Filmer l’intégration

Il y a ceux, un peu en colère, qui regrettent leur vie d’avant, leurs amis et puis ceux qui espèrent de meilleurs jours, un avenir brillant ; tous sont poussés à quitter leurs repères pour rejoindre un parent éloigné ou parce qu’ils étaient persécutés dans leur pays d’origine. La réalisatrice Julie Bertucelli a filmé pendant une année les élèves de la classe d’accueil du Collège La Grange aux Belles à Paris et donne à voir avec pudeur et malice, au fil des saisons, des adolescents entre deux cultures, ou plus. Car en effet, ici la Chine côtoie le Brésil, le Sri Lanka l’Egypte, la Mauritanie, l’Irlande… Les langues, les religions de chacun s’échangent, se mêlent ; puis bientôt les amitiés indéfectibles ; chacun apprenant à l’autre sa « culture » dans un partage dénué d’a priori.
Sans que la caméra s’appesantisse, on décèle pourtant dans ces moments de vie souvent joyeux, des paroles du bout des lèvres, des blessures. Les traces laissées par une fracture brutale, un passé difficile. La pression des parents, la menace anxiogène d’un retour au pays en cas d’échec. Mais aussi l’immense solitude de certains, parfois livrés à eux-mêmes. On devine les moqueries et les mises à l’écart déjà subies au quotidien dans la cour d’école. La réalisatrice filme la classe comme un cocon, dans lequel ces adolescents ont réussi à tisser des liens forts, mais dont l’équilibre ténu vacille souvent. Comme lors du départ précipité de Maryam, l’égyptienne, qui nous rappelle subitement la précarité des situations derrière les sourires et l’insouciance. Là encore, c’est tout en finesse et retenu que l’on devine le rôle pilier si important de la professeure pour ces élèves, que l’on sent passionnée et protectrice.
Ce documentaire donne aussi à voir l’expérience d’une reconstruction possible, la faculté d’adaptation et la progression de ces ados devenus « papillons », dont les efforts aboutiront à la diffusion d’un film qu’ils ont eux-mêmes réalisés à partir de leurs histoires de vie. « La première fois que je suis rentrée dans la classe d’accueil, c’est comme si je venais de naître, maintenant on est tous frères et soeurs » dira Djenabou avec émotion : Julie Bertucelli saisit ici le cheminement de ces élèves, révélés à eux-mêmes et à un  monde pluriel ; un apprentissage parfois dur mais aussi et surtout riche de toutes ses potentialités.

BERTUCELLI Julie (Réal.). La cour de Babel [document multimédia]. Paris : Pyramide vidéo, 2014.

Motivation scolaire, résignation, fuite et rébellion

Dans cet article, signé par une équipe réunie autour du regretté Alain Lieury, une extension de la théorie de l’autodétermination est présentée. Rappelons que la théorie de l’autodétermination (proposée par Deci et Ryan au début des années 80) s’appuie notamment sur la distinction entre motivation intrinsèque, motivation extrinsèque et amotivation (très proche du concept de résignation). Elle sert de cadre théorique à des centaines d’études empiriques sur l’engagement et la réussite scolaire des adolescents.
Alors que les différentes formes de motivation pour l’activité scolaire sont la conséquence des sentiments d’autonomie et de compétence, l’amotivation apparaît quand l’élève ne se sent ni autonome ni compétent. Ici, les auteurs proposent de définir deux nouvelles formes de motivation négative, c’est-à-dire non-orientée vers la tâche scolaire. A côté de l’amotivation, on trouverait également la rébellion et la fuite. D’un point de vue théorique, les auteurs expliquent que la fuite apparaîtrait, comparativement à l’amotivation, dans des situations où l’élève se sent incompétent mais un peu plus autonome. A l’inverse, la rébellion apparaîtraient lorsque l’élève se sent un peu plus compétent.
Cette proposition intéressante n’est pas totalement étayée par les résultats obtenus auprès de 436 élèves de quatrième et troisième. En effet, la rébellion et la fuite se trouvent être corrélées au sentiment d’autonomie et au sentiment de compétence de la même manière que l’amotivation. En revanche, les auteurs remarquent qu’un autre déterminant possible de ces formes de motivation négatives, à savoir l’indifférence du professeur, serait plus prédictif de la rebéllion que de la fuite ou de l’amotivation. Une piste à creuser… qui intéressera ceux qui enseignent avec les adolescents les plus difficiles.

