La désistance des adolescents délinquants est aussi une question de maturation psychologique

Cette étude de Steinberg, Cauffman et Manahan sur la désistance, réalisée pour le compte de l’Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention (équivalent américain de la Protection Judiciaire de la Jeunesse) vient compléter de manière novatrice les approches sociologiques classiques en criminologie qui, comme celle de Sampson et Laub (2003), attribuent la désistance aux changements de rôle et de statut social (tels que mariage, emploi, parentalité). Elle prend une perspective résolument psychologique et développementale en s’appuyant sur le concept de maturation psychologique. Cette maturation est étayée par la maturation cérébrale et définie comme le développement de trois composantes : la capacité à réguler son impulsivité et son agressivité, la capacité à changer de point de vue (adopter le point de vue d’autrui et prendre en compte sa propre situation future) et la capacité à résister à l’influence des pairs et reconnaître sa responsabilité propre.
À partir de données recueillies auprès de 1354 adolescents délinquants suivis pendant 7 ans, les auteurs font plusieurs constats. Tout d’abord, la maturation psychologique ne s’arrête pas à 18 ans mais se poursuit jusqu’au début, voire au milieu, de la vingtaine. Les adolescents, même les plus délinquants, souvent stigmatisés, sont donc amenés à évoluer. Ensuite, la maturité psychologique permet d’expliquer les différents profils d’adolescents délinquants (délinquance basse/modérée/sévère). Enfin, la maturation progressive permet d’expliquer la désistance différentielle des différents groupes (désistance rapide/tardive/persistance).
Ces résultats sont compatibles avec les théories criminologiques de Gottfredson et Hirschi (1990) ou Moffit (1993) sur le rôle du contrôle de soi, dont le développement est propre à l’adolescence, dans le phénomène de désistance et suggèrent que la justice juvénile doit favoriser la maturation psychologique. Cela invite à discuter de la pertinence relative des différentes mesures judiciaires.

Référence : STEINBERG, L., CAUFFMAN, E., & MONAHAN, K. C. « Psychological Maturity and Desistance From Crime in a Sample of Serious Juvenile Offenders. » Juvenile Justice Bulletin, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, mars 2015. Disponible sur : http://www.ojjdp.gov/pubs/248391.pdf

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

L’appréciation du discernement à travers l’âge de l’enfant est insuffisante

Un arrêt rendu par la 1ère chambre civile de la Cour de cassation le 18 mars 2015 vient apporter des éléments de compréhension attendus sur la notion de discernement de l’enfant. Cet apport est d’autant plus remarquable que le discernement ne dispose d’aucune définition légale.
En effet, ni l’article 388-1 du Code civil[1], ni l’article 338-4 du code de procédure civile[2] n’offrent une définition du discernement, il en est de même pour le décret du 20 mai 2009[3] qui a profondément réformé le régime de l’audition de l’enfant en justice. La définition n’émane pas non plus de la jurisprudence, plutôt floue, qui ne permet pas d’avoir une vision précise sur cette notion.
Les hauts magistrats nous apportent ici une analyse qui permet de mieux apprécier les éléments constituant le discernement.
En l’espèce, la résidence d’un enfant âgé de neuf ans a été fixée, par décision du juge aux affaires familiales, chez sa mère, un droit de visite et d’hébergement ayant été aménagé au profit du père.
L’enfant avait demandé à être entendu, pendant la procédure d’appel, ce qui lui fut refusé par la juridiction car, selon elle, l’enfant, trop jeune, n’avait pas de discernement suffisant et cette audition serait contraire à son intérêt.
La Cour de cassation a censuré la Cour d’appel car elle lui reproche de ne pas avoir expliqué la raison qui l’a conduit à considérer que cet enfant n’avait pas de discernement suffisant.
La haute juridiction attend une décision motivée de la part des juges d’appel qui ne peuvent se limiter à la seule référence de l’âge de l’enfant pour refuser de l’entendre.
La corrélation entre l’âge et le discernement est variable et fragile. La prépondérance de la subjectivité dans l’appréciation du discernement d’un enfant[4] trouve ses limites car la notion de discernement ne saurait se réduire à l’âge de l’enfant.
Ainsi, la Cour ne censure pas la décision de refus d’audition du mineur[5] mais les moyens employés par les juges d’appel, peu enclins à s’expliquer davantage leur décision. La motivation est alors la garantie d’une appréciation approfondie de l’état de l’enfant non discernant.

[1] Article 388-1 C.civ : « Dans toute procédure le concernant, le mineur capable de discernement peut, sans préjudice des dispositions prévoyant son intervention ou son consentement, être entendu par le juge ou, lorsque son intérêt le commande, par la personne désignée par le juge à cet effet.
Cette audition est de droit lorsque le mineur en fait la demande. Lorsque le mineur refuse d’être entendu, le juge apprécie le bien-fondé de ce refus. Il peut être entendu seul, avec un avocat ou une personne de son choix. Si ce choix n’apparaît pas conforme à l’intérêt du mineur, le juge peut procéder à la désignation d’une autre personne.
»

[2] Article 338-4 C.pr.civ : « Lorsque la demande est formée par le mineur, le refus d’audition ne peut être fondé que sur son absence de discernement ou sur le fait que la procédure ne le concerne pas.
Lorsque la demande est formée par les parties, l’audition peut également être refusée si le juge ne l’estime pas nécessaire à la solution du litige ou si elle lui paraît contraire à l’intérêt de l’enfant mineur.
»

[3] Décret n°2009-572 du 20 mai 2009 relatif à l’audition de l’enfant en justice.

