Filmer l’intégration

Il y a ceux, un peu en colère, qui regrettent leur vie d’avant, leurs amis et puis ceux qui espèrent de meilleurs jours, un avenir brillant ; tous sont poussés à quitter leurs repères pour rejoindre un parent éloigné ou parce qu’ils étaient persécutés dans leur pays d’origine. La réalisatrice Julie Bertucelli a filmé pendant une année les élèves de la classe d’accueil du Collège La Grange aux Belles à Paris et donne à voir avec pudeur et malice, au fil des saisons, des adolescents entre deux cultures, ou plus. Car en effet, ici la Chine côtoie le Brésil, le Sri Lanka l’Egypte, la Mauritanie, l’Irlande… Les langues, les religions de chacun s’échangent, se mêlent ; puis bientôt les amitiés indéfectibles ; chacun apprenant à l’autre sa « culture » dans un partage dénué d’a priori.
Sans que la caméra s’appesantisse, on décèle pourtant dans ces moments de vie souvent joyeux, des paroles du bout des lèvres, des blessures. Les traces laissées par une fracture brutale, un passé difficile. La pression des parents, la menace anxiogène d’un retour au pays en cas d’échec. Mais aussi l’immense solitude de certains, parfois livrés à eux-mêmes. On devine les moqueries et les mises à l’écart déjà subies au quotidien dans la cour d’école. La réalisatrice filme la classe comme un cocon, dans lequel ces adolescents ont réussi à tisser des liens forts, mais dont l’équilibre ténu vacille souvent. Comme lors du départ précipité de Maryam, l’égyptienne, qui nous rappelle subitement la précarité des situations derrière les sourires et l’insouciance. Là encore, c’est tout en finesse et retenu que l’on devine le rôle pilier si important de la professeure pour ces élèves, que l’on sent passionnée et protectrice.
Ce documentaire donne aussi à voir l’expérience d’une reconstruction possible, la faculté d’adaptation et la progression de ces ados devenus « papillons », dont les efforts aboutiront à la diffusion d’un film qu’ils ont eux-mêmes réalisés à partir de leurs histoires de vie. « La première fois que je suis rentrée dans la classe d’accueil, c’est comme si je venais de naître, maintenant on est tous frères et soeurs » dira Djenabou avec émotion : Julie Bertucelli saisit ici le cheminement de ces élèves, révélés à eux-mêmes et à un  monde pluriel ; un apprentissage parfois dur mais aussi et surtout riche de toutes ses potentialités.

BERTUCELLI Julie (Réal.). La cour de Babel [document multimédia]. Paris : Pyramide vidéo, 2014.

Motivation scolaire, résignation, fuite et rébellion

Dans cet article, signé par une équipe réunie autour du regretté Alain Lieury, une extension de la théorie de l’autodétermination est présentée. Rappelons que la théorie de l’autodétermination (proposée par Deci et Ryan au début des années 80) s’appuie notamment sur la distinction entre motivation intrinsèque, motivation extrinsèque et amotivation (très proche du concept de résignation). Elle sert de cadre théorique à des centaines d’études empiriques sur l’engagement et la réussite scolaire des adolescents.
Alors que les différentes formes de motivation pour l’activité scolaire sont la conséquence des sentiments d’autonomie et de compétence, l’amotivation apparaît quand l’élève ne se sent ni autonome ni compétent. Ici, les auteurs proposent de définir deux nouvelles formes de motivation négative, c’est-à-dire non-orientée vers la tâche scolaire. A côté de l’amotivation, on trouverait également la rébellion et la fuite. D’un point de vue théorique, les auteurs expliquent que la fuite apparaîtrait, comparativement à l’amotivation, dans des situations où l’élève se sent incompétent mais un peu plus autonome. A l’inverse, la rébellion apparaîtraient lorsque l’élève se sent un peu plus compétent.
Cette proposition intéressante n’est pas totalement étayée par les résultats obtenus auprès de 436 élèves de quatrième et troisième. En effet, la rébellion et la fuite se trouvent être corrélées au sentiment d’autonomie et au sentiment de compétence de la même manière que l’amotivation. En revanche, les auteurs remarquent qu’un autre déterminant possible de ces formes de motivation négatives, à savoir l’indifférence du professeur, serait plus prédictif de la rebéllion que de la fuite ou de l’amotivation. Une piste à creuser… qui intéressera ceux qui enseignent avec les adolescents les plus difficiles.

Référence : LIEURY, A., LORANT, S., VRIGNAUD, P., & FENOUILLET, F. (2015). Motivation, rébellion, fuite et injustice à l’école. Psychologie Française, 60(4), 317‑333, décembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts