L’agir comme processus?

L’article de Lisa Ouss-Ryngaert, pédopsychiatre et psychothérapeute intitulé : L’agir comme processus ? est un commentaire de l’article de Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard. L’intérêt de l’article de ces auteurs est de comprendre l’adolescence en faisant des liens entre le fonctionnement du cerveau (les neurosciences) et le psychisme (la psychanalyse), « c’est une invitation à repenser le cadre théorique général de la psychopathologie » à la lumière des derniers apports neuroscientifiques. Elle reprend essentiellement quatre points évoqués par les auteurs. Le premier point concerne les compétences de l’adolescent : le cerveau de l’adolescent est plutôt « multiple localisé » celui de l’adulte plutôt « simplifié synergique ». Le deuxième point est que l’agir adolescent ne serait pas un symptôme, signe d’un défaut de mentalisation, mais l’expression d’un processus structurant. L’agir prend ici une dimension de créativité et d’adaptabilité. Les adolescents seraient plus enclins que les adultes à « auto-trouver » et donc auto-créer leur environnement. Le troisième point aborde le cadre épistémologique, l’adolescent selon Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard est l’objet des thérapeutiques des sciences cognitives ou biologiques, alors qu’il est avant tout, selon Lisa Ouss-Ryngaert, le sujet d’une thérapie. Il faut, poursuit l’auteur de ce texte, poser la question autrement, il s’agit d’étudier un même objet, mais selon deux angles différents afin de « faciliter une approche translationnelle » qu’elle qualifie de connaissances fondamentales, « au lit du patient ». Enfin le quatrième point pose la question éthique qui est celle de la responsabilité face aux adolescents. Les travaux mis en avant par les neurosciences tendraient à mettre en évidence un cerveau qui produit des actions plus que des réflexions mais alors poursuit-elle, le risque est d’oublier la part « d’imprévisible » qu’il y a dans les comportements humains…

 

OUSS-RYNGAERT, Lisa. « L’agir comme processus ?» Adolescence, 2011/3 (n° 77).

Les prisons pour mineurs

Gilles Chantraine et son équipe ont mené, pendant deux ans, une enquête sur les prisons pour mineurs. Cette recherche a visé « à saisir conjointement les expériences de réclusion, les pratiques professionnelles et les controverses publiques ».

Cette recherche combine un travail ethnographique, 120 entretiens réalisés avec des professionnels et des jeunes, 2 séries d’entretiens collectifs avec des professionnels des EPM, une analyse comparative des controverses publiques relatives aux prisons pour mineurs en France, en Belgique et en Allemagne.

Le rapport se divise en trois parties : la première est relative aux controverses publiques, politiques et professionnelles, la seconde traite des conditions de vie et de travail au sein des quartiers mineurs de maison d’arrêt, la troisième s’attache au « monde social » des EPM. Les 4 chapitres de la dernière partie (surveiller/observer, affecter/différencier, éduquer/punir, soigner/instruire) explicitent tant les pratiques professionnelles et les différentes représentations du travail qui leur donnent sens que les modalités selon lesquelles s’organise, sur le plan institutionnel, le parcours des jeunes détenus en détention et au-delà.

Le chapitre éduquer/punir pose la question d’une éducation possible en prison, dès lors que la sanction disciplinaire reste « un privilège sécuritaire de l’administration pénitentiaire », et qu’une partie des éducateurs n’investit pas l’espace de détention, considérant qu’on ne peut vraiment éduquer qu’en dehors de la prison. En recherchant la socialisation des jeunes à travers une « prise en charge globale », qui mobilise des professionnels de différents secteurs, en produisant un continuum punitif entre diverses modalités de sanction (donnant-donnant, « mesures éducatives », régimes différenciés, régime disciplinaire) et en ayant recours à une architecture spécifique permettant de gérer les rapports sociaux par une fragmentation de l’espace, les EPM produiraient une technologie douce participant d’un gouvernement par les subjectivités et contribueraient à une forme paradoxale de retotalitarisation de l’institution.

 

 Gilles Chantraine (Dir.), avec Nicolas Sallée, David Scheer, Grégory Salle, Abraham Franssen et Gaëtan Cliquennois.
« Les prisons pour mineurs. Controverses sociales, pratiques professionnelles, expériences de réclusion », rapport pour la mission de recherche Droit et Justice, Clersé, 2011, 534p.

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l'ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société. Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l'éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l'action publique en santé mentale.

More Posts

La fiction du soi

La revue Belge Sociétés consacre l’un de ses derniers numéros à la science-fiction et au rapport que ce genre culturel entretient avec « le monde des hommes ». L’attention des éducateurs pourrait être attirée par un article qu’une doctorante consacre aux jeux en réseau et leur enjeu dans la construction identitaire.

En effet, France Vachey, par la mise en place d’un dispositif méthodologique original, se lance dans une ethnographie du monde virtuel de World of Warcraft, le leader des jeux de rôle en ligne. Elle y évoque une sociabilité bien semblable à celle mise en œuvre dans le monde réel et des interactions langagières qui obéissent aux règles qui nous sont usuelles.

Le sujet abordé dans cet article, pour original qu’il soit, présente un double intérêt. Il rappelle d’une part, au travers des travaux de Huizanga, Caillois et Winnicott, la place que tient le jeu dan sa construction des enfants, des adolescents mais aussi des adultes. France Vachey rappelle, en citant le psychiatre anglais, que « c’est en jouant, et peut être seulement quand il joue, que l’enfant ou l’adulte est libre […] C’est seulement en étant créatif que l’individu découvre le soi. » Mais l’auteure met aussi en lumière la place de ces mondes virtuels, où le joueur rencontre les avatars d’humains eux bien réels, dans la construction autobiographique. Jouer en réseau, c’est se créer un personnage, une histoire, penser la différence entre ce rôle et le soi ; opposer un idéal à une image que l’on nous renvoie. C’est se voir interagir avec un monde, certes moins « concret » que celui qui nous entoure, mais tout aussi opposant ; c’est surmonter les obstacles. C’est enfin interagir avec l’autre et accepter la subjectivité d’un autrui avec lequel il faut toujours composer, loin d’un fantasme de toute puissance. Reprenant alors la pensée littéraire de Daniele Sallenave, France Vachey évoque le fait que « raconter, c’est d’abord être. » La création d’un personnage, d’une persona fiction, au sein d’un monde virtuel, est acte de narration de soi et par la même de construction, de renouvellement, de son identité.

C’est peut être là qu’il faut chercher le succès de ces pratiques numériques auprès des adolescents et des jeunes adultes. Au sein d’un monde où expérimenter sa relation à l’autre présente peu de risque, il est plus aisé découvrir son être en devenir.

 

VACHEY, France. «Fiction de personnage dans un MMORPG [de l’expression anglaise « Massively Multiplayer Online Role Playing Games », signifiant « jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs »NDLR], entre jeu de rôle et écriture de soi, écrire une persona fiction». Sociétés, N°113, troisième trimestre 2011, p. 81.