Conflits de loyauté et conflits psychiques

Yolande Govindama, psychologue et psychanalyste, professeur de psychologie clinique à l’Université de Rouen, directrice du service PMP-OSE-Paris1, expert à la cour d’appel de Paris et Martine de Maximy, magistrat honoraire, ancienne juge des enfants, ancienne présidente de la cour d’assise de Paris, proposent un article très intéressant. Les auteures considèrent que l’articulation de la clinique et du judiciaire dans leur dimension symbolique permet de traiter les conflits de loyauté et les conflits psychiques.
Les auteurs s’attachent à définir le concept de conflit de loyauté, notamment chez les enfants de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), en s’interrogeant : « comment les pratiques des professionnels peuvent-elles être questionnées sur ce sujet, voire éclairées ? »
En s’appuyant sur les travaux de Boszormenyi-Nagy, systématicien, les auteures évoquent la loyauté entre enfants et parents et des situations hors normes où l’enfant est parentifié, ce qui engendre une loyauté verticale non maintenue. Le conflit de loyauté amène alors une indifférenciation générationnelle favorisant un contexte incestuel voire l’inceste lui-même. Le conflit de loyauté, tout comme le conflit psychique, amène l’individu à ne plus savoir se positionner face à des contradictions entre ses désirs et ses devoirs.
Les jeunes issus de familles immigrées peuvent également se retrouver dans des situations complexes. Ils ne veulent pas « trahir » les principes et la culture de leurs parents mais en même temps, ils grandissent sous l’influence de la culture occidentale. Ce conflit de loyauté peut être amplifié en cas de séparation des parents. En tant que professionnels, il est important d’avoir une double analyse de la situation tenant compte des apports de l’ethnologie et de la psychanalyse afin « de dissocier ce qui relève des croyances ordinaires de façon à accéder à l’inconscient » selon Devereux (1970).
Cet article, illustré également par trois cas cliniques, met en relief la nécessité d’un travail pluridisciplinaire à visée thérapeutique où juges et cliniciens ont chacun leur place pour aider un jeune à sortir d’un conflit où les projections inconscientes dans les relations interpersonnelles parents-enfants sont à prendre en compte.

Référence : GOVINDAMA Yolande et DE MAXIMY Martine. «Conflit de loyauté et conflit psychique. Une articulation anthropologique, clinique et judiciaire». Enfances et Psy, mars 2013, n°56, pp. 46-56.

1Protection Médiation Prévention – Œuvre de Secours aux Enfants.

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l'Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l'IRTS de Loos (59) et à l' EES de Lille (59). 25 ans d'expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts

La discordance des temporalités dans la justice des mineurs

Ludovic Jamet s’intéresse au changement de paradigme qui affecte la justice pénale des mineurs. Celui-ci s’articule autour de trois axes : le rôle accru du parquet et le renforcement des mesures coercitives, l’accélération des réponses pénales, la diversification et la multiplication des services et des centres d’hébergement. Ces dispositifs instrumentaux innovants (nouvelles procédures pénales d’une part, nouveaux établissements et services éducatifs d’autre part) induisent des logiques temporelles d’action particulières qui véhiculent leurs propres principes techniques.
La thèse de l’auteur est que la discordance des temporalités (temporalité immédiate dans les services éducatifs auprès du tribunal, temporalité incertaine dans les foyers traditionnels, temporalité délimitée dans les centres d’éducation renforcé ou dans les centres fermés) menace la cohésion d’un secteur professionnel et la stabilité minimale des dispositions communes nécessaires à la cohérence d’une action publique collective.
La diversification des logiques temporelles a des effets sur le travail des principaux acteurs du champ. Les magistrats de l’enfance peuvent gagner en prestige symbolique étant donné que les motivations des jugements sont davantage ancrées dans le droit que dans le registre de fait ou de la personnalité. Mais, les éducateurs ont de la difficulté à lire le nouveau jeu procédural : la place de l’éducateur d’AEMO serait fragilisée dans la mesure où, ne participant plus à l’élaboration du processus décisionnel, il ne pourrait plus forcément comprendre, ni anticiper le jeu pénal.
Le travail éducatif se mène donc dans un cadre où d’une part, le rendu de la décision judiciaire argumentée engage magistrat de l’enfance et l’éducateur dans une action collective et d’autre part, où il peut y avoir des contradictions entre des orientations partenariales et des réponses prioritaires aux objectifs du service. Cette action collective doit respecter les procédures judiciaires issues des règles précises de droit et la réalisation d’un travail éducatif.
L’analyse empirique montre qu’il est difficile d’articuler les différentes logiques des acteurs pour maintenir l’idée d’une cohérence éducative qui structurerait le parcours d’un jeune. Tout se passe comme si l’enchevêtrement des procédures produisait une brume intense qui enveloppe les jeunes et les éducateurs, dans un horizon temporel qu’ils ne peuvent discerner.
A travers le jugement de différentes affaires, la combinaison de différentes sanctions pénales, le jeune fait l’expérience à la fois du déchaînement et de la suspension du temps. Il risque d’être pétrifié, de ne plus pouvoir se situer temporellement et d’être incapable de se projeter dans l’avenir.

Référence : JAMET Ludovic, «La discordance des temporalités dans la justice des mineurs». La nouvelle revue du travail [en ligne], 2012, n°1, p1-19. http://nrt.revues.org/170#text

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l'ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société. Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l'éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l'action publique en santé mentale.

More Posts

L’accompagnement en validation des acquis de l’expérience

Ce hors série de l’Éducation Permanente présente les témoignages de professionnels en formation, que les Suisses nomment praticiens en « conseil et accompagnement à la Reconnaissance et à la Validation des Acquis de l’Expérience (RVAE) », diplôme délivré par l’Institut Fédéral des Hautes Études en Formation Professionnelle de Lausanne et Lugano.
Des ateliers, menés de 2008 à 2012, ont fait émerger chez ces professionnels des récits d’expériences et des réflexions sur leur rencontre avec la reconnaissance et la validation des acquis de l’expérience. Ces praticiens, en chemin, conçoivent et ajustent outils et postures. Au delà de la différence du système de formation franco-suisse et de la diversité des langues de ce territoire, ce hors-série donne à voir un mouvement de professionnalisation. Par l’ouverture d’espaces d’écritures, chacun tisse le fil rouge de la « construction-déconstruction-reconstruction » de ses pratiques. Les coordinateurs de la publication cherchent les cohérences et divergences sous le regard distanciés d’experts français Alex Laine et Patrick Mayen.
Les tensions problématiques et conceptuelles sont centrées sur ce qui sépare les démarches exploratoire et démonstrative que sont respectivement la reconnaissance et la validation de ces acquis de l’expérience.
Les métaphores proposées au fil des articles sont autant d’illustrations et d’outils au service de ce qu’Alex Laine nomme un « colloque singulier » qui permet au candidat de penser autrement ce qu’il sait déjà. Patrick Mayen précise quant à lui que la validation a lieu au sein d’un colloque élargi où la norme, les référentiels et les professionnels s’invitent dans le dialogue. A travers leurs propres écritures, ces professionnels tirent l’énergie de ce qui est transversal dans leurs expériences. Ils se trans-forment dans ce nouveau métier de conseil et accompagnement en RVAE et VAE.
Toute personne intéressée par ce métier trouvera ici matière à penser et quelques repères pouvant contribuer à la construction de sa propre approche.

Sandrine CORTESSIS, Deli SALINI et Patrick RYWALSKI (dir.). « Se former au conseil et à l’accompagnement en RVAE, entre incertitudes et projets ». Éducation Permanente, Hors-série IFFP 2013, 197 pages.

Fabienne Tessier

Conseillère en bilan de positionnement et validation des acquis de l'expérience, Formatrice en formation continue et accompagnement des parcours professionnels à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse. Educatrice en hébergement et en milieu ouvert de 1996 à 2007.

More Posts

La fratrie, une ressource pour les familles nombreuses

Alors que les enquêtes statistiques montrent que « le fait de grandir dans une famille nombreuse a un effet négatif sur les parcours scolaires des enfants » (p. 5), cet article – qui figure dans le dossier « Fratries » de Politiques sociales et familiales – cherche au contraire à développer l’idée que la fratrie peut être une ressource dans les familles nombreuses, notamment issues des classes populaires. En mobilisant les analyses issues d’une enquête qualitative par entretiens auprès d’une vingtaine de familles[1], les chercheurs tentent de comprendre plus précisément le rôle joué par les aînés dans le cadre du suivi de la scolarité et de l’accompagnement « lectoral »[2] des cadets. L’étude de ces deux modalités de prise en charge scolaire permet de constater leur participation à « un mode de socialisation familial scolairement rentable » (p. 6), autrement dit leur impact sur les résultats et la réussite scolaire des enfants de la fratrie.

Le texte est construit plus en détails autour de deux idées majeures. La première met en perspective la place et la modalité d’intervention des aînés avec celles de leurs parents auprès de leurs frères et sœurs : relais éducatifs des parents et interprètes de la culture et de l’institution scolaires. Si les rôles varient en fonction des caractéristiques socioculturelles des familles, ils diffèrent également en fonction du sexe des aînés et les auteurs soulignent un investissement plus significatif des filles dans la prise en charge scolaire de leurs cadets. La deuxième idée développée s’intéresse plus aux effets de l’intervention des aînés dans la fratrie et plus largement dans la famille : ces effets sont plutôt bénéfiques sur la scolarité des cadets même si quelques nuances sont apportées par les auteurs ; ils le sont également « en retour » sur les aînés eux-mêmes et leur reconnaissance au sein de la famille, ainsi que sur les pratiques éducatives de leurs parents.

Au final, le lecteur s’interrogera peut-être sur la généralisation de ces observations, notamment lorsque les aînés des familles nombreuses de milieux populaires sont eux-mêmes démunis au niveau scolaire. Néanmoins, cet article a le mérite d’élargir le regard porté habituellement sur les fratries de ces familles nombreuses et peut permettre aux (futurs) professionnels de penser autrement ces configurations familiales et leurs dynamiques internes.

Référence : VANHEE Olivier, BOIS Géraldine, HENRI-PANABIERE Gaële, COURT Martine et BERTRAND Julien. « La fratrie comme ressource. Le rôle des aînés dans les parcours scolaires des enfants de familles nombreuses ». Politiques sociales et familiales, mars 2013, n°111, pp. 5-15.


[1] Enquête financée par la Caisse nationale des allocations familiales dans le cadre de l’appel à projets « Destin social des fratries ».

[2] Le terme est mis entre guillemets par les auteurs de l’article.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts

Les mineurs mis en cause selon les statistiques de police

Statisticien rigoureux, Bruno Aubusson de Cavarlay, présente dans le bulletin du Cesdip, Questions pénales, les « chiffres du 4001 » (nom du formulaire contenant le tableau renseigné par les services de police) concernant les mineurs mis en cause. Les principes, les limites et les lacunes d’un point de vue général de cette collecte statistique sont bien connus et même officiellement reconnus[1], aussi l’auteur s’attache à souligner quelques points particuliers propres aux mineurs. Il souligne notamment l’importance des modifications législatives et des changements de critère d’appréciation relevant de la politique pénale qui déplacent la « frontière de l’enregistrement statistique » (des contraventions de 5ème classe qui ne figurent pas dans la 4001 deviennent des délits enregistrés). Il rappelle aussi que, face au très faible taux d’élucidation des vols avec violences, la représentativité des mis en cause mineurs n’est pas assurée. Bruno Aubusson de Cavarlay constate, depuis le milieu des années 1980, pour les mineurs comme pour les majeurs, l’accroissement des affaires incluant une forme de violence. C’est en partie dû à des changements de politique pénale mais aussi de façon moins discernable à des changements plus spécifiques à tel ou tel type d’infraction (quand le vol de portable « remplace » l’emblématique vol de véhicules à moteur[2] des années « blousons noirs », l’usage de la violence est plus probable). Bref, il ne faut jamais perdre de vue « que la statistique de police judiciaire est avant tout un indicateur d’activité et un sismographe des changements législatifs ».

AUBUSSON DE CAVARLAY Bruno. « Les mineurs mis en cause selon les statistiques de police ». Questions pénales [en ligne], avril 2013, XXVI.2. <http://www.cesdip.fr/spip.php?article725>


[1] Voir LE BOUILLONEC Jean-Yves, QUENTIN Didier. Mesure statistique des délinquances et leurs conséquences, Assemblée Nationale, Rapport d’information n° 988, 24 avril 2013.

[2] Obsession des années 1960, cette infraction a fait l’objet d’une étude spécifique du Centre de formation et de Recherche de l’Éducation surveillée.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts

Les garçons, l’amour, la sexualité: une jeunesse sous surveillance ?

Les dossiers du Centre d’observation public de l’Éducation surveillée (Copes) de Savigny-sur-Orge, qui reçoit les mineurs adressés par le tribunal de la Seine, constituent une source d’une exceptionnelle richesse, plus riche encore que les classiques dossiers judiciaires. Jusqu’à ce jour, ils n’ont guère été explorés que pour faire l’histoire de la justice des mineurs et de l’observation alors qu’ils permettent aussi d’étudier au plus près la sociabilité des jeunes des classes populaires . En effet, l’immense majorité des adolescents placés à Savigny-sur-Orge sont fils d’ouvriers ou d’employés, parfois de petits commerçants ou d’artisans, très rarement de cadres ou de professions libérales. L’un des premiers mérites de Régis Révenin, même si ses sources sont loin de se limiter au fond Savinien, c’est d’avoir su utiliser avec beaucoup de finesse et de subtilité ces milliers de « vies de papiers », pour reprendre l’heureuse expression de Philippe Artière et Dominique Kalifa, afin de nous livrer cette première histoire des rapports à l’amour et à la sexualité des garçons des classes populaires au temps des Trente Glorieuses.

Après une solide introduction de 55 pages où l’auteur définit son objet, fait un point historiographique, présente ses sources et sa problématique, la thèse est organisée en trois parties.

L’auteur commence par se pencher sur « Les prolégomènes de la rencontre de l’autre ; l’éducation sentimentale et sexuelle des adolescents ». Dans un premier chapitre, il nous présente tous les aspects des « apprentissages informels des “choses du sexe” ». Les propos sur le recours aux publications érotiques et pornographiques et sur la transmission des « informations » entre pairs et au sein de la famille trouvent naturellement leur place dans ces 72 pages, mais aussi des développements sur la masturbation comme forme de découverte de son corps et de ses désirs et la part d’ombre de l’apprentissage quand il passe par la contrainte, par l’abus, par la violence. Le second chapitre est consacré à d’éducation sexuelle qui, après une longue période de refus, se met lentement en place à la Libération.

Régis Révenin se penche ensuite sur les « Splendeurs et misères des premiers pas de la rencontre de l’autre ». Après de belles pages sur la question de la beauté et de l’apparence à l’adolescence (chapitre 3), il se consacre à la question de la séduction et du flirt. Il nous offre là un tableau très complet sur un aspect essentiel de la sociabilité juvénile.

La troisième partie « Rencontre de l’autre : la fabrique des garçons » comprend trois chapitres. Le premier est consacré à l’entrée dans la sexualité active, cette « première fois » qui relève de temporalités et d’attentes différentes selon que l’on soit garçon, fille ou gay. Le second chapitre, très novateur, est centré sur la construction des identités sexuelles. Enfin, Régis Révenin sonde les cœurs et les sentiments amoureux.

Le travail de Régis Revenin est une très belle illustration de l’intérêt de l’approche en terme de genre d’autant que l’auteur n’oublie pas les autres facteurs comme l’appartenance sociale ou générationnelle. On ne peut que souhaiter une rapide publication de cette thèse qui la rende plus accessible.

REVENIN Régis. Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris 1945-1975). Thèse d’Histoire, Université de Paris 1, 2012, 691 p.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts

La catégorie « jeunes » en question: une analyse socio-linguistique d’une séquence de formation

Cet article propose de discuter la catégorie langagière « jeunes » dans les relations interpersonnelles. Après un retour théorique sur la dimension langagière de l’interaction, le texte propose l’analyse d’un échange, dans un centre de formation continu, entre des stagiaires en insertion sociale et professionnelle âgés entre 17 et 19 ans, des éducateurs, des professeurs d’enseignement général et des chercheurs.

La construction des rapports de place entre stagiaires et formateurs est intéressante à percevoir parce que souple et dynamique. Pour autant, les distinctions entre les deux groupes, l’un « formateur », l’autre stagiaire, qu’on pourrait qualifier de « jeunes » – mais également se distinguant du groupe de formateurs par un environnement géographique socialement situé, des conditions de vie et de formation – en disent beaucoup sur l’espace socio-discursif ainsi déterminé.

Cependant ces données contextuelles ne sont pas les seules à distinguer les deux groupes, c’est ici sous l’angle de l’interaction que stagiaires et formateurs se différencient.

Les séquences de formation analysées sont des mises en scènes du groupe dans des espaces et situations de la vie quotidienne. Elle vont être l’occasion d’observer les usages des discours de ces jeunes. Malgré le caractère formel de la séquence de formation, les chercheurs vont pouvoir noter dans le discours de ces stagiaires des constructions syntaxiques (« verbe adjectif » comme « parler bizarre »), l’usage de stéréotypes, d’un discours grossier et verlanisé.

Les auteurs vont ainsi montrer que le « parler jeune » est une catégorie en mouvement, qui fonctionne dans l’exploitation des « ressources formelles et symboliques » des stagiaires, utilisant des catégories sociales déjà connues. Ils en élaborent de nouvelles, confrontées à un groupe de pairs et en opposition à un groupe de formateurs. Le dispositif pédagogique « mises en scène » ou « jeux de rôle » favorise également un processus de marquage, qui contribue à la catégorisation .

Pour les professionnels du social et de l’éducatif, comme pour les formateurs, cet éclairage est important : d’une part, il permet de comprendre ce qui se joue dans les interactions dans un contexte d’apprentissage, d’autre part, c’est la catégorie « parler jeune » qui est mise en tension. Cet article montre toute la complexité d’une catégorie prédéterminée, qui se comprend dans la diversité des situations d’interaction et le contexte dans laquelle elle est utilisée. Le « parler jeune » permet ainsi de questionner différemment la question de la relation éducative et plus généralement les pratiques professionnelles des éducateurs. Ajoutons à cela que l’ensemble du dossier de ce numéro de Langage et société consacré aux « Jeunes et parlers jeunes : des catégories en question » est extrêmement intéressant.

 

AUZANNEAU Michelle, LECLERE-MESSEBEL Malory et JUILLARD Caroline, « Élaboration et théâtralisation de catégorisations sociolinguistiques en discours, dans une séance de formation continue. La catégorie « jeune » en question », Langage et société, septembre 2012, n°141, p.47-70.

Céline Matuszak

Chercheure en sciences de l'information et de la communication au sein de l'Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse- Laboratoire Geriico à l'université de Lille 3.

More Posts