Les parcours de vie d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance : l’apport de recherches récentes sur le placement et ses effets.

Trois recherches publiées en 2013 proposent des regards complémentaires sur le placement d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). En s’appuyant sur des démarches méthodologiques quantitatives et/ou qualitatives, les chercheur(e)s ont retracé leurs parcours complexes afin de mieux comprendre des expériences de placement et mesurer leurs effets sur ceux qui les ont vécues.

La recherche d’Isabelle Frechon et Nicolas Robette interroge le devenir des enfants placés en étudiant les parcours de prise en charge de la naissance à 21 ans d’une cohorte de 809 enfants. Il s’agit d’une enquête quantitative menée à partir d’informations administratives1 qui ont été mobilisées afin de reconstruire des parcours et des typologies de trajectoires.

Le travail d’Emilie Potin s’appuie également sur un corpus d’écrits professionnels2 qui a permis de retracer des parcours de prise en charge dans le cadre de mesures de placement. Ce recueil de données a été complété par des entretiens menés avec des professionnels, des parents et des enfants. Dans le cadre de cette recherche, la chercheure a ainsi pu, par exemple, croiser la question des parcours de placement avec celle des parcours scolaires des enfants et des jeunes.

Enfin, Pierrine Robin et Nadège Séverac s’appuient sur deux enquêtes empiriques au cours desquelles elles ont mené des entretiens biographiques avec des jeunes âgés de 11 à 25 ans. Pour leur article, elles ont retenu 31 récits de parcours de jeunes qui ont été ou sont encore pris en charge par l’ASE. En leur (re)donnant la parole, elles révèlent celle qui n’a pas existé ou été entendue au cours de l’expérience de placement.

A la lecture de ces trois articles, on mesure l’impact de la méthodologie choisie par les chercheur(s) sur la production des données et leur interprétation. On comprend également comment les chercheur(e)s dépassent la lecture institutionnelle des parcours de ces enfants et jeunes ayant vécu au moins un placement au cours de leur vie en révélant les faces cachées de ces expériences. L’apport de ces recherches est donc très important pour les professionnels.

Concernant les résultats produits par ces recherches, on pourra retenir, entre autres, les réflexions suivantes. Tout d’abord, différents facteurs sont à prendre en compte pour comprendre à la fois les « régularités » ou l’hétérogénéité des situations de placement et leur impact sur le devenir des jeunes (Frechon et Robette ; Potin) : la durée et le motif de la prise en charge ; le type de placement (en famille d’accueil ou en institution par exemple) ; les caractéristiques des familles ; la fin du placement et le retour ou non dans la famille d’origine ; les parcours scolaires en lien avec les parcours de placement d’une part et les attentes scolaires des adultes qui les accompagnent d’autre part.

Emilie Potin montre par ailleurs comment les jeunes eux-mêmes se saisissent parfois de leur placement comme d’un « tremplin vers l’autonomie ». Pierrine Robin et Nadège Séverac partagent cette même réflexion selon laquelle les jeunes placés sont acteurs de leur propre socialisation et élaborent des « stratégies identitaires et d’affiliation » même dans le cadre de placements contraints. Les deux chercheures soulignent en effet le paradoxe d’une injonction à travailler avec plutôt que sur les enfants/jeunes dans le cadre de leur accompagnement alors que « leur avenir se décide le plus souvent sans eux ». Les recherches menées avec les jeunes lors d’entretiens biographiques se distinguent alors de ces entretiens fréquents et subis au cours de la prise en charge : « alors que le récit institutionnel n’a de cesse de renvoyer les jeunes à leur passé, le récit biographique ouvre sur un caractère prospectif par la promesse d’avenir qu’il contient ». Ce dernier aspect nous paraît fondamental pour qui se livre à une recherche dans le cadre de sa formation professionnelle, notamment celle d’éducateur.

1Sur la base de dossiers de l’ASE et de tribunaux pour enfants de deux départements.

2341 dossiers ont été consultés dans un département.

 

Références:

FRECHON Isabelle et ROBETTE Nicolas. « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance de jeunes ayant vécu un placement ». Revue française des affaires sociales, janvier-juin 2013, n°1-2, pp. 123-143.

POTIN Emilie. « Protection de l’enfance : parcours scolaires des enfants placés ». Politiques sociales et familiales, juin 2013, n°112, pp. 89-110.

ROBIN Pierrine et SEVERAC Nadège. « Parcours de vie des enfants et des jeunes relevant du dispositif de protection de l’enfance : les paradoxes d’une biographie sous injonction ». Recherches familiales, 2013/1, n°10, pp. 91-102.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts

De l’appréciation par la Cour de Cassation du recours à l’enquête officieuse du juge des enfants

Dans le cadre de l’instruction d’une affaire pénale intéressant un mineur, le juge des enfants dispose de la possibilité de procéder à une enquête « officielle » ou à une enquête officieuse. L’enquête « officielle » doit répondre aux prescriptions figurant aux articles 79 à 190 du Code de procédure pénale, tandis que l’enquête officieuse permet au juge des enfants de se soustraire des formalités prévues par ledit code (à l’exclusion des dispositions relatives aux contrôles et mandats judiciaires, perquisitions, saisies, expertises). Le juge des enfants dispose de la liberté d’alterner entre ces deux formes d’enquête.

