Décrochage scolaire: l’accompagnement individualisé des jeunes

Dans le contexte actuel où la question du décrochage scolaire est très prégnante, une enseignante et un chercheur se sont intéressés à la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), dispositif qui a pour fonction d’accompagner des jeunes de 16 ans et plus à un retour à l’emploi ou à l’accès à un diplôme. Les auteurs ont mené leur recherche auprès des coordonnateurs d’action (CA) dont le rôle est de « coordonner les actions de mobilisation des jeunes, d’accueillir et d’accompagner chaque jeune dans son parcours individuel » (p. 96).
L’article présente les résultats d’une recherche centrée sur la compréhension des pratiques d’accompagnement individualisé d’un CA expérimenté auprès d’un jeune en situation de décrochage scolaire. Ancrée dans le champ de la didactique professionnelle, la recherche vise l’identification et l’analyse des compétences du professionnel en l’absence de pratiques formalisées et institutionnalisées.
A partir du film d’une séance d’accompagnement et d’un entretien d’autoconfrontation avec le CA, les auteurs mettent en évidence les ressources cognitives mobilisées par le professionnel. Au-delà des modes opératoires du professionnel pour prendre en charge le plus efficacement possible le jeune lors de son accompagnement individualisé, l’article propose en creux une réflexion sur les interactions produites lors de l’entretien entre le CA et le jeune et leurs effets possibles quant à la (re)mobilisation du jeune sur un projet scolaire et/ou professionnel.
La lecture de cet article – si elle peut s’avérer un peu complexe au premier abord de par son ancrage théorique et conceptuel – peut permettre à tout professionnel impliqué dans des actions de lutte contre le décrochage scolaire de s’interroger sur son propre rôle dans des dispositifs et des processus certes prescrits mais très peu formalisés et laissant donc place à des pratiques individuelles.

Référence : LANDES Laurence et LEFEUVRE Gwénaël. « Les pratiques d’accompagnement individualisé des jeunes au sein des Missions de Lutte contre le Décrochage Scolaire ». Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 47, n°2, 2014, pp. 95-126.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts

L’ado est (aussi) dans le pré…

A force de stigmatiser les banlieues, il est aisé d’oublier qu’en zone rurale aussi, des adolescents vivent, grandissent et se socialisent. Julian Devaux s’attache à conter et à modéliser, sur un mode ethnographique, cette jeunesse des campagnes. Un article récent, paru dans la revue Agora, synthétise en quelques pages ses travaux.
Trois traits caractérisent la construction sociale de l’adolescent en milieu rural. En mode mineur, notons une relation ambiguë entre ces jeunes et la culture urbaine, entre attrait de la nouveauté et repli sur la communauté proche, plus forte ici qu’à la ville. Cette relation, aux pairs comme aux adultes, est une autre spécificité à prendre en compte, dans un environnement où chacun connait tout le monde. Mais bien sûr, c’est la gestion de la mobilité qui discrimine les réalités adolescentes des zones rurales.
A partir de ce cadre, l’auteur nous expose un modèle de la socialisation adolescente, selon les deux axes classiques du genre et de l’âge. Ainsi les préadolescents se caractérisent par une forte séparation des genres, les garçons expérimentant une mobilité ludique, se regroupant dans les lieux publics (église, parc, stade, etc.), alors que les filles continuent à favoriser une forte « culture de la chambre ». Durant les années collèges, cette séparation des genres se poursuit, avec une quête accrue de l’autonomie par la mobilité. Les adolescents découvrent le scooter, à la fois objet d’expérimentation de pratiques déviantes et de mise à l’abri du regard des adultes. Les filles ouvrent elles aussi- leurs horizons, en s’autorisant l’accès à l’espace public, par un jeu subtil du voir et de l’être-vue, mais aussi en favorisant une « altérité adolescente », par l’usage des réseaux sociaux et la volonté de « monter en ville ». C’est à la fin de l’adolescence, qu’enfin, ces jeunes assument une « mobilité de bande », mixte et propice à des recompositions relationnelles nouvelles. Des pratiques, initiatiques, de « sorties du territoire » apparaissent alors avec le permis de conduire.

Référence : DEVAUX Julian . « Les trois âges de socialisation des adolescents ruraux » in Agora, N°68, troisième trimestre 2014

 

Les « séjours de rupture en milieu naturel » réduisent-ils la récidive des adolescents délinquants ?

Cet article s’intéresse aux programmes américains de « wilderness therapy » avec les adolescents délinquants, qui sont une sorte de « séjour de rupture en milieu naturel ».
Aux USA, les interventions les plus classiques en matière de justice juvénile se basent sur des approches par la parole et ont pour but d’aider les adolescents à comprendre leurs passages à l’acte pour pouvoir les éviter. A l’inverse, les programmes plus novateurs de « wilderness therapy » proposent des activités de groupe sous forme de défi en plein air visant, non pas à changer les comportements problématiques de l’adolescent, mais à développer ses compétences positives et son autonomie par le biais d’un changement de contexte. Il existe de très grandes variations quant à la durée de tels programmes « en nature » (quelques jours à quelques années).
L’article pose plusieurs questions, dont une seule est examinée ici : les programmes de « wilderness therapy » contribuent-ils à une diminution de la récidive des adolescents délinquants ? Pour répondre, les auteurs s’appuient sur un examen de la littérature scientifique très peu développée sur le sujet. Au final, ce sont seulement sept études quantitatives (menées auprès de quelques milliers d’adolescents), publiées entre 1990 et 2010, qui sont analysés (cf. tableau synthétique en fin d’article).
Les résultats, très variables selon les études, montrent que les programmes évalués peuvent, en comparaison d’interventions plus classiques, favoriser davantage la réduction de la récidive (évaluée jusqu’à deux ans plus tard à partir du nombre d’arrestations, du délai entre arrestations ou de la gravité des délits commis). Surtout, il apparaît que les programmes les plus longs sont ceux qui ont les résultats les plus importants.
Ces conclusions demeurent toutefois limitées, les études synthétisées n’ayant pas toutes recours à des conditions expérimentales suffisamment contrôlées.
En fin de compte, les auteurs s’étonnent, au vu du développement important des programmes de « wilderness therapy », que les études sur le sujet ne soient pas plus nombreuses. Surtout, une question demeure : comment expliquer les effets de ces programmes ? D’autres recherches sont attendues.

Référence : Clem, J. M., Prost, S. G., & Thyer, B. A. c: A Narrative Review. Journal of Adolescent and Family Health, janvier 2015, 7(1), article 2. Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss1/2 (consulté le 26 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Documentaire : adolescentes des banlieues

Elles s’appellent Moufida, Coralie ou Aïssetou et grandissent au sein d’une cité à Marseille, Le Blanc-Mesnil ou encore Clichy-sous-Bois. Dans son documentaire « Les roses noires », Hélène Milano choisit de montrer ces jeunes filles en fleur et leur rapport au langage au moment crucial qu’est l’adolescence. Elle leur offre, le temps de ce reportage, une visibilité inattendue dont elles se saisissent sans faux-semblant.
Filmer cette parole si fragile tout en la questionnant se révèle être une approche particulièrement ingénieuse et habile exploitée par la documentariste. A la fois sujets et verbes, observatrices et actrices, les jeunes filles réfléchissent à leur propre langage, miroir d’une identité qu’elles peinent encore à définir, tout en contradiction. Par l’analyse de ce langage hybride, fait de mots à la croisée de multiples cultures, elles disent l’appartenance communautaire mais aussi le cloisonnement social qu’il génère, conscientes que ces codes rassemblent autant qu’ils excluent.
Ce constat fait écho aux limites qu’elles-mêmes s’imposent, qui les enferrent et dont elles ont tant de mal à s’émanciper. Car cette parole donnée met aussi en exergue des mécanismes troublants, parfois inquiétants, d’une organisation sociale qui les écrase et qu’elles relaient, semble-t-il, malgré elles, se faisant les émissaires d’un discours reniant leur propre liberté et identité.
Au fil du récit, le reportage dit bien la double peine pour ces femmes en devenir. Tout d’abord, la difficulté de trouver sa place au sein d’une société dont on se sent exclues, mais aussi celle de savoir s’affirmer et d’assumer sa féminité dans un univers violemment régi par des codes masculins. Hégémonie toute puissante particulièrement pesante qui semble se cristalliser au moment de l’adolescence et de la sexualisation des rapports entre garçons et filles.
A l’image de Sarah qu’on voit boxer seule au milieu des garçons, il s’agit bien là d’un véritable combat que toutes mènent quotidiennement. Et c’est justement dans cette lutte, cette fierté de ne pas « s’écraser », qu’on perçoit tout l’espoir qu’elles portent en elles. Une force qui leur sera nécessaire pour briser leurs chaînes et qu’on sent naître en même temps que l’acceptation de leur féminité, comme d’une liberté, de plus en plus forte, à la fin du reportage.

Référence : MILANO Hélène (Réal.). Les roses noires [document multimédia]. Paris : Centre Nationale de la Cinématographie, 2011.