïssa Addouche est riche et intéressante. Dans un premier temps, elle montre que les concepts que sont la violence et l’agressivité sont utilisés diversement par de nombreux spécialistes. Certains parleront d’agressivité, d’autres parleront d’agression et/ou de violence. L’auteure tente de montrer très justement que l’agressivité est une tendance à attaquer, mais que c’est aussi une composante de la personnalité. La violence est plutôt une force brutale qu’un individu impose à un autre. Violence et agressivité ne sont donc pas de même nature. Pour éclairer ses propos, Kaïssa Addouche fait référence à différentes positions théoriques et des auteurs spécialistes de la question comme Sigmund Freud, Joan Rivière, Mélanie Klein, Jean Laplanche, Jean Bergeret, Bella Grunberger, René Diatkine, etc.
Dans un second temps, l’auteure met en lien ces deux concepts avec les différentes phases de développement que traverse l’enfant et montre que l’être humain, en fonction des moments qu’il traverse, de l’âge qu’il a et des facteurs biologiques, physiologiques, sociaux et moraux, manifestera ou non des comportements violents. Elle aborde ces notions de stades en s’appuyant sur les grands auteurs de la psychologie du développement de l’enfant tels que Sigmund Freud, Françoise Dolto, Donald Woods Winnicott, John Bowlby, René Zazzo, etc. Dans son travail, Kaïssa Addouche expose également les notions de développement social, moral et intellectuel ainsi que celles de comportements violents et agressifs chez les enfants.
Elle aborde ensuite les relations de l’enfant avec son environnement afin de comprendre de quelle manière l’adulte transmet les valeurs morales à l’enfant. Elle se réfère à différents styles éducatifs : autoritaire, permissif et démocrate; et elle analyse les divergences et convergences en matière de pratiques éducatives en fonction de l’aspect culturel. C’est cet aspect qu’elle étudie en s’intéressant à la famille ou plus précisément au modèle familial. Elle pose d’ailleurs l’hypothèse que les comportements agressifs chez les enfants âgés entre 3 et 11 ans appartenant aux différents modèles familiaux sont en lien avec les stades de développement antérieur, leur environnement familial, scolaire et social.
Son travail de recherche s’appuie sur une population constituée de quatre groupes différents : enfants de parents français, enfants de parents algériens vivant en France, enfants de couples mixtes et enfants de parents algériens vivant en Algérie. Elle utilise les outils tels que les tests projectifs comme celui de patte noire (PN) de Louis Corman, ou encore le test Family Apperception Test (FAT) et le test de socialisation de l’enfant et de l’adolescent (TSEA) ainsi que des entretiens semi directifs sur un échantillon de 80 enfants scolarisés. Par ailleurs, le traitement des données par l’analyse thématique de contenu et par l’analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) permet une analyse fine et intéressante et met en évidence un choix méthodologique judicieux et adapté.
In fine, Kaïssa Addouche montre, entre autres, que les comportements agressifs chez les enfants ne sont pas une affaire de culture ni de sexe, mais une affaire d’âge, de rang, de composition de la famille, de divergence et/ou de convergence entre les styles éducatifs de la mère et du père ainsi que de convergence entre les styles parentaux et ceux du maître.

Référence : ADDOUCHE Kaïssa. « Le vécu des comportements violents et agressifs chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, de 6 à 8 ans et de 9 à 11 ans : étude comparative entre enfants de parents français, de parents algériens vivant en France, de couples mixtes (algériens-français), de parents algériens vivant en Algérie». Thèse de Doctorat en psychologie clinique et interculturelle soutenue à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Professeur Emile-Henri Riard, Université de Picardie Jules Verne (UPJV), Ecole interne, IUFM, Amiens, le 8 décembre 2011, 181p.