Référence : LIEURY, A., LORANT, S., VRIGNAUD, P., & FENOUILLET, F. (2015). Motivation, rébellion, fuite et injustice à l’école. Psychologie Française, 60(4), 317‑333, décembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

La place de l’attachement dans le travail éducatif

Le numéro 66 d’Enfances & Psy s’applique à démontrer, s’il en est encore besoin, l’intérêt de la théorie de l’attachement pour les professionnels de l’enfance. Parmi les contributions du numéro, plusieurs peuvent intéresser la Protection judiciaire de la jeunesse. L’article sur lequel s’ouvre le dossier (Dugravier et Barbey-Mintz, 2015) présente les principaux concepts développés par John Bowlby puis Mary Ainsworth. L’attachement est un système motivationnel qui s’active en situation d’insécurité, au travers de comportements tels que les cris ou les pleurs. Il permet de rétablir la proximité de l’enfant avec des figures adultes réconfortantes. La base de sécurité que fournissent les adultes (les caregivers) est nécessaire pour que l’enfant s’autorise à explorer l’environnement et favorise, à terme, un style d’attachement secure et une bonne adaptation psychosociale
Au contraire, et c’est ce que développe un autre article du numéro (Atger, 2015), un style d’attachement insecure est un facteur de psychopathologie, en particulier à l’adolescence. Le cas de Marie, hospitalisée à 17 ans pour anorexie mentale, l’illustre. Ses multiples fugues pour retourner au domicile parental peuvent être interprétées comme une tentative de retour vers un havre de sécurité que pourtant elle ne trouve pas, puisqu’elle fait face, à chaque fois, à la détresse de ses parents qu’elle vit comme un rejet. Cela rend difficile son apaisement et Marie a du mal à s’investir dans les activités thérapeutiques en hospitalisation. Avec le temps, cette situation évolue et le cadre thérapeutique permet de fournir à Marie une certaine base de sécurité complémentaire.
Cette question intéresse également le pédopsychiatre Romain Dugravier qui a interrogé deux juges des enfants sur les liens d’attachement entre jeunes placés et familles d’accueil. Les échanges montrent la difficulté, pour les juges, à évaluer quel danger est le plus important : rupture du lien d’attachement en cas de placement ou maintien d’un lien avec des adultes insécurisants. L’article pointe également la difficulté à concevoir le second lien, avec la famille d’accueil, comme complémentaire et non concurrentiel du premier, avec la famille d’origine. Enfin, le texte interroge le possible lien d’attachement entre un juge et les enfants qu’il suit.
Un autre article (Boyer-Vidal et Tereno, 2015) présente la théorie de l’attachement comme un outil pour les professionnels au contact de jeunes placés en foyer. Ceci permet d’insister, à partir d’exemples, sur la nécessité d’un engagement affectif des éducateurs. En effet ls assurent, parmi d’autres, une fonction de caregiving dont les quatre composantes, définies par Mary Ainsworth, sont la disponibilité, la sensibilité, l’acceptation et la coopération avec les adolescents.
Le dernier texte du dossier (Claudia et Dupuis, 2015) s’intéresse aux besoins d’attachement, non plus des enfants, mais des professionnels eux-mêmes. Les soignants concernés par l’étude travaillent dans une unité de pédopsychiatrie et vivent des situations professionnelles insécurisantes (conditions éprouvantes, manque de personnel, patients très difficiles, crises institutionnelles, etc.) susceptibles d’activer leur propre système d’attachement. L’article propose d’interpréter certains de leurs comportements (plaintes, critiques, résistances, etc.) comme une manifestation de leurs besoins d’attachement. L’institution peut, selon les réponses qu’elle donne (écoute, soutien, protection, etc.), jouer le rôle d’une figure d’attachement plus ou moins sécurisante et soutenir ainsi leur investissement avec les adolescents.

Ce compte-rendu a été écrit par Aurélien Courtin, Géraldine Hedin, Christophe Lecomte et Cédric Rossy, professeur(e)s techniques de la Protection judiciaire de la jeunesse.

Référence : Théorie de l’attachement. De la dépendance à l’autonomie… Dossier coordonné par R. DUGRAVIER, O. FAURE-FILLASTRE et A.-S. BARBEY-MINTZ, Enfances & Psy, 66(2), septembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Je dis que je m’aime parce que je ne m’aime pas assez

Cette étude suisse s’inscrit dans le champ controversé des travaux psychologiques sur le lien entre l’estime de soi et les comportements agressifs à l’adolescence. En effet, la littérature sur le sujet abonde de résultats contradictoires : si certains chercheurs sont parvenus à montrer qu’une faible estime de soi favorisait les réactions agressives, d’autres ont également indiqué qu’une forte estime de soi était associée à davantage d’agressivité. Cependant, une des limites de ces études vient de ce qu’elles utilisent le plus souvent des mesures explicites de l’estime de soi (par questionnaire), susceptibles d’être biaisées par des stratégies de présentation de soi. Or il existe une catégorie de personnes ayant une estime d’elles-mêmes dite « défensive », c’est-à-dire une forte estime de façade qui vient en fait compenser une fragilité narcissique plus profonde et pas nécessairement consciente. Ces personnes ont tendance à répondre positivement aux mesures explicites d’estime de soi.
La présente étude apporte une contribution intéressante à ce champ en montrant, à l’aide d’un échantillon de 118 adolescents, que le lien entre l’estime de soi et l’agressivité réactive (l’agressivité impulsive qui apparaît dans des situations de frustration et de colère) dépend, entre autres, de la manière retenue par les chercheurs pour évaluer l’estime de soi. En plus d’une mesure explicite, les auteurs ont donc utilisé une tâche expérimentale pour mesurer l’estime de soi. Très schématiquement, cette tâche d’association implicite, réalisée avec un ordinateur, demande aux sujets de classer le plus rapidement possible des mots positifs ou négatifs et des mots reliés à soi ou non. Comme les personnes ayant une plus faible estime d’elles-mêmes ne s’attribuent pas automatiquement les qualificatifs positifs, il leur faut plus de temps pour répondre lorsque les mots positifs et reliés à soi doivent être classés dans la même catégorie (le temps d’inhiber les processus automatiques d’association négative).
Les résultats (tous ne sont pas présentés ici) montrent que, quel que soit le niveau explicite d’estime de soi évalué par questionnaire, la mesure implicite expérimentale est associée à un niveau d’agressivité réactive plus élevée. Par conséquent, la distinction entre l’estime de soi de façade, celle que les individus affichent, et l’estime de soi profonde, celle qui apparaît dans des mesures explicites, semble pertinente lorsque l’on s’intéresse au lien entre l’estime de soi et l’agressivité. Cette distinction semble également pertinente pour comprendre la situation des jeunes pris en charge par la Protection Judiciaire de la Jeunesse, qui affichent parfois une grande confiance en eux… simplement par stratégie défensive.

Référence : SUTER, M., URBEN, S., PIHET, S., BERTONI, C., & DE RIDDER, J. « Implicit and Explicit Self-esteem as Predictors of reactive and proactive aggression in adolescent boys and girls ». Journal of Adolescent and Family Health, 7(2), septembre 2015.

Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss2/1

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Les mineurs isolés étrangers, acteurs modernes du marché global

Dans sa livraison du premier trimestre 2014, la Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI), qui est éditée par l’Université de Poitiers, présente, dans un article de l’ethno-psychologue Francesco Vacchiano, l’état des travaux du laboratoire MIGRINTER (UMR 7301, CNRS-Université de Poitiers) sur la migration indépendante des mineurs à l’échelle internationale.
L’auteur poursuit un travail sur ce qu’il appelle « le nouveau rôle des adolescents dans la migration internationale, en lien avec les changements contemporains du lien social et de la subjectivité ». Francesco Vacchiano voit les adolescents migrants comme les protagonistes d’un processus de signification du monde, de négociation de l’appartenance et de revendication de citoyenneté, « qui trouve dans l’accès à la mobilité l’une des dimensions les plus considérables ». Ces adolescents ont en commun leur désir d’assimiler les formes et les normes du monde actuel et ils incarnent, dans leurs migrations, l’une des illustrations du développement du marché global de nature capitaliste. Quel que soit son pays d’origine et son parcours migratoire, l’adolescent prend conscience de son exclusion, de son origine sociale (le bas de l’échelle), et envisage la migration comme la promesse d’une vie « plus digne », « plus moderne ».
L’auteur rejoint l’analyse de Paula S. Fass : «L’adolescence devient une identité universelle dans le contexte de la mondialisation en même temps que les accessoires et la culture juvénile se répandent partout par les mêmes canaux qui constituent la globalisation.»
Dès lors, être mobile, c’est prétendre au succès. Ceux qui détiennent le pouvoir (économique, politique, social) ainsi que les touristes, les sportifs de haut niveau, etc., sont mobiles. Partir, c’est aussi défier un ordre social injuste. L’enfant est vu par ses parents, immobiles, comme le salut de la famille, dans un contexte d’épuisement des figures d’autorité traditionnelle (discrédit du père).

