Pratiques parentales et récidive

Cette étude s’intéresse au lien entre les pratiques parentales et la délinquance d’adolescents suivis par la justice américaine. Plus précisément, elle évalue l’effet de quatre variables parentales sur la récidive d’adolescents de 12-17 ans ayant été incarcérés. Pour cela, 91 parents ont répondu à des questionnaires dans lesquels ils devaient évaluer la fréquences de certaines de leurs pratiques éducatives.
La première variable est l’implication/supervision parentale qui s’appuie sur des items tels que « vous vous intéressez à ce que votre enfant à prévu de faire dans les jours qui suivent » ou « vous discutez amicalement avec votre enfant ». Les parents enquêtés déclarent une implication/supervision peu importante. La seconde variable, à l’opposé, porte sur la permissivité et inclut des items tels que « votre enfant ne vous dit pas où il va quand il sort » ou « votre enfant n’a pas d’heure de retour lorsqu’il sort ». Les parents interrogés se disent relativement permissifs. Ensuite, le questionnaire s’intéresse aux pratiques positives, à travers des items comme « quand votre enfant a fait du bon boulot, vous le lui faîtes savoir » ou « vous complimentez et félicitez votre enfant ». Les résultats indiquent que les parents enquêtés ont peu recours à ces pratiques positives. Enfin, la quatrième variable porte sur la discipline inconsistante avec des items du type « vous menacez de punir votre enfant et finalement ne le faîtes pas » ou « les punitions que vous donnez dépendent de votre humeur ». Les réponses montrent un niveau relativement élevé de discipline inconsistante au sein de l’échantillon.
Surtout, l’étude montre le lien entre chacune de ces variables et l’implication dans la délinquance, évaluée à travers une estimation du taux de récidive. L’implication/supervision et les pratiques positives protègent contre la récidive alors que la permissivité et la discipline inconsistante en augmentent le risque.
Ces résultats sur la récidive viennent étayer une littérature abondante sur le lien entre les pratiques parentales et le passage à l’acte délinquant. Ils rappellent l’importance, avec les adolescents sous main de justice et dont les relations avec les parents sont parfois très dégradées, de l’accompagnement familial et du soutien à la parentalité. Par conséquent, l’incarcération ou le placement des adolescents, qui ne sont pas en mesure de soutenir la restauration du tissu familial et social, ne peuvent suffire.

Référence : WILLIAMS, R. G., & SMALLS, E. W. « Exploring a Relationship between Parental Supervision and Recidivism among Juvenile Offenders at a Juvenile Detention Facility ». International Social Science Review, 90(2), avril 2015. Disponible sur : http://digitalcommons.northgeorgia.edu/issr/

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts