Etats limites et évolution des réponses judiciaires à la délinquance juvénile

C’est sur le modèle œdipien – qui occupe une place centrale dans les théories psychanalytiques du développement – que se fonde l’hypothèse d’une efficacité de la loi concrète dans le « traitement » des transgressions en général et de la délinquance des mineurs en particulier. L’idée est la suivante : en limitant l’omnipotence du désir, la loi va permettre au sujet une reconnaissance de la tiercéité et, ce faisant, de l’altérité. Toutefois, les débats ressurgissent dès lors qu’il s’agit de décider quand et comment recourir à l’application concrète des dispositions de la loi. Quand faut-il au contraire tolérer telles ou telles transgressions, dans certaines organisations psychopathologiques, en les reprenant dans le cadre éducatif ? Notamment celles qui, comme les états limites (EL), présentent la double particularité de fragiliser la tiercéité issue de l’Œdipe, et de favoriser les passages à l’acte. L’approche psychopathologique montre ainsi, selon l’auteur, que les partisans de la soft method, « la pédagogie de la citoyenneté », et les partisans de la hard method, « la tolérance zéro », du fait de leur référence exclusive à la loi, sont les uns et les autres également « angéliques » quand ils pensent pouvoir être efficaces avec ceux de ces jeunes qui, restant en deçà du fonctionnement relevant de l’Œdipe, n’ont d’autre recours que la violence destruction. Il est, dès lors, préoccupant de constater que c’est le leitmotiv du discours de la loi et des évolutions sociétales qui est mis en avant pour expliquer l’accroissement de la part relative des fonctionnements limites. La place excessive de ce discours et des pratiques qui en découlent est pourtant, selon l’auteur, à l’origine de l’augmentation du nombre des adolescents les plus difficiles. Ce qui préside, ce faisant, à une perte de chance pour eux et à une difficulté supplémentaire pour les professionnels qui en ont la charge. En conséquence, l’auteur préconise le recours préférentiel à un autre modèle que celui issu d’une lecture œdipienne : le modèle de la transitionnalité qui, en référence aux travaux de Winnicott, met le plaisir de fonctionnement dans « le faire-avec » au centre d’une clinique éducative qui vise avant tout à réintroduire de la tiercéité, et donc de l’altérité, dans le fonctionnement de ces adolescents. L’auteur considère, en effet, que cette étape est, chez eux, un préalable nécessaire pour rendre possible le travail de la loi.

Michel Botbol, « États limites et délinquance juvénile : évolution des réponses judiciaires », L’information psychiatrique, 2016/1 (Volume 92), pp. 49-53.

Luc-Henry Choquet

Luc-Henry Choquet est sociologue du droit, responsable du pôle recherche à la direction de la protection judiciaire de la jeunesse, enseignant à la Faculté d’Économie Gestion Administration et Sciences Sociales (Université d'Artois) et chercheur associé à l'Institut de recherche corrections et réhabilitation de l'université Ryukoku (Kyoto)

More Posts

Documentaire : adolescentes des banlieues

Elles s’appellent Moufida, Coralie ou Aïssetou et grandissent au sein d’une cité à Marseille, Le Blanc-Mesnil ou encore Clichy-sous-Bois. Dans son documentaire « Les roses noires », Hélène Milano choisit de montrer ces jeunes filles en fleur et leur rapport au langage au moment crucial qu’est l’adolescence. Elle leur offre, le temps de ce reportage, une visibilité inattendue dont elles se saisissent sans faux-semblant.
Filmer cette parole si fragile tout en la questionnant se révèle être une approche particulièrement ingénieuse et habile exploitée par la documentariste. A la fois sujets et verbes, observatrices et actrices, les jeunes filles réfléchissent à leur propre langage, miroir d’une identité qu’elles peinent encore à définir, tout en contradiction. Par l’analyse de ce langage hybride, fait de mots à la croisée de multiples cultures, elles disent l’appartenance communautaire mais aussi le cloisonnement social qu’il génère, conscientes que ces codes rassemblent autant qu’ils excluent.
Ce constat fait écho aux limites qu’elles-mêmes s’imposent, qui les enferrent et dont elles ont tant de mal à s’émanciper. Car cette parole donnée met aussi en exergue des mécanismes troublants, parfois inquiétants, d’une organisation sociale qui les écrase et qu’elles relaient, semble-t-il, malgré elles, se faisant les émissaires d’un discours reniant leur propre liberté et identité.
Au fil du récit, le reportage dit bien la double peine pour ces femmes en devenir. Tout d’abord, la difficulté de trouver sa place au sein d’une société dont on se sent exclues, mais aussi celle de savoir s’affirmer et d’assumer sa féminité dans un univers violemment régi par des codes masculins. Hégémonie toute puissante particulièrement pesante qui semble se cristalliser au moment de l’adolescence et de la sexualisation des rapports entre garçons et filles.
A l’image de Sarah qu’on voit boxer seule au milieu des garçons, il s’agit bien là d’un véritable combat que toutes mènent quotidiennement. Et c’est justement dans cette lutte, cette fierté de ne pas « s’écraser », qu’on perçoit tout l’espoir qu’elles portent en elles. Une force qui leur sera nécessaire pour briser leurs chaînes et qu’on sent naître en même temps que l’acceptation de leur féminité, comme d’une liberté, de plus en plus forte, à la fin du reportage.

Référence : MILANO Hélène (Réal.). Les roses noires [document multimédia]. Paris : Centre Nationale de la Cinématographie, 2011.

Crimes adolescents et genre

Étude de genre ou critique des médias ? Cet article d’Arthur Vuattoux joue sur les deux registres. En effet, l’auteur se « focalise sur la mise en mots de deux affaires criminelles » et démontre, très clairement, que le traitement médiatique de ces deux évènements est passé au travers du prisme -déformant- des normes de genre. Dans le premier crime, un lycéen est en cause alors que dans l’autre, il s’agit de rendre compte des exactions d’un groupe d’adolescentes. Ces deux articles sont traités à la manière de faits divers ou de chronique judiciaire, mais ce qui est particulièrement intéressant, ce sont notamment les métaphores produites. Ce que met en évidence l’auteur, avec un corpus important d’articles analysés, c’est l’utilisation par les journalistes d’une grille de lecture « genrée ». D’un côté, l’attention médiatique se focalise sur les failles du contrôle judiciaire et l’auteur des faits est décrit comme un pervers « froid », « calculateur » alors que pour l’autre crime, les jeunes femmes sont qualifiées de « furies », de « bimbo » et le viol dont elles se sont rendues coupable est abondamment décrit. Arthur Vuattoux fait un parallèle avec des travaux antérieurs, notamment ceux de Coline Cardi et Geneviève Pruvost[1] pour aborder le double processus « d’invisibilisation et d’hypervisibilité de la déviance féminine ». Là où « la déviance des hommes paraît résulter d’un parcours balisé, celle des jeunes femmes se situerait du côté de l’anormalité ». Cela relèverait pour les médias d’une « reproduction médiatique d’une idéologie renforçant l’ordre du genre » où la presse « naturaliserait » un ordre établi.
Cet article propose également, sous la forme d’un questionnement final « d’aboutir à une meilleure compréhension du rôle des médias dans la reproduction des normes de genres ».

Référence : VUATTOUX Arthur. « Reproduction des normes de genre dans le traitement médiatique des crimes adolescents ». Revue française des sciences de l’information et de la communication [en ligne], 2014, n°4, <http://rfsic.revues.org/775>


[1] Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2008.

Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

More Posts

La fiction du soi

La revue Belge Sociétés consacre l’un de ses derniers numéros à la science-fiction et au rapport que ce genre culturel entretient avec « le monde des hommes ». L’attention des éducateurs pourrait être attirée par un article qu’une doctorante consacre aux jeux en réseau et leur enjeu dans la construction identitaire.

En effet, France Vachey, par la mise en place d’un dispositif méthodologique original, se lance dans une ethnographie du monde virtuel de World of Warcraft, le leader des jeux de rôle en ligne. Elle y évoque une sociabilité bien semblable à celle mise en œuvre dans le monde réel et des interactions langagières qui obéissent aux règles qui nous sont usuelles.

Le sujet abordé dans cet article, pour original qu’il soit, présente un double intérêt. Il rappelle d’une part, au travers des travaux de Huizanga, Caillois et Winnicott, la place que tient le jeu dan sa construction des enfants, des adolescents mais aussi des adultes. France Vachey rappelle, en citant le psychiatre anglais, que « c’est en jouant, et peut être seulement quand il joue, que l’enfant ou l’adulte est libre […] C’est seulement en étant créatif que l’individu découvre le soi. » Mais l’auteure met aussi en lumière la place de ces mondes virtuels, où le joueur rencontre les avatars d’humains eux bien réels, dans la construction autobiographique. Jouer en réseau, c’est se créer un personnage, une histoire, penser la différence entre ce rôle et le soi ; opposer un idéal à une image que l’on nous renvoie. C’est se voir interagir avec un monde, certes moins « concret » que celui qui nous entoure, mais tout aussi opposant ; c’est surmonter les obstacles. C’est enfin interagir avec l’autre et accepter la subjectivité d’un autrui avec lequel il faut toujours composer, loin d’un fantasme de toute puissance. Reprenant alors la pensée littéraire de Daniele Sallenave, France Vachey évoque le fait que « raconter, c’est d’abord être. » La création d’un personnage, d’une persona fiction, au sein d’un monde virtuel, est acte de narration de soi et par la même de construction, de renouvellement, de son identité.

C’est peut être là qu’il faut chercher le succès de ces pratiques numériques auprès des adolescents et des jeunes adultes. Au sein d’un monde où expérimenter sa relation à l’autre présente peu de risque, il est plus aisé découvrir son être en devenir.

 

VACHEY, France. «Fiction de personnage dans un MMORPG [de l’expression anglaise « Massively Multiplayer Online Role Playing Games », signifiant « jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs »NDLR], entre jeu de rôle et écriture de soi, écrire une persona fiction». Sociétés, N°113, troisième trimestre 2011, p. 81.