Référence :VACCHIANO Francesco, « A la recherche d’une citoyenneté globale. L’expérience des adolescents migrants en Europe ». Revue Européenne des Migrations Internationales, 2014, vol.30, n°1, p.59-75.

Philippe Vanrietvelde

Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de1998 à 2013. Formateur à l’École Nationale de la PJJ depuis 2013

More Posts

La désistance des adolescents délinquants est aussi une question de maturation psychologique

Cette étude de Steinberg, Cauffman et Manahan sur la désistance, réalisée pour le compte de l’Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention (équivalent américain de la Protection Judiciaire de la Jeunesse) vient compléter de manière novatrice les approches sociologiques classiques en criminologie qui, comme celle de Sampson et Laub (2003), attribuent la désistance aux changements de rôle et de statut social (tels que mariage, emploi, parentalité). Elle prend une perspective résolument psychologique et développementale en s’appuyant sur le concept de maturation psychologique. Cette maturation est étayée par la maturation cérébrale et définie comme le développement de trois composantes : la capacité à réguler son impulsivité et son agressivité, la capacité à changer de point de vue (adopter le point de vue d’autrui et prendre en compte sa propre situation future) et la capacité à résister à l’influence des pairs et reconnaître sa responsabilité propre.
À partir de données recueillies auprès de 1354 adolescents délinquants suivis pendant 7 ans, les auteurs font plusieurs constats. Tout d’abord, la maturation psychologique ne s’arrête pas à 18 ans mais se poursuit jusqu’au début, voire au milieu, de la vingtaine. Les adolescents, même les plus délinquants, souvent stigmatisés, sont donc amenés à évoluer. Ensuite, la maturité psychologique permet d’expliquer les différents profils d’adolescents délinquants (délinquance basse/modérée/sévère). Enfin, la maturation progressive permet d’expliquer la désistance différentielle des différents groupes (désistance rapide/tardive/persistance).
Ces résultats sont compatibles avec les théories criminologiques de Gottfredson et Hirschi (1990) ou Moffit (1993) sur le rôle du contrôle de soi, dont le développement est propre à l’adolescence, dans le phénomène de désistance et suggèrent que la justice juvénile doit favoriser la maturation psychologique. Cela invite à discuter de la pertinence relative des différentes mesures judiciaires.

Référence : STEINBERG, L., CAUFFMAN, E., & MONAHAN, K. C. « Psychological Maturity and Desistance From Crime in a Sample of Serious Juvenile Offenders. » Juvenile Justice Bulletin, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, mars 2015. Disponible sur : http://www.ojjdp.gov/pubs/248391.pdf

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Les « séjours de rupture en milieu naturel » réduisent-ils la récidive des adolescents délinquants ?

