La place de l’attachement dans le travail éducatif

Le numéro 66 d’Enfances & Psy s’applique à démontrer, s’il en est encore besoin, l’intérêt de la théorie de l’attachement pour les professionnels de l’enfance. Parmi les contributions du numéro, plusieurs peuvent intéresser la Protection judiciaire de la jeunesse. L’article sur lequel s’ouvre le dossier (Dugravier et Barbey-Mintz, 2015) présente les principaux concepts développés par John Bowlby puis Mary Ainsworth. L’attachement est un système motivationnel qui s’active en situation d’insécurité, au travers de comportements tels que les cris ou les pleurs. Il permet de rétablir la proximité de l’enfant avec des figures adultes réconfortantes. La base de sécurité que fournissent les adultes (les caregivers) est nécessaire pour que l’enfant s’autorise à explorer l’environnement et favorise, à terme, un style d’attachement secure et une bonne adaptation psychosociale
Au contraire, et c’est ce que développe un autre article du numéro (Atger, 2015), un style d’attachement insecure est un facteur de psychopathologie, en particulier à l’adolescence. Le cas de Marie, hospitalisée à 17 ans pour anorexie mentale, l’illustre. Ses multiples fugues pour retourner au domicile parental peuvent être interprétées comme une tentative de retour vers un havre de sécurité que pourtant elle ne trouve pas, puisqu’elle fait face, à chaque fois, à la détresse de ses parents qu’elle vit comme un rejet. Cela rend difficile son apaisement et Marie a du mal à s’investir dans les activités thérapeutiques en hospitalisation. Avec le temps, cette situation évolue et le cadre thérapeutique permet de fournir à Marie une certaine base de sécurité complémentaire.
Cette question intéresse également le pédopsychiatre Romain Dugravier qui a interrogé deux juges des enfants sur les liens d’attachement entre jeunes placés et familles d’accueil. Les échanges montrent la difficulté, pour les juges, à évaluer quel danger est le plus important : rupture du lien d’attachement en cas de placement ou maintien d’un lien avec des adultes insécurisants. L’article pointe également la difficulté à concevoir le second lien, avec la famille d’accueil, comme complémentaire et non concurrentiel du premier, avec la famille d’origine. Enfin, le texte interroge le possible lien d’attachement entre un juge et les enfants qu’il suit.
Un autre article (Boyer-Vidal et Tereno, 2015) présente la théorie de l’attachement comme un outil pour les professionnels au contact de jeunes placés en foyer. Ceci permet d’insister, à partir d’exemples, sur la nécessité d’un engagement affectif des éducateurs. En effet ls assurent, parmi d’autres, une fonction de caregiving dont les quatre composantes, définies par Mary Ainsworth, sont la disponibilité, la sensibilité, l’acceptation et la coopération avec les adolescents.
Le dernier texte du dossier (Claudia et Dupuis, 2015) s’intéresse aux besoins d’attachement, non plus des enfants, mais des professionnels eux-mêmes. Les soignants concernés par l’étude travaillent dans une unité de pédopsychiatrie et vivent des situations professionnelles insécurisantes (conditions éprouvantes, manque de personnel, patients très difficiles, crises institutionnelles, etc.) susceptibles d’activer leur propre système d’attachement. L’article propose d’interpréter certains de leurs comportements (plaintes, critiques, résistances, etc.) comme une manifestation de leurs besoins d’attachement. L’institution peut, selon les réponses qu’elle donne (écoute, soutien, protection, etc.), jouer le rôle d’une figure d’attachement plus ou moins sécurisante et soutenir ainsi leur investissement avec les adolescents.

Ce compte-rendu a été écrit par Aurélien Courtin, Géraldine Hedin, Christophe Lecomte et Cédric Rossy, professeur(e)s techniques de la Protection judiciaire de la jeunesse.

Référence : Théorie de l’attachement. De la dépendance à l’autonomie… Dossier coordonné par R. DUGRAVIER, O. FAURE-FILLASTRE et A.-S. BARBEY-MINTZ, Enfances & Psy, 66(2), septembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Les parcours de vie d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance : l’apport de recherches récentes sur le placement et ses effets.

Trois recherches publiées en 2013 proposent des regards complémentaires sur le placement d’enfants et de jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). En s’appuyant sur des démarches méthodologiques quantitatives et/ou qualitatives, les chercheur(e)s ont retracé leurs parcours complexes afin de mieux comprendre des expériences de placement et mesurer leurs effets sur ceux qui les ont vécues.

