Sociologie d’un groupe professionnel aux prises avec l’histoire

La thèse de Nicolas Sallée aborde le thème de « l’enfance délinquante » et de son traitement sous l’angle des rapports entre savoirs et interventions socio judiciaires. L’approche est pluridimensionnelle, l’histoire et la sociologie s’y côtoient avec bonheur. Le brassage et la plongée dans les sciences humaines et sociales du XXe siècle qui ont entouré la construction de la justice des mineurs n’ont rien d’ostentatoire et sont au service d’une démonstration sur sa spécificité. L’éclairage est ample et précis, il a pour objet un corps professionnel aux prises avec l’histoire et ses fluctuations.
Le cadre conceptuel, ancré dans une théorie de la sociologie des professions justifie l’emploi du terme de groupe professionnel pour désigner les éducateurs de justice préféré à celui de profession. L’intention est de souligner la forme singulière et la dynamique historique du processus de professionnalisation. L’identité professionnelle est très liée à l’histoire de l’institution, elle-même dépendante des formes de construction de l’État.
La première partie porte sur la tension qui structure l’espace professionnel de la prise en charge des mineurs délinquants. La construction historique singulière du droit pénal des mineurs s’est faite entre logique pénale et logique protectionnelle. La spécificité du droit des mineurs, son équivocité, s’inscrit dans la tension entre velléité protectionnelle et renforcement de la responsabilité pénale. La transformation de la justice des mineurs dans les années 1980-1990 marque un déplacement de « l’intérêt de l’enfant » à la notion de « droit de l’enfant ». Cette thématique resurgit dans le courant des années 1990 avec la question de la responsabilisation du mineur. Un groupe professionnel tire légitimité et singularité de la spécificité « judiciaire ». La transformation dans le milieu des années 1990 des dispositifs d’encadrement des mineurs marque le retour à la spécialisation pénale des éducateurs de la PJJ, elle s’accompagne de l’émergence de nouveaux savoirs pédagogiques, psychologiques et pédopsychiatrique sur la contenance, le faire avec, la contrainte, la responsabilisation, l’autorité…
La deuxième partie porte un regard sociologique sur l’activité des éducateurs en tenant compte de ce changement de contexte. Elle expose le processus de fragilisation de son identité à l’occasion de profondes transformations qui ont affecté la justice pénale des mineurs. Trois dispositifs d’encadrement et de prise en charge des mineurs sont examinés. Le milieu ouvert (MO) concentre une bonne partie d’une identité professionnelle construite dans l’après-guerre et surtout après 1970 qui privilégie la prise en charge individuelle et la tentative d’élucidation. Elle repose sur l’idée que l’acte délinquant est le symptôme, la manifestation d’un dysfonctionnement plus profond que l’on cherche à mettre au jour. D’où l’insistance pour construire et stabiliser des problématiques à partir de savoirs psychologiques sur les figures parentales. Néanmoins, la « conception éducative responsabilisante » progresse avec le travail sur l’acte.
Le centre éducatif fermé (CEF) est une zone intermédiaire entre le milieu ouvert et l’incarcération. L’activité des éducateurs y est centrée sur le comportement et les discours et discussions tournent autour de la contrainte et la contention. L’important  est la construction-stabilisation du cadre collectif et la nécessité pour les mineurs de s’y plier. L’interprétation qui est faite de la « fermeture juridique » bascule sur le plan symbolique.
L’établissement pour mineurs (EPM) pousse la professionnalité éducative au bord de sa propre négation, tant son mode de fonctionnement accumule les contradictions historiques. La posture adoptée par les éducateurs y est plus caricaturale. En effet, par la division sociale, ce type d’établissement permet aux éducateurs de se décharger sur les surveillants du soin d’assurer le maintien de l’ordre pénitentiaire, et de se réserver la partie symbolique (le sens donné à la limite devenue indispensable à la structuration psychique).
Nicolas Sallée montre comment la « conception éducative responsabilisante » agit comme une ressource mobilisable, commune au trois contextes institutionnels d’intervention (MO-CEF-EPM), mais à des degrés divers. Elle agit comme une justification, une adaptation à des contraintes politiques et administratives. Elle naturalise ces  contraintes.

Référence : SALLEE, Nicolas, Des éducateurs placés sous main de justice. Les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse entre droit pénal et savoirs sur l’homme. Université Paris Ouest Nanterre, 2012, 384 p.

jean-pierre Jurmand

Chercheur à l’ENPJJ-Roubaix, docteur en histoire

More Posts

Des outils d’évaluations pour un accompagnement efficient

Dans cet article, Nicolas Favez présente les résultats de recherches en psychologie développementale et en psychothérapie, notamment depuis les années 90, qui mettent en relief l’importance des facteurs relationnels parentaux mais aussi familiaux dans le fonctionnement psychologique de l’enfant.