Cet article s’intéresse aux programmes américains de « wilderness therapy » avec les adolescents délinquants, qui sont une sorte de « séjour de rupture en milieu naturel ».
Aux USA, les interventions les plus classiques en matière de justice juvénile se basent sur des approches par la parole et ont pour but d’aider les adolescents à comprendre leurs passages à l’acte pour pouvoir les éviter. A l’inverse, les programmes plus novateurs de « wilderness therapy » proposent des activités de groupe sous forme de défi en plein air visant, non pas à changer les comportements problématiques de l’adolescent, mais à développer ses compétences positives et son autonomie par le biais d’un changement de contexte. Il existe de très grandes variations quant à la durée de tels programmes « en nature » (quelques jours à quelques années).
L’article pose plusieurs questions, dont une seule est examinée ici : les programmes de « wilderness therapy » contribuent-ils à une diminution de la récidive des adolescents délinquants ? Pour répondre, les auteurs s’appuient sur un examen de la littérature scientifique très peu développée sur le sujet. Au final, ce sont seulement sept études quantitatives (menées auprès de quelques milliers d’adolescents), publiées entre 1990 et 2010, qui sont analysés (cf. tableau synthétique en fin d’article).
Les résultats, très variables selon les études, montrent que les programmes évalués peuvent, en comparaison d’interventions plus classiques, favoriser davantage la réduction de la récidive (évaluée jusqu’à deux ans plus tard à partir du nombre d’arrestations, du délai entre arrestations ou de la gravité des délits commis). Surtout, il apparaît que les programmes les plus longs sont ceux qui ont les résultats les plus importants.
Ces conclusions demeurent toutefois limitées, les études synthétisées n’ayant pas toutes recours à des conditions expérimentales suffisamment contrôlées.
En fin de compte, les auteurs s’étonnent, au vu du développement important des programmes de « wilderness therapy », que les études sur le sujet ne soient pas plus nombreuses. Surtout, une question demeure : comment expliquer les effets de ces programmes ? D’autres recherches sont attendues.

Référence : Clem, J. M., Prost, S. G., & Thyer, B. A. c: A Narrative Review. Journal of Adolescent and Family Health, janvier 2015, 7(1), article 2. Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss1/2 (consulté le 26 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Crimes adolescents et genre

Étude de genre ou critique des médias ? Cet article d’Arthur Vuattoux joue sur les deux registres. En effet, l’auteur se « focalise sur la mise en mots de deux affaires criminelles » et démontre, très clairement, que le traitement médiatique de ces deux évènements est passé au travers du prisme -déformant- des normes de genre. Dans le premier crime, un lycéen est en cause alors que dans l’autre, il s’agit de rendre compte des exactions d’un groupe d’adolescentes. Ces deux articles sont traités à la manière de faits divers ou de chronique judiciaire, mais ce qui est particulièrement intéressant, ce sont notamment les métaphores produites. Ce que met en évidence l’auteur, avec un corpus important d’articles analysés, c’est l’utilisation par les journalistes d’une grille de lecture « genrée ». D’un côté, l’attention médiatique se focalise sur les failles du contrôle judiciaire et l’auteur des faits est décrit comme un pervers « froid », « calculateur » alors que pour l’autre crime, les jeunes femmes sont qualifiées de « furies », de « bimbo » et le viol dont elles se sont rendues coupable est abondamment décrit. Arthur Vuattoux fait un parallèle avec des travaux antérieurs, notamment ceux de Coline Cardi et Geneviève Pruvost[1] pour aborder le double processus « d’invisibilisation et d’hypervisibilité de la déviance féminine ». Là où « la déviance des hommes paraît résulter d’un parcours balisé, celle des jeunes femmes se situerait du côté de l’anormalité ». Cela relèverait pour les médias d’une « reproduction médiatique d’une idéologie renforçant l’ordre du genre » où la presse « naturaliserait » un ordre établi.
Cet article propose également, sous la forme d’un questionnement final « d’aboutir à une meilleure compréhension du rôle des médias dans la reproduction des normes de genres ».

Référence : VUATTOUX Arthur. « Reproduction des normes de genre dans le traitement médiatique des crimes adolescents ». Revue française des sciences de l’information et de la communication [en ligne], 2014, n°4, <http://rfsic.revues.org/775>


[1] Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2008.

Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

More Posts

La lecture à l’ère numérique

Sylvie Octobre se fait ici l’écho des préoccupations latentes liées aux pratiques de lecture de la population – et plus particulièrement des jeunes – devenues enjeu de la politique sociale et culturelle. La désacralisation du livre et les changements impliqués par la séparation du texte et de l’imprimé au profit de l’hybride et de l’immatériel semblent être aujourd’hui le vecteur d’une crise de valeur sociétale engageant une dynamique générationnelle et sociale.

A travers le prisme de la figure du jeune comme curseur social d’une civilisation en mutation dont l’instabilité inquiète, l’auteure met en avant différents amalgames faisant état d’une rupture menaçante afin de mieux les déconstruire. Sa démonstration prend notamment appui sur la confusion entre baisse de la lecture et illettrisme, sur la perte de valeur liée à l’abandon des lectures dites classiques au profit de lectures loisirs plus proches des états et tourments de l’adolescent, et sur la transformation inquiétante parce qu’encore non-aboutie des secteurs professionnels liés au livre.

