Comparaison de la performance de différentes théories dans la prédiction de la violence

Cette importante recherche publiée par Henriette Haas, psychologue à l’université de Zurich, et Maurice Cusson, criminologue à l’université de Montréal, vise à comparer la valeur prédictive de six différents modèles théoriques explicatifs de la violence, définie ici comme « l’agression physique intentionnelle ou la menace d’agression d’une autre personne ». Les données traitées par les chercheurs proviennent d’un échantillon impressionnant de 21 312 jeunes hommes suisses interrogés durant leurs premières semaines de service militaire. Les questionnaires auxquels ils ont été soumis, anonymes et conséquents (44 pages, 900 items), portaient d’une part sur différentes formes de violence agie et leurs fréquences au cours des 12 derniers mois, d’autre part sur des variables susceptibles d’expliquer la violence et se référant aux six modèles théoriques retenus (conflit social, association différentielle, choix rationnel, contrôle social, traumatisme infantile et psychopathologie). Des analyses statistiques ont ensuite été menées pour tester le pouvoir explicatif de chaque modèle, opérationnalisé à travers une série de variables. Par exemple, la théorie du contrôle social se traduit par plusieurs dizaines de variables, comme la cohésion familiale pendant l’enfance, la participation à des activités associatives, les déménagements, etc.
Les résultats indiquent que chacune des six théories a un pouvoir explicatif propre. De plus, la prise en compte des variables associées à l’ensemble des modèles (et non à chaque modèle pris isolément) permet de bien meilleures prédictions de la violence. Cela plaide donc pour une approche intégrative multifactorielle où les théories, souvent mises en opposition par leurs défenseurs, jouent plutôt des rôles complémentaires. Une telle approche sous-tend les modèles « bio-psycho-sociaux », tel celui de Steinert et Whittington (2013), qui tentent d’intégrer l’ensemble des facteurs criminogènes.

Référence : Haas, H., & Cusson, M. Comparing theories’ performance in predicting violence. in International Journal of Law and Psychiatry, janvier 2015. Disponible sur :
http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0160252715000114 (consulté le 28 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Un petit dessin vaut mieux…

Peut- on mesurer l’efficacité, voire l’efficience, d’une activité pédagogique, comparer la portée d’un acte éducatif ? C’est à cette question ambitieuse et professionnellement intrigante que se confronte cet article du Journal of moral éducation. Deux chercheurs finlandais, Juha Johansson et Markkus S. Hannula, se sont ainsi intéressés aux effets relatifs de deux médias sur l’éducation à la citoyenneté : l’écriture de nouvelles et la production de bandes dessinées.
Lequel de ces deux outils permet alors une plus grande efficacité dans l’acquisition des notions de justice et de care ? Ces deux médias semblent s’y prêter de la même façon, l’un par le modèle du conte de fées, le second par celui des super héros de comics. Tous deux fournissent aux enfants une base de données permettant d’illustrer et de mettre en concept les notions de règles, de droit, de devoir, comme, du côté du care, celles d’empathie ou de compassion.
La méthodologie employée ? Des observations et des entretiens d’explicitation auprès d’une classe d’enfants de huit ans  qui devaient inventer, à travers l’un ou l’autre de ces médias, des histoires de « lutte contre le mal ». Si garçons et filles différent profondément dans leur usage des principes moraux, la justice rétributive d’un James Bond s’opposant à la diplomatie d’une Hello Kitty, il apparait pour ces deux publics que l’usage de l’image dans la construction narrative permet une plus grande maîtrise des concepts utilisés, une plus grande finesse dans leur analyse. Les chercheurs évoquent plusieurs hypothèses explicatives, la plus intéressante étant que la BD, permet, visuellement, l’expression de symboles. Et ces derniers seraient plus aptes à illustrer des concepts moraux chez des êtres en apprentissage.
S’il s’agit là expérience autour de la production de BD, et chez de jeunes enfants, ces résultats peuvent être fort intéressant pour les éducateurs utilisant la lecture de bandes dessinées comme média éducatif, dans le cadre de « Bulles en fureur » par exemple.

Référence : JOHANSSON Juha ;  S. HANNULA Markkus . How do Finnish Chikdren express care and justice in comic strip and written narratives ? in Journal of Moral Education – Vol 43, N° 4, 2014

A risque !

Dans cet article, les auteurs s’interrogent sur la responsabilité des chercheurs dans la distorsion des représentations sociales de l’adolescence et de la jeunesse en relation avec la terminologie moderne couramment utilisée de « jeunes à risque ».
Le postulat de départ de cette réflexion pourrait être emprunté à Albert Camus quand il affirmait que « mal nommer les choses, c’est ajouter à la misère du monde ».
Cet écrit est structuré en trois parties et conclut sur le positionnement du chercheur.
Dans la première partie, les auteurs démontrent que l’apparition de la catégorisation « jeunes à risque » est en lien avec le contexte post-moderne  du début des années 1980 marqués par des accidents industriels majeurs comme Bhopal en 1984, Tchernobyl en 1986.
Cette contingence sociohistorique s’accompagne d’un sentiment d’incertitude face à l’avenir avec l’apparition de la mondialisation des marchés, la dérèglementation liée au néolibéralisme transnational.
De ce fait, chaque groupe social peut être appréhendé comme groupe « à risque » pour autrui ou la société.
La seconde partie du texte démontre d’ailleurs que le terme « jeunes à risque », très largement présent ces dernières années dans les publications à caractère scientifique, s’est progressivement introduit dans le langage ordinaire.
Ainsi, les risques imputés aux jeunes ne résulteraient plus d’une observation empirique ni d’une pensée neutre mais plutôt d’un raisonnement probabiliste cherchant à anticiper les problèmes pour les prévenir ou les gérer.
La troisième partie de cet article est consacrée au contexte institutionnel qui façonne le travail du chercheur.
En effet, les auteurs démontrent que cette terminologie de « jeunes à risque » s’inscrit à la jonction des demandes institutionnelles (qui correspondent aux commandes rémunérées passées aux chercheurs par le biais du financement public) et des préoccupations des individus et des groupes.
Malgré les contraintes institutionnelles fortes, les auteurs veulent tenter de s’approprier un espace de liberté en travaillant avec les jeunes et pas au sujet des jeunes par « une approche méthodologique sous l’angle de la réciprocité intergénérationnelle » afin notamment de réduire les représentations et d’être davantage en adéquation avec la réalité de ces publics. Ceci représente un vrai défi !

Référence: CARON Caroline ; SOULIERE Marguerite.  Jeunes à risque : généalogie d’un langage problématique. Canadian Review of Sociology– volume 50, n°4. 2013 

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts