Resocialiser les jeunes délinquants ? L’expertise des técnicos dans la sortie de mesure de liberté assistée au Brésil

Dans cet article, Géraldine Bugnon s’intéresse à la mesure de Liberté assistée (LA), une des six mesures socioéducatives qu’un juge brésilien peut infliger à un adolescent qui a commis une infraction pénale. Pour l’auteure, cette mesure représente un révélateur efficace des enjeux contemporains liés à la prise en charge des mineurs délinquants.
Elle examine plus particulièrement les conditions dans lesquelles le juge met fin à la mesure. Cette décision intervient sur la base de rapports établis par les técnicos[1] et elle signifie que les professionnels puis le juge estiment que le jeune apparaît comme suffisamment resocialisé.

Prendre pour objet l’analyse des décisions des juges sur cette question permet d’observer et de décrire la manière dont la resocialisation des jeunes délinquants est pensée et mise en pratique à Rio de Janeiro et à Bel Horizonte. On l’aura compris, les técnicos jouent un rôle prépondérant dans la prise de décision des juges dans le cas d’une sortie de mesure de LA.

Les textes de lois et directives officielles restent très lacunaires et elliptiques en ce qui concerne les objectifs et les modalités de mise en œuvre de cette mesure. De ce flou résulte une importance marge de manœuvre pour les técnicos. Ils détiennent la compétence pratique de déterminer si l’adolescent peut être libéré ou non des obligations liées à sa mesure.

A partir de trois types de matériaux empiriques distincts (entretiens semi-directifs avec les professionnels exécutant la mesure dans cinq centres sociaux distincts, observations sur une durée de trois mois dans ces mêmes lieux, rapports des técnicos concernant les jeunes et transmis au juge), l’auteur va confronter les représentations des técnicos, relatives aux objectifs de la mesure, et les critères sur lesquels les juges se basent pour évaluer la resocialisation d’un jeune (scolarisation, professionnalisation et renforcement des liens familiaux). Il s’agira de décrire et analyser les modalités selon lesquelles les técnicos concilient valeurs et principes d’accompagnement avec les attentes provenant de la justice. L’article conclut qu’à la logique ponctuelle et bureaucratique de la justice, les técnicos opposent la logique processuelle et humanisée de l’assistance sociale. Mis en difficulté sur le fait d’obtenir des résultats tangibles, les técnicos « s’en sortent » en développant, dans les rapports, une argumentation relative à la « bonne volonté » du jeune (et de sa famille) ainsi qu’à son adhésion aux valeurs et aux principes véhiculés par la mesure, en dépit de leur non concrétisation lors de la mise en œuvre de cette dernière.

BUGNON, Géraldine. « Resocialiser les jeunes délinquants ? L’expertise des técnicos dans la sortie de mesure de liberté assistée au Brési». TSANTSA # 16 – 2011.


[1] Le terme técnico (signifiant spécialiste dans le portugais du Brésil) renvoie aux professionnels travaillant dans les institutions d’assistance social et qui détiennent un diplôme académique spécifique en opposition au personnel administratif.

 

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l’ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société.

Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l’éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l’action publique en santé mentale.

More Posts