Cinq dimensions spécifiques du fonctionnement familial sont reprises ici et explicitées afin d’avoir une approche du développement psychologique de l’enfant en tenant compte de son contexte familial et en tentant de mesurer les interactions et leurs conséquences sur l’équilibre des enfants. Des instruments d’évaluation ont été mis en place, toutes orientations confondues (psycho-dynamique, cognitive-comportementale, systémique). Nicolas Favez fait ici le choix d’en présenter trois qui permettent d’évaluer la distance émotionnelle, la flexibilité, la communication, la bienveillance émotionnelle  et l’organisation temporelle. Ces trois méthodes et instruments d’évaluation sont :

– Le jeu tri-logique de Lausanne1 pour observer comment la triade père-mère-bébé permet ensemble la résolution d’une tâche et également quelles émotions sont exprimées et partagées entre les partenaires.

– L’échelle d’évaluation de la cohésion et de l’adaptabilité familiale2 concerne les familles avec enfant dès l’âge de 10 ans et est constitué de questionnaires très courts et rapidement exploitables.

– Le questionnaire de sécurité dans le sous-système parental3 développé pour évaluer comment l’enfant dés l’âge de 8 ans fait face au conflit entre ses parents. Ici c’est l’enfant lui-même qui répond au questionnaire constitué de 43 items évalués sur une échelle de 1 à 44.

Des effets significatifs des thérapies familiales qui se sont notamment appuyées sur ces instruments ont d’ailleurs pu être observés sur les troubles des conduites, la délinquance et les abus de substances chez les jeunes par exemple.

Cet article a donc le mérite de présenter des approches pertinentes lors de l’examen clinique des enfants et adolescents. Elles permettent l’évaluation des facteurs de risques et des facteurs protecteurs au sein du contexte familial où le jeune a grandi. Ces supports d’évaluation mériteraient d’être davantage connus et utilisés par les professionnels en France, de façon à apporter d’une part un éclairage scientifique aux dysfonctionnements familiaux mais aussi aux richesses familiales ; et à développer d’autre part des outils précieux au service des jeunes telle la mise en place du travail de guidance parentale, de prévention, d’accompagnement, etc.

Référence : FAVEZ Nicolas, « L’évaluation du contexte familial dans l’examen psychologique de l’enfant », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence n°3-Mai 2013-Vol 61-N°3, pp.176 à 181

1 Lausanne Trilogie Play (LTP)

2 Family Adaptability and Cohesion Evaluation Scales (FACES)

3 Security in the Interparental Subsystem Scale (SIS)

4Une version française de ce dernier instrument est actuellement en cours de validation.

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts

Ce que « bien éduquer » veut dire

C’est à partir de deux recherches que Christophe Delay et Arnaud Frauenfelder, tous deux sociologues, cherchent à saisir les malentendus « structuraux » qui se manifestent à propos de ce que « bien éduquer veut dire », entre d’une part divers agents institutionnels en charge de veiller à la « bonne éducation », à l’épanouissement et à la « protection des enfants », et d’autre part des familles appartenant aux catégories populaires.

L’article se divise en trois parties : la première vise à mieux cerner le « modèle éducatif légitime » porté et défendu par les agents éducatifs travaillant au sein du dispositif de protection de l’enfance et qui sont chargés de repérer, de diagnostiquer puis de traiter les cas d’enfants « maltraités » ou soupçonnés de l’être. Les auteurs mettent en relation les exigences adressées aux parents avec la position sociale des professionnels concernés afin de saisir la complexité et l’ambivalence des attentes des professionnels (par exemple : « Ayez de l’autorité mais ne soyez pas autoritaire »).
La seconde partie se centre sur la compréhension de l’ethos éducatif dominant en milieu populaire dans des familles pouvant potentiellement faire l’objet de formes diverses d’encadrement institutionnel. L’idée est de saisir la cohérence de pratiques de socialisation à l’œuvre. Les parents interrogés ont recours à divers procédés éducatifs pour se faire obéir de leurs enfants avec une place importante accordée aux sommations, à la privation d’un plaisir immédiat, à la menace de sanction et enfin aux châtiments corporels. Ces derniers, vus comme le « dernier recours », tendent cependant à reculer, précisent les auteurs. Enfin, les chercheurs montrent comment la rencontre qui se déploie à certains « guichets institutionnels » entre des modèles éducatifs forts différents est souvent source de malentendus et peut induire des tensions et souffrances sociales. C’est le cas notamment pour des familles qui se voient délégitimées dans leur conception éducative et doivent affronter tant bien que mal le regard intrusif des agents de l’État dans leur vie privée.

Cet article permet, en conclusion, de distinguer diverses attitudes des familles – par exemple le malaise face à la stigmatisation de « mauvais parent » – qui vont conditionner le type d’intervention retenue par « les professionnels de la morale familiale » en privilégiant soit une intervention douce en cas de collaboration parentale, soit des formes d’interventions plus contraignantes et répressives en cas de non-collaboration.

Référence : DELAY Christophe, FRAUENFELDER Arnaud. « Ce que « bien éduquer » veut dire Tensions et malentendus de classe entre familles et professionnels de l’encadrement (école, protection de l’enfance) », Déviance et société, 2013, vol.37, n°2, pp.181-205.

Fatima El Magrouti

Sociologue. Chargée de formation à l’École Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts