Etats limites et évolution des réponses judiciaires à la délinquance juvénile

C’est sur le modèle œdipien – qui occupe une place centrale dans les théories psychanalytiques du développement – que se fonde l’hypothèse d’une efficacité de la loi concrète dans le « traitement » des transgressions en général et de la délinquance des mineurs en particulier. L’idée est la suivante : en limitant l’omnipotence du désir, la loi va permettre au sujet une reconnaissance de la tiercéité et, ce faisant, de l’altérité. Toutefois, les débats ressurgissent dès lors qu’il s’agit de décider quand et comment recourir à l’application concrète des dispositions de la loi. Quand faut-il au contraire tolérer telles ou telles transgressions, dans certaines organisations psychopathologiques, en les reprenant dans le cadre éducatif ? Notamment celles qui, comme les états limites (EL), présentent la double particularité de fragiliser la tiercéité issue de l’Œdipe, et de favoriser les passages à l’acte. L’approche psychopathologique montre ainsi, selon l’auteur, que les partisans de la soft method, « la pédagogie de la citoyenneté », et les partisans de la hard method, « la tolérance zéro », du fait de leur référence exclusive à la loi, sont les uns et les autres également « angéliques » quand ils pensent pouvoir être efficaces avec ceux de ces jeunes qui, restant en deçà du fonctionnement relevant de l’Œdipe, n’ont d’autre recours que la violence destruction. Il est, dès lors, préoccupant de constater que c’est le leitmotiv du discours de la loi et des évolutions sociétales qui est mis en avant pour expliquer l’accroissement de la part relative des fonctionnements limites. La place excessive de ce discours et des pratiques qui en découlent est pourtant, selon l’auteur, à l’origine de l’augmentation du nombre des adolescents les plus difficiles. Ce qui préside, ce faisant, à une perte de chance pour eux et à une difficulté supplémentaire pour les professionnels qui en ont la charge. En conséquence, l’auteur préconise le recours préférentiel à un autre modèle que celui issu d’une lecture œdipienne : le modèle de la transitionnalité qui, en référence aux travaux de Winnicott, met le plaisir de fonctionnement dans « le faire-avec » au centre d’une clinique éducative qui vise avant tout à réintroduire de la tiercéité, et donc de l’altérité, dans le fonctionnement de ces adolescents. L’auteur considère, en effet, que cette étape est, chez eux, un préalable nécessaire pour rendre possible le travail de la loi.

Michel Botbol, « États limites et délinquance juvénile : évolution des réponses judiciaires », L’information psychiatrique, 2016/1 (Volume 92), pp. 49-53.

Luc-Henry Choquet

Luc-Henry Choquet est sociologue du droit, responsable du pôle recherche à la direction de la protection judiciaire de la jeunesse, enseignant à la Faculté d’Économie Gestion Administration et Sciences Sociales (Université d'Artois) et chercheur associé à l'Institut de recherche corrections et réhabilitation de l'université Ryukoku (Kyoto)

More Posts

Gentrification et mixité

La gentrification est ce phénomène qui consiste, pour les personnes issues des classes moyennes-supérieures, à s’installer dans d’anciens quartiers populaires. La question centrale de cet article est de savoir si cette appropriation d’un territoire s’accompagne d’une volonté – et d’une pratique – de la mixité pour les enfants des ces familles. Grâce à une étude réalisée à la fois à Paris (quartier des Batignolles) et à San Francisco (Noe Valley), les auteurs de cet article en sont arrivés à montrer que, pour ces familles, il existe bel et bien un désir de mixité sociale mais aussi d’autres stratégies mises en œuvre. La mixité est visée, voire revendiquée mais s’accompagne aussi, pour certaines activités, de choix qui relèvent d’une logique de préservation de l’entre-soi.
Menée finement, l’étude qui sert de base à cet article permet aussi aux auteurs de se livrer à une autre conclusion : la manière dont ces familles pensent et construisent leur rapport à la mixité de leurs enfants est liée à la politique d’ouverture des deux villes dont il est question.
Autant de réflexions intéressantes pour les professionnels de l’enfance et qui montrent la complexité de la mise en place de la mixité et donnent des pistes pour travailler autour de la notion de cohabitation. Car celle-ci, et les entretiens rapportés dans cet article le montrent bien, a ses limites et les parents de ces classes moyennes supérieures peuvent aussi parfois remettre en cause ces pratiques, notamment quand vient le moment pour leurs enfants d’accéder au niveau scolaire du collège (français).
La mixité est donc, aussi, essentiellement une affaire d’équilibre et ce travail devrait permettre à tout acteur social d’y réfléchir en s’appuyant sur cette recherche d’une indéniable qualité méthodologique.

Référence : AUTHIER Jean-Yves, LEHMAN-FRISCH Sonia. « Exposer ses enfants à la mixité. Discours et pratiques des parents de classes moyennes-supérieures dans deux quartiers gentrifiés de Paris et de San Francisco. » Politiques sociales et familiales, septembre 2014, n°117, p. 59-72.

Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

More Posts

Sphère politique et pluralisme culturel : l’impossible rencontre ?

Alain Renaut, traducteur de Kant, professeur de philosophie politique et d’éthique à Paris-Sorbonne et à l’Institut d’Études Politiques de Paris, revient sur un sujet qui le préoccupe au plus haut point en tant qu' »intellectuel responsable », ainsi qu’il se définit lui-même. Il fait en effet le constat que la sphère institutionnelle, politique, ne reconnaît toujours pas, en 2015, de jure, la diversité culturelle de la population française, qui, de facto, est pourtant composée de multiples identités. L’auteur voit dans ce décalage le ferment d’une conflictualité qui, à terme, pourrait prendre deux formes aussi inquiétante l’une que l’autre : d’un côté, un mouvement de plus en plus pressant de revendications émanant de populations minoritaires « de plus en plus exigeantes en termes de reconnaissance  de leurs droits à la diversité », de l’autre la montée en puissance d’une idéologie qui préconiserait le repli identitaire des Français rejetant les « citoyens porteurs d’autres référents culturels et linguistiques que les leurs ». Alain Renaut constate d’ailleurs que  la sphère publique fait actuellement le lit de cette seconde alternative.
Dès lors, il reste à espérer que la pluralité culturelle qui caractérise notre société suscitera « à la fois en termes de thématisation intellectuelle et en termes de création politique de droits nouveaux, des réponses à la hauteur des questions qu’elle soulève ».  C’est pourquoi Alain Renaut, dans la dernière partie de son article, repère quelques démarches possibles, comme la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, l’acceptation de l’article 30 de la Convention internationale des droits de l’enfant, la construction de droits individuels à l’identité culturelle, poser le principe de l’accommodement raisonnable (en s’inspirant du modèle québécois). Il prévient que ces initiatives doivent s’inscrire dans l’interculturalisme (« éviter que le geste de la reconnaissance des communautés culturelles dût apparaître comme une fin en soi ») plutôt que dans le multiculturalisme (« la mosaïque ethnique à l’américaine »).

Référence: RENAUT Alain. « Le multiculturalisme, jusqu’où ? Une situation française ». Cahiers Français, 2015, n° 385, pp.20-27.

Philippe Vanrietvelde

Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de1998 à 2013. Formateur à l’École Nationale de la PJJ depuis 2013

More Posts

Les enjeux contemporains de l’écriture

Cet article de Jacques Ladsous, vice-président du Conseil supérieur du travail social et vice-président des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA), évoque l’expérience d’ateliers d’écriture dans une cité de la banlieue parisienne, « le Bois l’Abbé », en 2005 au moment des émeutes fortement médiatisées dans les banlieues.
La proposition qui a été faite par les animateurs de quartier consistait à mettre en mots les phénomènes de violence puissamment ressentis par les jeunes de cette cité via un support qui leur parle : le rap. Le groupe se rencontrait chaque mercredi de 14h à 16h et n’était pas constitué systématiquement des mêmes personnes d’où une participation de quarante à soixante jeunes, dont une quinzaine régulièrement présents durant une période de deux à trois mois.
Un écrivain journaliste, Gérard Streiff, a participé activement à la détermination d’un objectif commun : la conception d’un livre. Ce projet a rencontré un franc succès dans les quartiers et leur création, « L’inconnu du B.L.B » a même été éditée en 2009 chez Ères.
Si cet ouvrage a été qualifié de « polar », il est surtout révélateur d’une envie de vivre de ces jeunes sans être stigmatisés comme étant des personnes virulentes en quête de sens mais plutôt comme étant reconnus comme des individus capables de créativité au sein de territoires odorants, colorés, pluriculturels et festifs. Lieux qui permettent l’émergence d’une expérience humaine de qualité.
Si les moins enthousiastes ne perçoivent pas le lien entre de telles actions et des démarches de socialisation, l’auteur évoque ici l’exemple d’un des jeunes concernés par ce projet qui, devenu adulte, est auteur de scénarios. Il nous invite à évaluer la qualité formative de cette initiative : tous ont appris à s’exprimer et à être des vecteurs d’espoir, telles « quelques fugitives lumières (les lucioles) pour apaiser nos inquiétudes ».

Référence: Jacques LADSOUS extrait de « Vie sociale »: Enjeux contemporains d’écriture, Nouvelle série n°9, mars 2015, érès éditeur.

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l'Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l'IRTS de Loos (59) et à l' EES de Lille (59). 25 ans d'expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts

Les mineurs isolés étrangers, acteurs modernes du marché global

Dans sa livraison du premier trimestre 2014, la Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI), qui est éditée par l’Université de Poitiers, présente, dans un article de l’ethno-psychologue Francesco Vacchiano, l’état des travaux du laboratoire MIGRINTER (UMR 7301, CNRS-Université de Poitiers) sur la migration indépendante des mineurs à l’échelle internationale.
L’auteur poursuit un travail sur ce qu’il appelle « le nouveau rôle des adolescents dans la migration internationale, en lien avec les changements contemporains du lien social et de la subjectivité ». Francesco Vacchiano voit les adolescents migrants comme les protagonistes d’un processus de signification du monde, de négociation de l’appartenance et de revendication de citoyenneté, « qui trouve dans l’accès à la mobilité l’une des dimensions les plus considérables ». Ces adolescents ont en commun leur désir d’assimiler les formes et les normes du monde actuel et ils incarnent, dans leurs migrations, l’une des illustrations du développement du marché global de nature capitaliste. Quel que soit son pays d’origine et son parcours migratoire, l’adolescent prend conscience de son exclusion, de son origine sociale (le bas de l’échelle), et envisage la migration comme la promesse d’une vie « plus digne », « plus moderne ».
L’auteur rejoint l’analyse de Paula S. Fass : «L’adolescence devient une identité universelle dans le contexte de la mondialisation en même temps que les accessoires et la culture juvénile se répandent partout par les mêmes canaux qui constituent la globalisation.»
Dès lors, être mobile, c’est prétendre au succès. Ceux qui détiennent le pouvoir (économique, politique, social) ainsi que les touristes, les sportifs de haut niveau, etc., sont mobiles. Partir, c’est aussi défier un ordre social injuste. L’enfant est vu par ses parents, immobiles, comme le salut de la famille, dans un contexte d’épuisement des figures d’autorité traditionnelle (discrédit du père).

Référence :VACCHIANO Francesco, « A la recherche d’une citoyenneté globale. L’expérience des adolescents migrants en Europe ». Revue Européenne des Migrations Internationales, 2014, vol.30, n°1, p.59-75.

Philippe Vanrietvelde

Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de1998 à 2013. Formateur à l’École Nationale de la PJJ depuis 2013