Pour certains, cette faculté laissée à la discrétion du juge des enfants annonce les prémisses d’une certaine déjudiciairisation de la procédure impliquant également une inégalité de traitement entre les mineurs délinquants dont l’instruction relève d’un juge d’instruction et qui bénéficient des garanties figurant aux articles 79 à 190 cpp et les mineurs dont l’instruction appartient à un juge des enfants et qui peuvent être l’objet d’une enquête officieuse.

Dans un arrêt de rejet en date du 14 mai 2013, la chambre criminelle de la Cour de cassation s’accorde avec la chambre spéciale des mineurs en considérant avec force que si le juge des enfants a la faculté de ne pas respecter les prescriptions figurant aux articles 79 à 190 cpp, il n’en demeure pas moins soumis au respect des principes fondamentaux présidant la procédure pénale. Ces principes présentent par ailleurs une dimension supranationale certaine (article 6 CEDH, article 14 du Pacte international relatifs aux droits civils et politiques). Fixant enfin un cadre clair à l’enquête officieuse, la Cour de cassation conclut à la dispense pour le juge des enfants de se plier à la technicité exposée aux articles précités dudit code et souligne l’obligation pour le juge des enfants de respecter les grands principes fondamentaux de la matière pénale.

Sources : Cour de cassation, ch. crim, 14 mai 2013, n°12-80.153

Référence : BONFILS Philippe, « Droits des mineurs », Recueil Dalloz, 12 septembre 2013, n°30, pp. 2079-2080.

Nadia Beddiar

Enseignante-chercheure chercheure associée au CERAPS-CNRS

More Posts

La lecture à l’ère numérique

Sylvie Octobre se fait ici l’écho des préoccupations latentes liées aux pratiques de lecture de la population – et plus particulièrement des jeunes – devenues enjeu de la politique sociale et culturelle. La désacralisation du livre et les changements impliqués par la séparation du texte et de l’imprimé au profit de l’hybride et de l’immatériel semblent être aujourd’hui le vecteur d’une crise de valeur sociétale engageant une dynamique générationnelle et sociale.

A travers le prisme de la figure du jeune comme curseur social d’une civilisation en mutation dont l’instabilité inquiète, l’auteure met en avant différents amalgames faisant état d’une rupture menaçante afin de mieux les déconstruire. Sa démonstration prend notamment appui sur la confusion entre baisse de la lecture et illettrisme, sur la perte de valeur liée à l’abandon des lectures dites classiques au profit de lectures loisirs plus proches des états et tourments de l’adolescent, et sur la transformation inquiétante parce qu’encore non-aboutie des secteurs professionnels liés au livre.

Ainsi, la révolution née des technologies numériques impacte tout en se faisant le réceptacle d’une nouvelle appréhension des pratiques de lecture. Un rapport à l’espace/temps profondément modifié dont l’immédiateté bouleverse et une multiplication des sources facilitant l’accès à l’objet culturel  ouvrent un champ de possibilités et de flux abyssal qui transforme les processus de production et les trajectoires de l’information, brouille les rôles.

Ce changement de valeur n’est pas sans lien avec l’institution – notamment scolaire – qui peine à réinvestir efficacement le champ de la lecture. L’auteure souligne que le désinvestissement des valeurs littéraires au profit d’une élite intellectuelle scientifique au sein même de l’École participe de fait à ce retrait d’une culture des textes, avançant aussi l’hypothèse d’une lecture qui n’assurerait plus le rôle de marqueur au sein d’un groupe de même classe sociale.

L’émancipation des contenus et de ses formes semble cependant offrir dans le même temps un terrain particulièrement propice à la recherche identitaire et à la socialisation. La multiplicité de l’offre et la porosité entre les différents paysages culturels permettant d’opérer des choix au plus proche de soi ; le texte devenu interactif lie aujourd’hui plus qu’il ne l’a jamais fait les individus entre eux.

En outre, si cette activité « polymorphe » associée à des formes de lecture plurielles implique le développement de pratiques et de compétences nouvelles qui demeurent à l’heure actuelle difficiles à évaluer, l’auteure rappelle qu’une baisse quantitative de la lecture s’amorce déjà inexorablement dés la fin de la Seconde Guerre Mondiale. La multiplication des consommations audiovisuelles mais aussi la féminisation de la lecture expliquant ainsi en partie des inégalités de pratique devant lesquelles les médiateurs du livre doivent toujours faire face.

Grâce à cet article, l’auteure nous alerte sur la nécessité de se tourner vers de nouvelles problématiques : quelle place, demain, pour le texte, le livre et les valeurs politiques qu’ils portent dans la construction de l’individu ?

Référence: OCTOBRE Sylvie. «La lecture à l’ère numérique : au commencement était le livre et à la fin le texte », Études, Vol.418, Mai 2013, p.607-618.