Ainsi, la révolution née des technologies numériques impacte tout en se faisant le réceptacle d’une nouvelle appréhension des pratiques de lecture. Un rapport à l’espace/temps profondément modifié dont l’immédiateté bouleverse et une multiplication des sources facilitant l’accès à l’objet culturel  ouvrent un champ de possibilités et de flux abyssal qui transforme les processus de production et les trajectoires de l’information, brouille les rôles.

Ce changement de valeur n’est pas sans lien avec l’institution – notamment scolaire – qui peine à réinvestir efficacement le champ de la lecture. L’auteure souligne que le désinvestissement des valeurs littéraires au profit d’une élite intellectuelle scientifique au sein même de l’École participe de fait à ce retrait d’une culture des textes, avançant aussi l’hypothèse d’une lecture qui n’assurerait plus le rôle de marqueur au sein d’un groupe de même classe sociale.

L’émancipation des contenus et de ses formes semble cependant offrir dans le même temps un terrain particulièrement propice à la recherche identitaire et à la socialisation. La multiplicité de l’offre et la porosité entre les différents paysages culturels permettant d’opérer des choix au plus proche de soi ; le texte devenu interactif lie aujourd’hui plus qu’il ne l’a jamais fait les individus entre eux.

En outre, si cette activité « polymorphe » associée à des formes de lecture plurielles implique le développement de pratiques et de compétences nouvelles qui demeurent à l’heure actuelle difficiles à évaluer, l’auteure rappelle qu’une baisse quantitative de la lecture s’amorce déjà inexorablement dés la fin de la Seconde Guerre Mondiale. La multiplication des consommations audiovisuelles mais aussi la féminisation de la lecture expliquant ainsi en partie des inégalités de pratique devant lesquelles les médiateurs du livre doivent toujours faire face.

Grâce à cet article, l’auteure nous alerte sur la nécessité de se tourner vers de nouvelles problématiques : quelle place, demain, pour le texte, le livre et les valeurs politiques qu’ils portent dans la construction de l’individu ?

Référence: OCTOBRE Sylvie. «La lecture à l’ère numérique : au commencement était le livre et à la fin le texte », Études, Vol.418, Mai 2013, p.607-618.

L’agir comme processus?

L’article de Lisa Ouss-Ryngaert, pédopsychiatre et psychothérapeute intitulé : L’agir comme processus ? est un commentaire de l’article de Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard. L’intérêt de l’article de ces auteurs est de comprendre l’adolescence en faisant des liens entre le fonctionnement du cerveau (les neurosciences) et le psychisme (la psychanalyse), « c’est une invitation à repenser le cadre théorique général de la psychopathologie » à la lumière des derniers apports neuroscientifiques. Elle reprend essentiellement quatre points évoqués par les auteurs. Le premier point concerne les compétences de l’adolescent : le cerveau de l’adolescent est plutôt « multiple localisé » celui de l’adulte plutôt « simplifié synergique ». Le deuxième point est que l’agir adolescent ne serait pas un symptôme, signe d’un défaut de mentalisation, mais l’expression d’un processus structurant. L’agir prend ici une dimension de créativité et d’adaptabilité. Les adolescents seraient plus enclins que les adultes à « auto-trouver » et donc auto-créer leur environnement. Le troisième point aborde le cadre épistémologique, l’adolescent selon Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard est l’objet des thérapeutiques des sciences cognitives ou biologiques, alors qu’il est avant tout, selon Lisa Ouss-Ryngaert, le sujet d’une thérapie. Il faut, poursuit l’auteur de ce texte, poser la question autrement, il s’agit d’étudier un même objet, mais selon deux angles différents afin de « faciliter une approche translationnelle » qu’elle qualifie de connaissances fondamentales, « au lit du patient ». Enfin le quatrième point pose la question éthique qui est celle de la responsabilité face aux adolescents. Les travaux mis en avant par les neurosciences tendraient à mettre en évidence un cerveau qui produit des actions plus que des réflexions mais alors poursuit-elle, le risque est d’oublier la part « d’imprévisible » qu’il y a dans les comportements humains…

 

OUSS-RYNGAERT, Lisa. « L’agir comme processus ?» Adolescence, 2011/3 (n° 77).