La recherche d’Isabelle Frechon et Nicolas Robette interroge le devenir des enfants placés en étudiant les parcours de prise en charge de la naissance à 21 ans d’une cohorte de 809 enfants. Il s’agit d’une enquête quantitative menée à partir d’informations administratives1 qui ont été mobilisées afin de reconstruire des parcours et des typologies de trajectoires.

Le travail d’Emilie Potin s’appuie également sur un corpus d’écrits professionnels2 qui a permis de retracer des parcours de prise en charge dans le cadre de mesures de placement. Ce recueil de données a été complété par des entretiens menés avec des professionnels, des parents et des enfants. Dans le cadre de cette recherche, la chercheure a ainsi pu, par exemple, croiser la question des parcours de placement avec celle des parcours scolaires des enfants et des jeunes.

Enfin, Pierrine Robin et Nadège Séverac s’appuient sur deux enquêtes empiriques au cours desquelles elles ont mené des entretiens biographiques avec des jeunes âgés de 11 à 25 ans. Pour leur article, elles ont retenu 31 récits de parcours de jeunes qui ont été ou sont encore pris en charge par l’ASE. En leur (re)donnant la parole, elles révèlent celle qui n’a pas existé ou été entendue au cours de l’expérience de placement.

A la lecture de ces trois articles, on mesure l’impact de la méthodologie choisie par les chercheur(s) sur la production des données et leur interprétation. On comprend également comment les chercheur(e)s dépassent la lecture institutionnelle des parcours de ces enfants et jeunes ayant vécu au moins un placement au cours de leur vie en révélant les faces cachées de ces expériences. L’apport de ces recherches est donc très important pour les professionnels.

Concernant les résultats produits par ces recherches, on pourra retenir, entre autres, les réflexions suivantes. Tout d’abord, différents facteurs sont à prendre en compte pour comprendre à la fois les « régularités » ou l’hétérogénéité des situations de placement et leur impact sur le devenir des jeunes (Frechon et Robette ; Potin) : la durée et le motif de la prise en charge ; le type de placement (en famille d’accueil ou en institution par exemple) ; les caractéristiques des familles ; la fin du placement et le retour ou non dans la famille d’origine ; les parcours scolaires en lien avec les parcours de placement d’une part et les attentes scolaires des adultes qui les accompagnent d’autre part.

Emilie Potin montre par ailleurs comment les jeunes eux-mêmes se saisissent parfois de leur placement comme d’un « tremplin vers l’autonomie ». Pierrine Robin et Nadège Séverac partagent cette même réflexion selon laquelle les jeunes placés sont acteurs de leur propre socialisation et élaborent des « stratégies identitaires et d’affiliation » même dans le cadre de placements contraints. Les deux chercheures soulignent en effet le paradoxe d’une injonction à travailler avec plutôt que sur les enfants/jeunes dans le cadre de leur accompagnement alors que « leur avenir se décide le plus souvent sans eux ». Les recherches menées avec les jeunes lors d’entretiens biographiques se distinguent alors de ces entretiens fréquents et subis au cours de la prise en charge : « alors que le récit institutionnel n’a de cesse de renvoyer les jeunes à leur passé, le récit biographique ouvre sur un caractère prospectif par la promesse d’avenir qu’il contient ». Ce dernier aspect nous paraît fondamental pour qui se livre à une recherche dans le cadre de sa formation professionnelle, notamment celle d’éducateur.

1Sur la base de dossiers de l’ASE et de tribunaux pour enfants de deux départements.

2341 dossiers ont été consultés dans un département.

 

Références:

FRECHON Isabelle et ROBETTE Nicolas. « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance de jeunes ayant vécu un placement ». Revue française des affaires sociales, janvier-juin 2013, n°1-2, pp. 123-143.

POTIN Emilie. « Protection de l’enfance : parcours scolaires des enfants placés ». Politiques sociales et familiales, juin 2013, n°112, pp. 89-110.

ROBIN Pierrine et SEVERAC Nadège. « Parcours de vie des enfants et des jeunes relevant du dispositif de protection de l’enfance : les paradoxes d’une biographie sous injonction ». Recherches familiales, 2013/1, n°10, pp. 91-102.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l’Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l’ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l’équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3.
Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’éducation familiale et de l’analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d’élèves dits en difficultés.

More Posts