More Posts

Décrochage scolaire: l’accompagnement individualisé des jeunes

Dans le contexte actuel où la question du décrochage scolaire est très prégnante, une enseignante et un chercheur se sont intéressés à la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), dispositif qui a pour fonction d’accompagner des jeunes de 16 ans et plus à un retour à l’emploi ou à l’accès à un diplôme. Les auteurs ont mené leur recherche auprès des coordonnateurs d’action (CA) dont le rôle est de « coordonner les actions de mobilisation des jeunes, d’accueillir et d’accompagner chaque jeune dans son parcours individuel » (p. 96).
L’article présente les résultats d’une recherche centrée sur la compréhension des pratiques d’accompagnement individualisé d’un CA expérimenté auprès d’un jeune en situation de décrochage scolaire. Ancrée dans le champ de la didactique professionnelle, la recherche vise l’identification et l’analyse des compétences du professionnel en l’absence de pratiques formalisées et institutionnalisées.
A partir du film d’une séance d’accompagnement et d’un entretien d’autoconfrontation avec le CA, les auteurs mettent en évidence les ressources cognitives mobilisées par le professionnel. Au-delà des modes opératoires du professionnel pour prendre en charge le plus efficacement possible le jeune lors de son accompagnement individualisé, l’article propose en creux une réflexion sur les interactions produites lors de l’entretien entre le CA et le jeune et leurs effets possibles quant à la (re)mobilisation du jeune sur un projet scolaire et/ou professionnel.
La lecture de cet article – si elle peut s’avérer un peu complexe au premier abord de par son ancrage théorique et conceptuel – peut permettre à tout professionnel impliqué dans des actions de lutte contre le décrochage scolaire de s’interroger sur son propre rôle dans des dispositifs et des processus certes prescrits mais très peu formalisés et laissant donc place à des pratiques individuelles.

Référence : LANDES Laurence et LEFEUVRE Gwénaël. « Les pratiques d’accompagnement individualisé des jeunes au sein des Missions de Lutte contre le Décrochage Scolaire ». Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 47, n°2, 2014, pp. 95-126.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts

L’ado est (aussi) dans le pré…

A force de stigmatiser les banlieues, il est aisé d’oublier qu’en zone rurale aussi, des adolescents vivent, grandissent et se socialisent. Julian Devaux s’attache à conter et à modéliser, sur un mode ethnographique, cette jeunesse des campagnes. Un article récent, paru dans la revue Agora, synthétise en quelques pages ses travaux.
Trois traits caractérisent la construction sociale de l’adolescent en milieu rural. En mode mineur, notons une relation ambiguë entre ces jeunes et la culture urbaine, entre attrait de la nouveauté et repli sur la communauté proche, plus forte ici qu’à la ville. Cette relation, aux pairs comme aux adultes, est une autre spécificité à prendre en compte, dans un environnement où chacun connait tout le monde. Mais bien sûr, c’est la gestion de la mobilité qui discrimine les réalités adolescentes des zones rurales.
A partir de ce cadre, l’auteur nous expose un modèle de la socialisation adolescente, selon les deux axes classiques du genre et de l’âge. Ainsi les préadolescents se caractérisent par une forte séparation des genres, les garçons expérimentant une mobilité ludique, se regroupant dans les lieux publics (église, parc, stade, etc.), alors que les filles continuent à favoriser une forte « culture de la chambre ». Durant les années collèges, cette séparation des genres se poursuit, avec une quête accrue de l’autonomie par la mobilité. Les adolescents découvrent le scooter, à la fois objet d’expérimentation de pratiques déviantes et de mise à l’abri du regard des adultes. Les filles ouvrent elles aussi- leurs horizons, en s’autorisant l’accès à l’espace public, par un jeu subtil du voir et de l’être-vue, mais aussi en favorisant une « altérité adolescente », par l’usage des réseaux sociaux et la volonté de « monter en ville ». C’est à la fin de l’adolescence, qu’enfin, ces jeunes assument une « mobilité de bande », mixte et propice à des recompositions relationnelles nouvelles. Des pratiques, initiatiques, de « sorties du territoire » apparaissent alors avec le permis de conduire.

Référence : DEVAUX Julian . « Les trois âges de socialisation des adolescents ruraux » in Agora, N°68, troisième trimestre 2014

 

A risque !

Dans cet article, les auteurs s’interrogent sur la responsabilité des chercheurs dans la distorsion des représentations sociales de l’adolescence et de la jeunesse en relation avec la terminologie moderne couramment utilisée de « jeunes à risque ».
Le postulat de départ de cette réflexion pourrait être emprunté à Albert Camus quand il affirmait que « mal nommer les choses, c’est ajouter à la misère du monde ».
Cet écrit est structuré en trois parties et conclut sur le positionnement du chercheur.
Dans la première partie, les auteurs démontrent que l’apparition de la catégorisation « jeunes à risque » est en lien avec le contexte post-moderne  du début des années 1980 marqués par des accidents industriels majeurs comme Bhopal en 1984, Tchernobyl en 1986.
Cette contingence sociohistorique s’accompagne d’un sentiment d’incertitude face à l’avenir avec l’apparition de la mondialisation des marchés, la dérèglementation liée au néolibéralisme transnational.
De ce fait, chaque groupe social peut être appréhendé comme groupe « à risque » pour autrui ou la société.
La seconde partie du texte démontre d’ailleurs que le terme « jeunes à risque », très largement présent ces dernières années dans les publications à caractère scientifique, s’est progressivement introduit dans le langage ordinaire.
Ainsi, les risques imputés aux jeunes ne résulteraient plus d’une observation empirique ni d’une pensée neutre mais plutôt d’un raisonnement probabiliste cherchant à anticiper les problèmes pour les prévenir ou les gérer.
La troisième partie de cet article est consacrée au contexte institutionnel qui façonne le travail du chercheur.
En effet, les auteurs démontrent que cette terminologie de « jeunes à risque » s’inscrit à la jonction des demandes institutionnelles (qui correspondent aux commandes rémunérées passées aux chercheurs par le biais du financement public) et des préoccupations des individus et des groupes.
Malgré les contraintes institutionnelles fortes, les auteurs veulent tenter de s’approprier un espace de liberté en travaillant avec les jeunes et pas au sujet des jeunes par « une approche méthodologique sous l’angle de la réciprocité intergénérationnelle » afin notamment de réduire les représentations et d’être davantage en adéquation avec la réalité de ces publics. Ceci représente un vrai défi !

Référence: CARON Caroline ; SOULIERE Marguerite.  Jeunes à risque : généalogie d’un langage problématique. Canadian Review of Sociology– volume 50, n°4. 2013 

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l'Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l'IRTS de Loos (59) et à l' EES de Lille (59). 25 ans d'expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts

Crimes adolescents et genre

Étude de genre ou critique des médias ? Cet article d’Arthur Vuattoux joue sur les deux registres. En effet, l’auteur se « focalise sur la mise en mots de deux affaires criminelles » et démontre, très clairement, que le traitement médiatique de ces deux évènements est passé au travers du prisme -déformant- des normes de genre. Dans le premier crime, un lycéen est en cause alors que dans l’autre, il s’agit de rendre compte des exactions d’un groupe d’adolescentes. Ces deux articles sont traités à la manière de faits divers ou de chronique judiciaire, mais ce qui est particulièrement intéressant, ce sont notamment les métaphores produites. Ce que met en évidence l’auteur, avec un corpus important d’articles analysés, c’est l’utilisation par les journalistes d’une grille de lecture « genrée ». D’un côté, l’attention médiatique se focalise sur les failles du contrôle judiciaire et l’auteur des faits est décrit comme un pervers « froid », « calculateur » alors que pour l’autre crime, les jeunes femmes sont qualifiées de « furies », de « bimbo » et le viol dont elles se sont rendues coupable est abondamment décrit. Arthur Vuattoux fait un parallèle avec des travaux antérieurs, notamment ceux de Coline Cardi et Geneviève Pruvost[1] pour aborder le double processus « d’invisibilisation et d’hypervisibilité de la déviance féminine ». Là où « la déviance des hommes paraît résulter d’un parcours balisé, celle des jeunes femmes se situerait du côté de l’anormalité ». Cela relèverait pour les médias d’une « reproduction médiatique d’une idéologie renforçant l’ordre du genre » où la presse « naturaliserait » un ordre établi.
Cet article propose également, sous la forme d’un questionnement final « d’aboutir à une meilleure compréhension du rôle des médias dans la reproduction des normes de genres ».

Référence : VUATTOUX Arthur. « Reproduction des normes de genre dans le traitement médiatique des crimes adolescents ». Revue française des sciences de l’information et de la communication [en ligne], 2014, n°4, <http://rfsic.revues.org/775>


[1] Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2008.

Bernard Guzniczak

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d’un Master de communication scientifique et technique, Bernard Guzniczak a aussi été éducateur spécialisé durant plus de 10 ans. Après une expérience dans la presse magazine, il a rejoint l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour prendre en charge la communication au niveau régional. Il est maintenant chargé d'édition à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) depuis 2008.

More Posts