[4] Note M. Kébir sous Civ, 1ère, 18 mars 2015, F-P+B, n°14-11.392.

[5] Par exemple Civ, 1ère, 18 mai 2005, n°02-20.613.

Nadia Beddiar

Enseignante-chercheure
chercheure associée au CERAPS-CNRS

More Posts

Homoparentalité, relations parents-enfants et développement

Cette étude anglaise, publiée en 2014 dans la revue Child Development, s’intéresse aux effets de l’homoparentalité sur le développement d’enfants adoptés de 4 à 8 ans. S’il existe quelques travaux scientifiques sur les enfants élevés par des mères lesbiennes, ce travail est l’un des premiers qui intègre dans son échantillon des couples d’hommes (41 couples d’hommes en plus de 40 couples de femmes et 49 couples hétérosexuels). Les résultats obtenus proviennent de trois sources : questionnaires et entretiens avec chacun des parents, observation des interactions parents-enfants et questionnaires remplis par les enseignants.
Tout d’abord, peu de différences au niveau des relations parents-enfants apparaissent, si ce n’est que les couples homosexuels masculins se montrent plus chaleureux et en interaction avec leurs enfants que les couples hétérosexuels. Ceci contredit l’idée selon laquelle les hommes auraient plus de difficultés à assurer une fonction de soutien affectif. Par ailleurs, l’évaluation des problèmes de comportement et d’hyperactivité témoigne d’une meilleure adaptation des enfants de couples homoparentaux, ce qui s’explique par le niveau de stress plus élevé chez les couples hétérosexuels de l’échantillon. En effet, le stress parental permet, bien plus que le type de couple parental, de comprendre les difficultés d’adaptation des enfants. Enfin, si les garçons et les filles de l’échantillon peuvent être différenciés en évaluant leurs comportements genrés (féminin/masculin), le type de couple parental n’a aucun effet sur ces comportements, ni pour les filles, ni pour les garçons. Cela soutient l’idée que l’orientation sexuelle des parents et, plus simplement, leur genre, ne détermine pas le développement psychologique et l’adoption de comportements genrés par les enfants.

Référence : GOLOMBOK, S., MELLISH, L., JENNINGS, S., CASEY, P., TASKER, F. & LAMB, M. E. «Adoptive Gay Fathers Families: Parent-Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment.» Child Development, mars/avril 2014, 85 (2), 456-468.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Maman et vigilante !

À en croire les auteurs de cet article, de nombreuses études américaines questionnent les modalités de surveillance et de contrôle par les parents des comportements et habitudes de leurs adolescents.
L’étude ici conduite par Judith G. Smetana et Wendy M. Rote, très américaine dans le traitement des données, vise donc à décrire ce que souhaitent savoir les mères des activités, personnelles ou plus «conventionnellement répréhensibles», de leur progéniture. Sur le plan méthodologique, leurs conclusions prennent appui sur trois entretiens, menés durant un an, avec 169 mères élevant (pas nécessairement seules, mais c’est ici le « métier de maman » qui est expertisé) des adolescents âgés de 15 ans, dans deux villes du Nord-Est des États-Unis. La typologie des objets de surveillance met à jour trois types d’activité : les proprement personnelles (gestion de l’argent de poche, de la sociabilité numérique, du téléphone), celles qui par essence demandent prudence et vigilance (fumer de la marijuana, boire de l’alcool,etc.) et celles qui relèvent à la fois des deux aspects (l’intimité affective, accès à la pornographie).
L’étude conclut que plus les jeunes grandissent, plus la curiosité des mères diminue, en tout cas pour les activités personnelles. Leur vigilance reste accrue plus longtemps en ce qui concerne les activités répréhensibles, surtout quand des facteurs de risques environnementaux sont présents. La recherche met en valeur un cercle vertueux, qui veut qu’à la suite de risques de déviance repérés, le niveau de surveillance augmente, ainsi que le rapport d’autorité, jusqu’à la diminution des problèmes. Elle montre aussi une surveillance plus intense des adolescentes, et plus présente  au sein des familles les plus pauvres.
Dernier résultat intéressant, la corrélation entre surveillance et accès à l’autonomie. Une approche qualitative de cet échantillon révèle en effet une conscientisation de la nécessité pour les mères d’alléger leur vigilance, de se faire moins intrusives, en vue de favoriser l’autonomisation de leurs enfants.

Référence: SMETANA, Judith G.  et ROTE, Wendy M. «What do mothers want to know about teens’ activities ?» Journal of adolescence, Volume 38, Janvier 2015.